Ulcère de l’estomac : tout savoir !

Les traitements sont plus efficaces et un nouveau diagnostic permet maintenant de détecter la bactérie responsable de la majorité des ulcères. homme souffrant de mal de ventre causé par un ulcère à l'estomac

La réalité en chiffres

Depuis 1982, il est admis que la cause principale des ulcères est une bactérie nommée Helicobacter pylori (HP). Exit donc l'origine psychosomatique évoquée pendant longtemps. Cette bactérie est présente chez 90 % des malades qui ont un ulcère duodénal, et chez 70 % de ceux qui souffrent d'un ulcère gastrique. En fait, 30 % de la population est infectée par cette bactérie (l'infection étant essentiellement contractée pendant l'enfance).

Si vous faites partie de ces 30 %, vous avez obligatoirement une inflammation de la muqueuse gastrique. Mais il se peut parfaitement que vous n'ayez aucun symptôme.En effet, une personne sur dix seulement, infectée par l'Helicobacter pylori (HP), développera un ulcère.

Autre cause d'ulcère : les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Prescrits pour traiter les rhumatismes, ils sont à l'origine d'ulcères, essentiellement gastriques.

Des lésions ulcéreuses peuvent aussi intervenir dans le cadre de la maladie de Crohn et du syndrome de Zollinger-Ellison.

Enfin, 2 à 3 % des ulcères sont idiopathiques. Ils n'ont pas d'explication. Le stress (qui majore la production de sécrétion acide) et l'alimentation ne justifiant pas à eux seuls le déclenchement d'un ulcère.

Comment survient un ulcère ?

L'ulcère est une perte de substance plus ou moins profonde au niveau de la muqueuse. Dans les cas bénins, l'ulcère gastro-duodénal provoque des douleurs au ventre, semblables à des crampes ou des brûlures.

shéma ulcere à l'estomac
© Sante.lefigaro.fr

Ces douleurs qui peuvent être très intenses apparaissent habituellement 2 à 3 heures après les repas. Elles sont calmées par l'alimentation. D'autres symptômes tels que nausées, vomissements, manque d'appétit peuvent y être associés.

Dans les cas les plus sérieux, il peut se produire des hémorragies ulcéreuses (quelque 25 000 cas par an).

Il existe deux types d'ulcères : l'ulcère du duodénum & l'ulcère gastrique.

Si vous avez autour de la trentaine et que vous êtes un homme, il y a de fortes chances que cet ulcère touche le duodénum - à noter que l'ulcère du duodénum est une lésion toujours bénigne et que les patients qui en souffrent ont deux fois moins de risques de développer un cancer de l'estomac que les autres. De même, la référence d'autrefois "quatre hommes pour une femme" a tendance à s'atténuer.

Si vous êtes plus âgé en revanche, le vieillissement de la muqueuse aidant, c'est plutôt sur l'estomac que se portera l'ulcère. On parle alors d'ulcère gastrique.

Comment se fait le diagnostic de l'ulcère à l'estomac ?

L'endoscopie gastroduodénale est l'examen qui vous permettra de savoir si oui ou non vous avez développé un ulcère.

Quel que soit le siège de l’ulcère - duodénal ou gastrique - une biopsie sera pratiquée pour rechercher la présence d'HP.

Un test rapide à l'uréase, fait en salle d'examens, à partir des prélèvements permet de confirmer la présence de la bactérie.

En cas de réponse négative, l'échantillon sera tout de même envoyé au laboratoire d'anatomie pathologique.

Si vous souffrez d'un ulcère de l'estomac, des prélèvements sur les berges de l'ulcère seront réalisés. Ils serviront à s'assurer qu'il s'agit bien d'un ulcère.

Quels traitements ?

Tout dépend de la cause.

Si vous êtes infecté par la bactérie Helicobacter pylori, une trithérapie vous sera prescrite. Ce traitement comprend deux antibiotiques (clarithromycine et amoxicilline ou métronidazole) et un anti-sécrétoire à forte dose : l'omeprazole ou le lansoprazole.

En réduisant les sécrétions d'acide chlorhydrique produites par l'estomac, l'anti-sécrétoire permet d'augmenter l'action des antibiotiques. Ce traitement, ayant pour objectif d'éradiquer la bactérie, vous sera prescrit pour une durée de 7 à 10 jours.

