Mutuelle senior : Comment bien choisir sa complémentaire santé ?

Avec l'âge, les besoins en soins médicaux augmentent et peuvent vite impacter de façon importante le budget des seniors. Pour trouver l'offre qui répond à vos besoins, des précautions s'imposent.

Senior couple heureux tablette ordinateur
© istock

La réduction des remboursements effectués par la Sécurité sociale et l'augmentation des honoraires rendent indispensables la souscription d'une complémentaire santé mutuelle senior, d'autant plus après 60 ans.

Comment faire le bon choix de sa mutuelle senior ?

D'abord, prenez le temps d'analyser les différentes offres, le marché étant très concurrentiel et les intervenants nombreux : mutuelle, assureur, institution de prévoyance...

Conserver la mutuelle de son entreprise

Vous pouvez conserver la complémentaire santé de votre société après votre départ à la retraite. Ce type de contrat, qui est collectif et non individuel, comprend une prise en charge financière par l'employeur.

Si vous souhaitez continuer à en bénéficier après votre départ à la retraite, une hausse de tarif vous sera appliquée par rapport à celui applicable aux salariés actifs. Cette augmentation est progressive et plafonnée selon la réglementation. La première année, le tarif est le même que celui d'un actif, la deuxième année, il est supérieur de 25 % maximum et la troisième année, il est supérieur de 50 % maximum. Vous devez donc analyser cette possibilité avant de vous décider.

Vous pouvez également devenir ayant-droit de la mutuelle de votre conjoint toujours en activité.

Ces solutions peuvent être intéressantes mais ne sont pas toujours les meilleures, certaines garanties (forfait maternité ou orthodontie par exemple) n'étant plus adaptées à votre situation.

Définir ses besoins

Si vous devez opter pour un nouveau contrat, il est essentiel de choisir une complémentaire santé adaptée à vos besoins. Vous devez donc identifier les postes de dépenses de santé dont le reste à charge est important, en analysant votre comportement. A quelle fréquence vous rendez-vous chez votre médecin ? Respectez-vous le parcours de soins ? Quel est le coût et le niveau de remboursement des actes dont vous bénéficiez ?

Vous n'avez aucun intérêt à choisir le contrat le moins cher dont les garanties sont très limitées, ni le contrat le plus cher qui ne vous assure pas de bénéficier des meilleurs remboursements. Le plus souvent, les contrats individuels comportent deux ou trois niveaux de garantie. Le premier niveau ne couvre que le minimum et les autres vous remboursent plus ou moins selon un pourcentage du remboursement effectué par la Sécurité sociale ou selon un forfait. Retenez le bon compromis et ne vous focalisez pas sur la notoriété de la mutuelle ou de l'assureur.

Les garanties essentielles

L'hospitalisation constitue une des garanties à privilégier. En effet, un séjour à l'hôpital ne se prévoit pas mais coûte cher.

En effet, à votre sortie d'hôpital, vous avez un forfait journalier (20 € par jour) à régler, 20 % des frais d'hospitalisation, les éventuels frais liés à votre confort personnel (chambre individuelle, télévision...) ainsi que les éventuels dépassements d'honoraires médicaux. Ces frais qui peuvent être importants, sont pris en charge en partie ou en totalité par votre complémentaire santé. De ce fait, il convient d'éviter les contrats qui limitent leur garantie à un certain montant.

femme senior assise dans un cabinet dentaire
L'âge avançant, on veillera aux prestations de la mutuelle pour le dentaire, l'ophtalmologie et l'audition, très mal remboursés par la Sécurité sociale hors nouvelle offre « 100 % santé ». © istock

Le remboursement des médicaments que les seniors consomment plus du fait d'un plus grand nombre de pathologies, doit également être regardé de près. En effet, les médicaments prescrits par un médecin sont remboursés par la Sécurité sociale de 15 % à 100 % selon le service médical rendu. Le reste à charge peut vite se révéler très coûteux, seuls les médicaments irremplaçables délivrés en cas d'affections graves ou invalidantes étant pris en charge en totalité. De plus, certains médicaments sont totalement déremboursés, comme l'homéopathie à compter du 1er janvier 2021.

 

Le dentaire, l'optique et les prothèses auditives

La nouvelle offre dénommée « 100 % santé », proposée par la Sécurité sociale et les contrats complémentaires santé « responsables », assure un remboursement complet sur ces trois postes si vous choisissez des équipements rentrant dans ce cadre, ce qui n'est pas toujours le cas.

Or, les frais dentaires augmentent avec l'âge : non seulement les soins courants, mais aussi les prothèses et les implants, pas toujours remboursés en totalité.

Il en est de même des frais d'optique qui constituent l'un des postes les plus mal remboursés par la Sécurité sociale. Vous pouvez également avoir recours à de la chirurgie réfractive des yeux ou à des opérations (cataracte, glaucome...) où un reste à charge est souvent constaté.

Enfin, de nombreux seniors, impactés par des troubles auditifs, doivent se faire appareiller et la prise en charge de la Sécurité sociale reste minime.

Vous devez donc être vigilant sur ces trois postes pour lesquels le montant annuel des frais non remboursés est vite important.

Les options intéressantes

La médecine douce a beaucoup évolué ces dernières années et se trouve maintenant plébiscitée par une partie de la population alors qu'elle n'est ni reconnue, ni prise en charge par la Sécurité sociale.

Si vous êtes adepte de ces solutions alternatives, vous avez tout intérêt à être attentif aux remboursements accordés par votre complémentaire santé pour l'acupuncture, l'ostéopathie, la sophrologie ou encore l'hypnothérapie.

Vous avez tout intérêt à choisir une mutuelle qui adhère à un réseau de soins

Les cures thermales, très appréciées des seniors, peuvent en partie être prises en charge par votre caisse d'assurance maladie si elles sont prescrites par votre médecin. Le niveau de remboursement dépend de votre affection, de vos ressources et de votre situation personnelle. Votre reste à charge est donc plus ou moins important selon votre situation. Votre mutuelle peut vous proposer une prise en charge totale de vos frais de soins, ainsi qu'un forfait pour vos frais annexes.

Les services annexes

Vous avez tout intérêt à choisir une mutuelle qui adhère à un réseau de soins. Cette solution vous permet de bénéficier de prix plus faibles, notamment en optique ou dentaire, et d'être mieux remboursé.

Les services d'assistance ne doivent pas, non plus, être négligés. Ils vous permettent de bénéficier de téléconsultations ou encore, après une hospitalisation et lors de votre retour à domicile, d'une aide- ménagère, de portage de repas ou de livraison de médicaments.

Enfin, vous devez privilégier les complémentaires santé prévoyant un tiers payant étendu, ce qui vous évitera de faire l'avance des frais aussi bien pour ceux pris en charge par la Sécurité sociale que pour ceux réglés directement par votre mutuelle (par exemple à votre pharmacien).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

elementum eget Lorem venenatis quis luctus nec efficitur. pulvinar nunc risus