Je grince des dents : est-ce grave ?

Grincer des dents la nuit peut entraîner une usure importante de la dentition. Explications et solutions.

grincer des dents
Le bruxisme peut provoquer des douleurs au niveau des mâchoires.

Le sommeil n’est pas toujours de tout repos. Quand certains s’agitent et comptent les moutons, d’autres parlent ou ronflent.., ou encore serrent les mâchoires et grincent des dents, parfois bruyamment.

Ce phénomène, appelé le bruxisme du sommeil (du grec « bruikhein », signifiant grincer), concernerait, sous sa forme la plus sérieuse, au moins 6 % de la population française, 56 % d’entre eux grinçant des dents de façon occasionnelle.

Bien que sans gravité, ce trouble, qui touche davantage les personnes entre 20 et 50 ans, peut provoquer différentes douleurs, mais surtout il est à l’origine de l’usure prématurée des dents.

Il peut aussi nous arriver de serrer les mâchoires, quand on a un problème au travail par exemple ! Mais ce “bruxisme” de l’éveil, en général lié à des tensions, et limité dans le temps, n’est pas pathologique, à l’inverse de celui du sommeil.

Comment savoir si l’on est concerné ?

On est en général prévenu par son conjoint, qui est gêné par ce grincement de dents nocturne ! Mais le dentiste peut aussi s’en apercevoir, car le bruxisme entraîne une usure anormale des dents. Une forme sévère, appelée “brycose”, peut aller jusqu’à leur abrasion presque totale ! Dans les cas les plus fréquents, les dents sont fendillées et ont perdu quelques millimètres.

Le bruxisme peut aussi s’accompagner de maux de tête et de douleurs articulaires et musculaires. Ces douleurs, s’étendant parfois jusqu’au cou et au dos, concernent surtout les mâchoires. Au réveil, les muscles qui servent à serrer les dents étant très tendus.

Les gens stressés sont-ils plus touchés ?

Si le stress n’est pas le seul facteur en cause, il en est une composante importante. On a noté, par exemple, une augmentation du bruxisme chez les étudiants, à l’approche des examens. C’est aussi souvent le fait de personnes très perfectionnistes.

Différentes études ont montré aussi que les personnes introverties y sont davantage sujettes : elles retourneraient contre elles l’agressivité qu’elles ont du mal à exprimer. D’un point de vue psychologique, on pourrait dire que certaines personnes grincent des dents quand elles ne peuvent pas mordre ce qu’elle voudrait mordre. Les personnes souffrant de bruxisme auraient une ten dance plus importante à la dépression.

Existe-t-il des facteurs aggravants ?

Les aspects émotionnels jouent un rôle prépondérant dans le bruxisme. Des études montrent qu’il peut aussi être aggravé par la consommation de tabac, d’alcool et d’autres excitants comme le café, ou par la prise de certains médicaments, notamment des antidépresseurs.

Quelles sont les solutions ?

Il faut d’abord protéger les dents. Les dentistes préconisent le port d’une “gouttière” en résine durant la nuit. Généralement bien supportée, cette plaque fine couvrant la partie supérieure des dents préserve celles-ci de l’abrasion et favorise la détente des muscles.

Mais il est aussi important d’éviter tous les facteurs de stress avant d’aller se coucher : exercices intenses, films d’action, alcool et café. Dans les cas les plus sévères, une psychothérapie de courte durée peut être bénéfique.

Leave a reply


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

venenatis quis dolor. diam tempus risus. ut elit. ut ipsum sed nec