Comment effectuer un prêt immobilier lorsque l’on est senior ?

Changement de foyer, acquisition d'une résidence secondaire, investissement locatif, travaux de rénovation... Selon de récentes statistiques, plus de deux tiers des Français pensent que la retraite constitue la période parfaite pour concrétiser ces types de projets.

Une accessibilité au crédit plus simple qu'autrefois

Une pensée qui se vérifie dans la pratique, puisque les seniors de plus de 60 ans sont de plus en plus nombreux à souscrire un crédit immobilier. Si les finances souvent plus faibles et les risques humains, liés à une santé fragilisée par l'âge, ont longtemps tenu ces derniers à l'écart du processus d'emprunt, les choses ont heureusement évolué. Les établissements bancaires proposent aujourd'hui de multiples solutions adaptées aux situations particulières des personnes âgées et permettant le financement à crédit de leurs projets.

Un prêt dont l'obtention s'axe sur deux facteurs clés

Si l'accessibilité au crédit immobilier est désormais plus grande pour les seniors, les établissements bancaires exige toutefois de ces derniers deux garanties essentielles : d'une part le montant de leur apport personnel (frais de notaire inclus) doit être d'environ 30%, d'autre part le remboursement du crédit doit être effectué dans un délai le plus rapide possible. Deux conditions qui, contrairement aux idées reçues, ne constituent pas un frein à l'accès au crédit des seniors. En effet, ceux-ci présentent plutôt un profil idéal pour les banques : ils empruntent généralement entre 100 000 et 150 000 € et possèdent le plus souvent un patrimoine plus conséquent que les jeunes emprunteurs. Ils obtiennent d'ailleurs souvent des taux d'intérêt plus avantageux !

L'assurance emprunteur

En plus de ces garanties financières, le senior doit parallèlement présenter des garanties quant à sa santé en souscrivant une assurance emprunteur. Ces contrats, souvent onéreux, sont toutefois davantage adaptés aujourd'hui à l'état de santé et à l'âge des emprunteurs. Les coûts de ces assurances étant sensiblement différents d'un prestataire à l'autre, leur comparaison s'avère extrêmement importante pour l'équilibre budgétaire du bénéficiaire.

Une alternative : le prêt hypothécaire cautionné

Pour les seniors qui ne peuvent pas souscrire une assurance emprunteur, reste la solution alternative du "prêt hypothécaire cautionné". Ce type de crédit, dont le concept rappelle quelque peu celui du viager, permet de rembourser son prêt via des mensualités. N'exigeant pas la souscription d'une assurance emprunteur, il est toutefois plus cher de 0,5% et limité à 70% du prix de vente. Lorsque l'emprunteur décède, sa banque créancière procède à la vente du bien afin de recouvrer le montant restant de l'emprunt. S'il existe un excédent entre la somme de la vente et celle du capital restant à rembourser, ce sont les héritiers qui le perçoivent. Dans le cas où ces derniers souhaitent garder le bien, ils dédommagent tout simplement la banque du montant restant du prêt en cours.

Le prêt viager hypothécaire en dernier recours...

Autre alternative réservée cette fois aux emprunteurs seniors sans héritiers souhaitant, par exemple, acquérir un logement plus spacieux : le prêt viager hypothécaire. La banque octroie un capital à l'emprunteur senior, somme qui sera remboursée lors de la vente du logement hypothéqué après son décès.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter à cette adresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Praesent at vel, tristique efficitur. odio Curabitur diam