L ‘incontinence chez les seniors

Parmi les infirmités générant un maximum de gêne morale et physique, l'incontinence occupe une place d'honneur. Hommes et femmes peuvent subir de la même manière cette véritable torture aux causes multiples : l'incontinence est présente chez tout le monde.

Il s'agit de pertes d'urines survenant hors miction et sans contrôle possible. Elles entraînent un inconfort local désagréable. L'infection du « siège » et celle des voies urinaires sont des conséquences fréquentes. Mais ce qui provoque un handicap social majeur, c'est l'odeur, secondaire à la prolifération de germes et à l'oxydation des dérivés azotés contenus dans les excrétas. Signalons que les victimes de cette infirmité relative ne se rendent pas toujours compte des effluves répandus. Le trouble de leurs visiteurs n'en devient que plus gênant.

Incontinence : Il ne s'agit pas d'un problème réservé aux pays industrialisés...

En Afrique, par exemple, certaines techniques d'accouchement sont un peu « musclées ». Les déchirures du périnée fréquentes. La femme est alors souvent victime de cette incontinence, d'autant plus grave qu'elle entraîne une exclusion du milieu familial,

Sans aller si loin, la personne âgée présente de multiples causes de pertes involontaires d'urine :

  • Chez la femme, des accouchements multiples ou traumatiques, des « descentes d'organe » ou des maladies neurologiques.
  • En ce qui concerne l'homme, les maladies de la prostate et les anomalies du contrôle nerveux de la vessie sont généralement à l'origine du problème.

L'incontinence fécale est plus rare, essentiellement provoquée par des maladies neurologiques ou faisant suite à des interventions chirurgicales sur le petit bassin et le périnée.

Ce préambule légèrement terre à terre illustre l'impérieuse nécessité de supprimer ou de contrôler les diverses étiologies de ces affections.

La rééducation des muscles entraînant un fonctionnement correct des sphincters représente la méthode de choix. Elle sera mise en œuvre chaque fois que possible. En particulier, elle est presque toujours indispensable après une réparation chirurgicale locale. Il n'y a aucune honte à aller voir un spécialiste de la rééducation. Pourtant, la gêne sociale est telle, pour certains, qu'elle provoque un rejet de toute thérapeutique.

>> L’incontinence urinaire : des solutions existent !

Si une cure chirurgicale s'avère impossible et la rééducation inefficace, alors que faire ?

C'est la macération, urinaire ou fécale, qui génère les divers inconvénients de l'incontinence, On doit essayer de la limiter au maximum.

Pour les deux sexes, il existe des protections efficaces. Plus ou moins encombrantes, elles peuvent prendre l'aspect d'un « grand modèle nécessitent un change complet renouvellement fréquent et une toilette locale soigneuse.

L'usage de savons non agressifs est recommandé. Le coût de la fourniture de ces accessoires ne saurait être négligeable. Certains établissements tentent d'économiser sur ce type de fourniture, mais seul un change fréquent demeure efficace. Les hommes « bénéficient » de la possibilité anatomique d'adopter divers systèmes de recueil des urines. Ils ont tous en commun l'utilisation d'un « capuchon » élastique relié à un réservoir logé, en général, dans le pantalon. Là aussi l'hygiène locale devra primer. La propreté du gland et la stérilité de l'appareillage sont des impératifs incontournables.

Les traitements médicaux de l'incontinence servent à améliorer le tonus musculaire des sphincters. Leur efficacité est relative. Les traitements destinés à lutter contre les effets de l'hypertrophie de la prostate ont des effets indéniables. La prise régulière de médicaments diminue la fréquence des mictions involontaires, Les antibiotiques ne sont à prescrire que lors des épisodes de surinfections.

Conseils :

  • Traiter l'hypertrophie de la prostate dès l'apparition des premiers symptômes.
  • Corriger les « descentes d'organe », chaque fois que possible.
  • Faire appel à la rééducation si le tonus sphinctérien est améliorable.
  • Ne pas réduire l'apport hydrique pour diminuer les « accidents », les inconvénients infectieux étant alors inévitables.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

justo felis nunc Lorem commodo ultricies et,