Cholestérol : Les 11 questions que l’on se pose

En avoir un peu, c’est normal… et même nécessaire à la santé ! Ce qui est mauvais, c’est l’excès de cholestérol. Alors dites stop aux idées reçues et adoptez les bons réflexes nutrition.

cholesterol questions reponses

Tout le monde a du cholestérol !

En effet, il appartient à la famille des lipides, c’est-à-dire aux graisses. Il est nécessaire à la synthèse de nombreuses hormones, dont les hormones sexuelles (œstrogènes, progestérone, testostérone). De plus, il sert à la fabrication de sels biliaires dans le foie.

Sans cholestérol, il serait d’ailleurs impossible de digérer les graisses alimentaires.

Comme tous les lipides, la présence de cholestérol dans le sang est bonne pour la santé en quantité mesurée. Le cholestérol devient dangereux quand il s’y trouve en excès.

Bon à savoir
Avec le diabète, l’hypertension et le tabac, le cholestérol est l’un des quatre grands facteurs qui favorisent les maladies cardiovasculaires.

1. Trop de cholestérol, qu’est-ce que cela veut dire ?

Pour des personnes n’ayant pas de problèmes de santé particuliers, qui ne fument pas et qui n’ont pas d’antécédents familiaux de maladies cardiovasculaires, voici les valeurs limites :

  • En dessous de 2 g/l : le taux de cholestérol est bon.
  • Entre 2 g/l et 2,50 g/l, le taux de cholestérol devient limite.
  • Au dessus de 2,50 g/l, le taux de cholestérol est élevé.

Il s’agit de dosages du cholestérol total. Mais il faut distinguer le bon cholestérol du mauvais cholestérol (LDL-cholestérol). En effet, ces chiffres seront interprétés différemment selon les personnes.

Une femme qui aura 2,50 g/l de cholestérol total et un taux de HDL-cholestérol (le bon cholestérol) élevé ne présentera aucune anomalie de Cholestérol. En revanche, quand on fume, il est plus dangereux d’avoir un petit dépassement.

>> À lire aussi : Cholestérol élevé : le bon comportement

2. Quand le faire doser ?

En l’absence d’antécédents cardiovasculaires personnels ou familiaux, et si l’on n’est ni diabétique, ni fumeur, ni hypertendu, il est conseillé d’effectuer un bilan lipidique complet – c’est-à- dire doser le cholestérol, mais aussi les autres lipides de l’organisme – à 20 ans.

En l’absence d’anomalies, et si aucune maladie susceptible de modifier la cholestérolémie ne survient (pathologies du foie, des reins, de la thyroïde…), l’idéal est de faire un dosage tous les trois ans, à partir de 45 ans pour les hommes et de 55 ans (ou de la ménopause) pour les femmes.

3. En avoir trop peut-il causer un infarctus ?

La plupart des personnes susceptibles d’avoir des ennuis cardiaques ont un petit peu trop de cholestérol et fument, ou bien ont une tension artérielle un peu élevée. Cela met leurs artères en danger !

Bref, ce qui augmente le risque d’infarctus, c’est le fait de cumuler plusieurs facteurs de risque cardiovasculaire. Toutefois, il existe des formes d’hypercholestérolémie (taux de cholestérol très élevé) d’origine génétique dans certaines familles. Dans ces cas-là, on retrouve un lien direct entre cholestérol et maladies cardiovasculaires.

Dans les formes les plus sévères, le taux de cholestérol peut atteindre 10 g/l et provoquer des infarctus précoces vers l’âge de dix ans.

4. Hommes et femmes sont- ils égaux face au risque ?

En fait, l’inégalité existe devant le risque de développer une maladie cardiovasculaire. Grâce à leurs hormones, les femmes sont « protégées » du risque vasculaire jusqu’à la ménopause, puis le risque devient équivalent à celui de l’homme.

cholestérol alimentation
La consommation de fruits et la pratique régulière d’une activité sportive, si elles n’agissent pas directement sur le cholestérol, protègent contre les maladies cardiovasculaires.

Explication : chez les hommes, l’hormone mâle, la testostérone, abaisse le taux de bon cholestérol, celui qui « nettoie les artères ».

Autre explication : jusqu’alors, les femmes fumaient moins et avaient une alimentation plus équilibrée. Mais, chez les plus jeunes, cette différence de comportement tend à disparaître. « Entre 15 et 25 ans, les filles fument autant que les garçons et l’alimentation s’uniformise.

5. Je suis trop rond(e), ai-je trop de cholestérol ?

Avoir trop de cholestérol n’est pas réservé aux personnes en surpoids. En effet, la majorité de ceux qui présentent une hypercholestérolémie d’origine génétique ont un poids standard.

Cependant, statistiquement, quelqu’un qui est en surpoids a davantage de risque d’avoir une anomalie de cholestérol.

Il existe notamment une forme d’obésité dite abdominale ou androïde parce qu’elle se rencontre souvent chez les hommes, mais touche également les femmes – dans laquelle la graisse est localisée autour de la ceinture.

Cette graisse est facilement mobilisable et passe dans le foie. C’est pourquoi l’obésité androïde (tour de taille supérieur à 90 centimètres chez la femme et à 100 centimètres chez l’homme) augmente le risque d’athérosclérose et renforce les effets néfastes d’un LDL-cholestérol élevé.