Dans le cas d'ulcère évolutif, l'anti-sécrétoire sera poursuivi trois semaines supplémentaires, à simple dose. Après le traitement, des biopsies seront réalisées pour vérifier la disparition des bactéries et la bonne cicatrisation des muqueuses. Dans 75 à 80 % des cas, la trithérapie se révèle efficace.

Les 20 % d'échecs s'expliquent essentiellement par la mauvaise observance du traitement. Malgré les effets secondaires, le plus souvent mineurs, des antibiotiques (nausées, diarrhées, mauvais goût dans la bouche), il est recommandé de ne pas arrêter le traitement en cours. Non seulement il n'aura pas les effets escomptés, mais la bactérie risque de développer par la suite une résistance à ces antibiotiques.

Certaines interférences peuvent aussi expliquer ce taux d'échec. Le tabac en particulier pourrait minimiser les effets des antibiotiques.

Si votre ulcère n'est pas lié à la bactérie, un traitement anti-sécrétoire sera prescrit pendant quatre semaines s'il s'agit d'un ulcère du duodénum et pendant six à huit semaines si l'ulcère est localisé à l'estomac.

Objectif : Diminuer la sécrétion acide pour permettre la cicatrisation.

Existe-t-il des risques de récidives d'infection ?

Lorsque l'éradication de la bactérie a été obtenue, les cas de réinfection sont peu fréquents. Ils sont de l'ordre de 2 % à un an au plus tard. De même, les cas de récidives ulcéreuses sont devenus plus rares.

A noter : une diminution spontanée du taux d'infection dans la population au cours des dernières décennies, liée à l'amélioration de l'hygiène, qui entame une diminution de la fréquence de la maladie ulcéreuse et aussi des cas de cancers de l'estomac.

Entre 50 et 60 ans, le taux d'infection est de l'ordre de 50 %, alors qu'à l'âge de 20 ans, il est de 15 %. L'infection se contracterait durant l'enfance, probablement par le biais des régurgitations.

Quels progrès espère-t-on demain ?

Côté diagnostic, un développement du test respiratoire à l'urée serait une excellente chose. Utilisé jusqu'à présent dans le strict cadre des protocoles, ce test présente l'avantage d'être indolore.

De quoi s'agit-il ? Le patient avale un liquide contenant de l'urée marquée au carbone 13. Une demi-heure après l'ingestion du produit, il souffle dans un ballon. L'air expiré est analysé. En fonction de la présence ou non de gaz marqué au carbone 13, l'analyse confirme ou infirme la présence des bactéries indésirables. Et, dans les cas de contrôle après traitement, l'éradication de la bactérie. Une légèreté sans commune mesure avec la "lourdeur" de l'endoscopie (pratiquée parfois sous anesthésie générale).

Des anti-inflammatoires qui garderaient leur action antirhumatismale sans ' agresser" le tube digestif sont à l'étude. Si vous avez déjà souffert d'ulcère, vous êtes un patient à risque

Vous devez impérativement prévenir votre médecin lors de la prescription d'anti-inflammatoires, susceptibles de "réveiller" l'ulcère.

Dans de tels cas, des médicaments complémentaires neutralisants s'imposent anti-secrétoires, poudre protectrice des muqueuses ou prostaglandine.

Côté prévention, un vaccin est actuellement à l'étude (une équipe de Chinois a réussi à développer un vaccin capable d'éradiquer la bactérie Helicobacter pylori, responsable de la quasi-totalité des ulcères à l’estomac.). Il devrait voir le jour dans les années à venir. Il est prévu qu'il conjugue une action préventive mais aussi curative.

Attention à la gastrite !

L a gastrite, provoquée par l'infection à bactérie HP et non traitée, peut évoluer en gastrite "atrophique" (la muqueuse gastrique s'atrophie). Et cette gastrite atrophique prédispose au cancer de l'estomac (7 500 nouveaux cas par an).

L'évolution ou la non-évolution de la simple gastrite en gastrite atrophique est imprévisible.

Elle dépend de différents facteurs, tels que la virulence des souches bactériennes, l'immunité ou la capacité de l'organisme à se défendre...

D'où l'importance, si vous avez développé un ulcère de l'estomac, de vous faire suivre régulièrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

luctus accumsan Donec felis dolor. Praesent Sed