Bien vieillir chez soi : nos conseils

Pour une personne âgée, le domicile est un lieu familier et rassurant, où elle a des repères et des habitudes. De nombreuses solutions proposées par le site expertpublic.fr existent pour lui permettre d'y rester.

bien vieillir chez soi

L'aménagement du domicile

Avec l'âge et la diminution de la mobilité et des réflexes, l'appartement peut devenir un lieu dangereux. Les risques de chute deviennent plus importants. Des aménagements du domicile deviennent alors nécessaires. Des rampes le long des murs et dans l'escalier, ainsi que des sols et des nez de marches antidérapants peuvent améliorer la sécurité des personnes âgées. Pour les personnes âgées à mobilité réduite, l’installation d’un monte-escalier est un réel plus.

La salle de bain pourra être repensée. Une douche de plain-pied, ou avec une hauteur de marche très réduite, pourra y être installée. Si elle dispose d'une baignoire à porte, la personne n'aura plus à l'enjamber. Un siège antiglisse et rabattable, installé dans la douche, et des sols antidérapants, sont d'autres précautions indispensables. Des barres d'appui, fixées dans les toilettes, peuvent encore s'avérer très utiles.

Des cloisons coulissantes sont parfois plus pratiques que certaines portes, dans lesquelles on peut se cogner. De même, la pose de prises électriques plus nombreuses évitera l'emploi de rallonges qui, traînant sur le sol, peuvent provoquer des chutes. Certaines caisses de retraite peuvent faire évaluer les besoins nécessaires et, si les personnes peuvent en bénéficier, financer certains aménagements. C'est aussi le cas, très souvent, des caisses complémentaires. Enfin, certains travaux d'aménagement ouvrent droit à des déductions fiscales.

Les avancées de la technologie

La domotique rend d'évidents services aux personnes âgées. Cette technologie innovante permet de commander à distance un certain nombre d'appareils et de dispositifs. Elle épargne beaucoup de déplacements et de fatigue aux personnes âgées. De leur fauteuil, elles peuvent en effet actionner, grâce à une télécommande, aussi bien leurs volets que certains appareils électroménagers. Le déclenchement automatique de l'éclairage, au passage de la personne, évitera bien des chutes. Des pistes lumineuses s'allument également et guident les personnes âgées.

D'autres dispositifs relèvent du même type de technologie. Des détecteurs de gaz, de fumée ou même de fuite d'eau alertent aussitôt la personne d'un danger potentiel. L'installation d'un système d'alarme peut rassurer une personne âgée, souvent seule à son domicile. Ce dispositif, couplé à une installation de télésurveillance, avertissant les proches ou la police, peut calmer ses inquiétudes.

Par ailleurs, de nombreux dispositifs de téléassistance sont désormais opérationnels et facilitent le maintien à domicile. Ils se présentent sous la forme de pendentifs ou de bracelets, munis d'un bouton d'appel. En cas de besoin, la personne âgée n'a plus qu'à presser ce bouton pour joindre un service d'assistance spécialisé. Compétent et formé, disponible en permanence, de jour comme de nuit, le personnel pourra, en cas de nécessité, avertir les services de secours et d'urgence.

Des personnes entourées

Avec l'âge, nombre de tâches quotidiennes deviennent plus difficiles. Peinant à se déplacer, la personne âgée aura du mal à faire ses courses. Chez elle, faire le ménage deviendra plus compliqué, et souvent dangereux. Parfois, la perte progressive d'autonomie limitera encore plus les moyens d'action des personnes âgées. Le maintien à domicile, dans de bonnes conditions, passera alors par des aides extérieures.

En fonction de son âge, de ses ressources et des difficultés rencontrées, le sénior pourra faire appel à une aide-ménagère. Ses services sont pris en charge, en totalité ou en partie, par l'aide sociale et les caisses de retraite complémentaires. L'aide-ménagère pourra ainsi faire le ménage de l'appartement, entretenir le linge, préparer les repas ou aider la personne à faire sa toilette. La durée et la fréquence de ses interventions sont variables et dépendent de la situation de la personne âgée.

L'aide d'une auxiliaire de vie peut être également précieuse. Elle peut, elle aussi, remplir des tâches ménagères. Aider la personne âgée dans ses démarches administratives ou l'accompagner dans ses promenades relèvent aussi de ses attributions. A la demande de la personne, elle pourra aussi lui faire ses courses. Par contre, l'auxiliaire de vie est rémunérée par le sénior qui l'emploie. Ces dépenses ouvrent cependant droit à des réductions fiscales.

Si l'état de santé de la personne l'exige, un médecin peut également prescrire des soins qui requièrent l'intervention à domicile de professionnels de santé. Des infirmiers et des aides-soignants peuvent ainsi donner à la personne âgée des soins réguliers. Si besoin est, d'autres professionnels, comme les kinésithérapeutes, peuvent encore se rendre au domicile du sénior. L'ensemble de ces soins est pris en charge par la Sécurité sociale.

Enfin, de nombreuses communes organisent le portage de repas à domicile. Cette solution pratique permet aux personnes de consommer des repas équilibrés sans devoir faire les courses et la cuisine. Ce service renforce lui aussi le confort de vie des personnes âgées et facilite le maintien à domicile dans des conditions optimales. Il peut être financé en partie dans le cadre de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) ou par certaines municipalités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

id, et, Sed eget dolor elit. risus tristique luctus Donec suscipit consectetur