6. Je consomme beaucoup d’huile d’olive, Suis-je protégé (e) ?

Comme l’ensemble des huiles végétales liquides, l’huile d’olive a une action sur le mauvais cholestérol. Elle ne protège pas contre ses effets néfastes sur l’organisme, mais évite qu’il augmente encore plus.

Attention, en consommer trop n’est pas non plus recommandé ! Ce n’est finalement que du gras. C’est donc très calorique. Si on en utilise trop, on prend du poids, et quand on est fort, on augmente le risque cardiovasculaire.

Les spécialistes conseillent une cuillerée à café d’huile d’olive par personne et par repas pour la cuisson, et deux pour la sauce de salade.

7. Quels aliments éviter ?

Globalement, les médecins considèrent que l’augmentation du taux de cholestérol s’explique pour moitié par une alimentation non adaptée et pour moitié par la génétique. Cependant, pour maintenir son taux, la frustration n’est pas la bonne méthode. La clé, c’est une alimentation équilibrée, un compromis entre ses goûts et une consommation mesurée de produits favorisant le cholestérol.

D’autant que la vigilance doit s’exercer sur nombre d’aliments. Ainsi, les œufs et les abats contiennent beaucoup de cholestérol. Les aliments riches en graisses animales, comme le beurre, la charcuterie, le fromage ou la viande, ainsi que les viennoiseries ou la peau de poulet, par exemple, sont eux riches en acides gras « saturés », qui contribuent à faire augmenter le taux de mauvais cholestérol.

Le régime idéal dépend donc du goût de chacun. Une personne qui mange à peu près de tout devra néanmoins connaître certaines règles.

En cas d’hypercholestérolémie jugée sérieuse par le médecin, le régime sera plus draconien. Mais la modification de l’alimentation peut avoir un impact considérable notent certains spécialistes.

8. Je prends la pilule depuis quinze ans, dois-je faire attention ?

La pilule peut aggraver notablement une petite anomalie de cholestérol. Mais elle n’aura aucun impact chez une femme qui a un cholestérol strictement normal.

Si une augmentation de la cholestérolémie est observée chez une femme sous contraceptif oral depuis quinze ans, cette augmentation reflétera plutôt une augmentation physiologique du taux de cholestérol avec l’âge qu’un effet dû à la pilule.

9. Mon père a eu deux infarctus, On lui a dit qu’il avait trop de cholestérol, Suis-je aussi « à risque » ?

Quelqu’un dont le père, la mère, ou le frère… a fait au moins un infarctus du myocarde précoce (avant 55 ans pour les hommes, avant 65 ans pour les femmes) présente un risque plus important de faire un accident cardiovasculaire.

Dans ce cas, le risque vasculaire est potentiellement héréditaire. Ces personnes doivent donc être surveillées.

10. Je prends des statines depuis longtemps : est-ce dangereux ?

Les statines bloquent la synthèse du cholestérol. Elles sont prescrites pour traiter l’excès de cholestérol en cas d’échec d’un régime adapté. En 2001, un médicament de cette classe a été retiré des ventes suite à des troubles musculaires sévères, voire mortels, chez des patients américains. Aujourd’hui, la médecine se veut rassurante « Le traitement n’est pas dangereux avec les statines actuellement disponibles, et les risques encourus par l’arrêt du traitement sont supérieurs aux risques éventuels de problèmes musculaires graves ».

Mais si le patient présente des douleurs musculaires, il doit vite avertir son médecin.

Point important : Le traitement est à vie puisque l’on ne guérit pas l’anomalie. On la corrige simplement.

11. Il y a le bon et le mauvais cholestérol ?

Il n’existe en fait qu’une seule molécule de cholestérol qui emprunte deux trajets différents dans le sang. Dans le premier cas, on parte de « LDL-cholestérol » ou mauvais cholestérols car il est transporté sur des « navettes » appelées LDL*, qui circulent du foie vers les artères, et encrasse ces dernières, Ces dépôts sont à l’origine de la formation de plaques d’athéromes (dépôts de graisses sur la paroi interne des artères), qui bouchent peu à peu les artères (athérosclérose).

Quand ces dégradations touchent une artère qui irrigue le cœur (artère coronaire), on risque à terme angine de poitrine ou l’infarctus du myocarde (crise cardiaque). Heureusement, d’autres navettes, les HDL font le ménage dans les altères. Elles récupèrent le cholestérol en excès et le ramènent au foie. Normalement quand il n’y a pas de déséquilibre, les bons transporteurs ou HDL sont très efficaces.

*Taux normal de LDL :

  • chez la femme : 1,00 – 1,50 g/litre.
  • Chez l’homme : 1,00-1,60 g/l.

Les petits conseils diététiques de base contre le cholestérol

  • Ne pas dépasser deux œufs par semaine et l’équivalent d’I/8B de camembert par jour,
  • Manger un plat de viande par jour maximum, en évitant de l’associer à du fromage durant le même repas,
  • Privilégier les viandes maigres comme la volaille.
  • Consommer du poisson, des légumes verts et des fruits, qui n’agissent pas directement sur le cholestérol, mais protègent contre les maladies cardiovasculaires,
  • Éviter de manger le gras visible des viandes, même sur les viandes maigres.

>> À lire aussi : Aliments détoxifiants : 30 conseils pour vous purifier

Leave a reply


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

accumsan id neque. facilisis Lorem mattis mattis libero. libero pulvinar