Armoire à pharmacie : pour qu’elle soit utile soyez vigilant !

Etes-vous sûr de stocker vos médicaments dans les meilleures conditions ? Essayez de répondre aux questions suivantes et vérifiez chez vous si vous appliquez bien les règles de base.

Senior homme regardant les médicaments sur ordonnance médicale
© iStock

La salle de bains est-elle le meilleur endroit pour placer son armoire à pharmacie ?

NON ! Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, l'armoire à pharmacie ne devrait être placée ni dans la salle de bains ni dans la cuisine. En effet, les variations de température, mais surtout l'humidité de ces pièces, peuvent altérer les médicaments et les rendre inefficaces, voire toxiques.

Par ailleurs, certains médicaments craignent la lumière, c'est pourquoi ils sont conditionnés dans des flacons teintés ou des plaquettes alvéolaires opaques. L'armoire à pharmacie obscure est de ce fait bien adaptée pour les ranger.

Nos conseils :

  • Placez votre armoire à pharmacie dans un endroit sec, peu sujet aux variations de température et d'humidité (pas au-dessus d'un chauffage).
  • Mettez-la en hauteur, afin qu'elle soit hors de portée des enfants. Verrouillez-la pour éviter les accidents. En effet, 60 % des intoxications graves chez les enfants sont dues à des médicaments.
  • Soyez observateur : en cas de doute, si vous constatez un changement de couleur, de forme, de consistance, d'odeur d'un médicament, indiquez-le à votre médecin ou à votre pharmacien avant de l'utiliser.

Peut-on prendre un médicament dont la date de péremption est dépassée ?

NON ! Il est déconseillé d'utiliser un médicament après la date de péremption établie par le fabricant, car ses propriétés peuvent être modifiées et son efficacité diminuée. Il faut donc vérifier cette date (mois et année), qui est mentionnée sur l'emballage mais aussi sur le conditionnement du médicament, directement sur la plaquette contenant les gélules ou les comprimés, le flacon ou la seringue.

Autre remarque : la date de péremption indiquée par le fabricant correspond à la date limite d'utilisation pour un emballage non ouvert. Ne confondez pas la date de péremption avec la date limite d'utilisation d'un médicament une fois entamé, surtout dans le cas des collyres, des sirops ou des solutions.

Nos conseils :

  • Ne déconditionnez pas les comprimés ou gélules de leur plaquette. Ne découpez pas à l'avance les plaquettes, car vous risquez de ne plus pouvoir lire la date de péremption, ou le numéro de lot. Il est préférable de conserver vos médicaments dans leur emballage d'origine.
  • Contrôlez les dates de péremption et rapportez vos médicaments à la pharmacie si la date est dépassée.
  • Pour Protéger l'environnement, ne jetez pas vos médicaments dans les canalisations ou aux ordures ménagères.

Peut-on utiliser un médicament qui doit être maintenu au réfrigérateur mais qui est resté à température ambiante ?

C'est au pharmacien de décider. En effet, certains médicaments, comme les vaccins ou l'insuline, doivent être conservés au réfrigérateur entre 2 et 8 oc. Si la chaîne du froid a été interrompue, par inadvertance ou suite à une panne, il faut d'abord évaluer combien de temps ces médicaments sont restés à température ambiante puis consulter votre pharmacien. Il vous indiquera, au cas par cas, en fonction du temps écoulé et du médicament, s'il est encore utilisable.

Nos conseils :

  • Suivez bien les indications relatives au stockage. Conservez toujours la notice d'utilisation. Par précaution, rangez vos médicaments au réfrigérateur dans une boîte en plastique marquée d'une croix rouge.

Combien de temps peut-on conserver un collyre entamé ?

Les collyres et les pommades ophtalmiques peuvent être utilisés au maximum un mois, à partir du moment où ils sont ouverts, voire pour certaines spécialités seulement quinze jours. En effet, ces préparations peuvent être facilement contaminées par des agents microbiens, qui risquent d'être à l'origine d'infections locales.

Afin d'éviter la contamination du collyre ou de la pommade, il ne faut pas toucher l'œil, les cils ou la paupière avec l'embout du flacon ou du tube.

Nos conseils :

  • Notez la date d'ouverture du flacon ou du tube sur l'emballage.
  • Ils ne doivent être utilisés que par un seul patient.

"Utilisez immédiatement après ouverture les collyres unidoses et ne les conservez pas une fois ouverts" conseille Lasante.net.

Combien de temps garder une solution en suspension ? Et un sirop ?

Les poudres ou les granulés à mettre vous-même en suspension buvable (comme les antibiotiques pour nourrissons) peuvent être conservés après reconstitution au maximum sept jours à température ambiante et dix jours au réfrigérateur. Respectez impérativement cette indication, que vous retrouverez sur la notice.

Quant aux sirops, ils ont une durée d'utilisation d'un mois, sauf indication particulière. En effet, une fois entamé, un sirop se contamine à chaque ouverture/ fermeture du flacon. Même si le sucre présent dans les sirops a des propriétés antibactériennes, mieux vaut vérifier à chaque utilisation qu'ils ne contiennent ni volutes ni voile, signes d'une contamination.

Nos conseils :

  • Indiquez sur l'emballage la date à laquelle vous les avez ouverts.
  • Vérifiez que vos flacons sont bien refermés entre chaque utilisation.
  • Ne réutilisez jamais un médicament sans nouvel avis médical.

Pour un rangement efficace

Médicaments sur les étagères d'une armoire de toilette
© iStock

Après avoir trouvé un endroit judicieux pour votre armoire à pharmacie, il faut :

  • Afficher les numéros d'urgence : Samu, pompiers, centre anti-poison, SOS médecin.
  • Prévoir trois compartiments :
  • Un pour les médicaments destinés aux adultes.
  • Un pour ceux destinés aux enfants.
  • Un pour le kit de premier secours.

Les produits à avoir chez soi

Médicaments d'usage courant :

  • Un analgésique (ex : paracétamol).
  • Des suppositoires, comprimés... contre la fièvre, la douleur, pour tes enfants.
  • Un antidiarrhéique, un antiémétique (vomissement), un anti-acide (brûlures d'estomac), un antispasmodique,
  • Des pastilles ou collutoire contre les maux de gorge ou pharyngite.
  • Un sirop contre la toux grasse et un contre la toux sèche.

Plaies, brûlures, traumatismes :

  • Un antiseptique pour les plaies,
  • Un produit contre les brûlures (sous forme de sachets stériles).
  • Une pommade contre les entorses, les contusions,
  • Un produit hémostatique (petits saignements), des pansements, des compresses stériles, du sparadrap, des bandes...

Autres produits :

  • Un sérum physiologique en doses unitaires (lavage du nez et des yeux).
  • Un thermomètre.
  • Une poche à glace.
  • Des ciseaux.
  • Une pince à épiler.
  • Une pommade contre les piqûres d'insecte.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

sem, massa Curabitur libero id consectetur quis risus. ut mattis Lorem