Médecine et vieillesse : quel bilan retenir ?

En dehors des maladies spécifiques du vieillard, les maladies « courantes » des personnes âgées posent des problèmes sociaux très spécifiques. Ces problèmes sont liés à différents facteurs dont la dépendance est probablement le principal.

nfirmier et une femme senior au cours de la visite à domicile
© istock

La moindre anicroche va perturber considérablement un équilibre instable et nécessiter rapidement une hospitalisation du fait d'une perte totale d'autonomie. Cette hospitalisation entraîne deux « problèmes sociaux » :

  • Une nette augmentation du coût de la pathologie et de la prise en charge médicale, donc une augmentation significative des dépenses de santé liées à l'âge.
  • L'hospitalisation, parfois prolongée, peut faire perdre définitivement toute autonomie à une personne âgée. Il faudra alors recourir à des procédures de placement encore plus coûteuses que le simple maintien à domicile.

Indépendamment de cet exemple extrême lié à l'hospitalisation, les soins des personnes âgées sont volontiers prodigués à domicile, d'où surcoût des soins par rapport à une personne plus jeune qui serait en mesure de se déplacer chez le médecin, l'infirmière ou le kinésithérapeute. D'autre part, ces traitements ne se limitent pas à des prestations purement médicales.

Il faut aussi envisager le bien-être et le confort de la personne. C'est pourquoi les soins corporels (toilette, habillage, etc.) font partie intégrante de la prise en charge médicale des personnes âgées. Cependant, même une prise en charge à domicile est moins onéreuse qu'une hospitalisation, Il existe différents types de prestation de santé à domicile,

Soins à domicile des personnes âgées : il est possible de bénéficier de soins à domicile sous réserve qu'ils soient prescrits par le médecin traitant, que l'état du patient ne relève pas d'une hospitalisation et qu'il existe une structure de soins dans la commune, Ces vins, y compris l'assistance pour la toilette et l'hygiène, sont pris en charge à 100 % à l'exception des frais de kinésithérapie. Les renseignements concernant le service des soins à domicile peuvent être demandés au centre communal d'action sociale (anciennement bureau d'aide sociale).

L'hospitalisation à domicile (HAD): il s'agit d'une alternative à l'hospitalisation classique. L'HAD l'abrège, la remplace ou en prend le relais. La nature des soins doit être compatible avec une prise en charge à domicile (exclus : malades mentaux, contagieux ou hémodialysés). C'est pourquoi la décision appartient aux médecins. Le patient et sa famille doivent être d'accord sur le principe. Une assistante sociale mène une enquête pour s'assurer des bonnes conditions de sa réalisation. Le médecin conseil doit donner son aval.

Enfin, il doit exister un service d'HAD dans la région du domicile. La prise en charge est soumise à (ln accord de la caisse d'assurance maladie, d'autant que le nombre de places est limité (3 500 pour toute la France). Les renseignements concernant cette alternative peuvent être demandés au médecin traitant, au centre communal d'action sociale (anciennement bureau d'aide sociale) et à l'assistante sociale du service d'origine. La coordination des soins repose sur l'alliance des secteurs hospitalier et privé.

Du point de vue social et humain, la prise en charge médicale des personnes âgées doit répondre à un double objectif : d'une part favoriser le maintien à domicile pour permettre rapidement un retour aux conditions antérieures d'existence ; d'autre part maîtriser les dépenses de santé. Ce dernier objectif est certes conjoncturel, mais l'omettre interdirait de comprendre l'enjeu que représente pour une société le vieillissement de sa population.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Phasellus accumsan dapibus felis diam sit vel,