Quelles sont les différences entre assurance-vie et assurance décès ?

Pour couvrir l’avenir du souscripteur ou du bénéficiaire d’une assurance, il existe différents produits. C’est le cas de l’assurance décès qui doit être différenciée de l’assurance vie. Toutes deux apportent une sécurité matérielle via un apport financier mais elles sont différentes et ne couvrent pas les mêmes situations. Il est important de faire la distinction entre l’assurance décès et l’assurance vie.

L’assurance vie : avant tout un placement

L’assurance vie est un placement financier qui permet de faire fructifier un capital déposé par le souscripteur. C'est un contrat conditionné par la vie de l'assuré. C’est aussi un moyen de transmettre son patrimoine car le capital n’est soumis aux droits de succession. Ce contrat permet d’anticiper le futur, de se constituer un capital supplémentaire pour sa retraite ou peut être destinée à un ou plusieurs bénéficiaires autre que le souscripteur en cas de décès de ce dernier. Sur le long terme, l'assuré va verser des cotisations régulières sur son assurance vie. Au bout de huit ans, l’argent déposé peut être retiré sans pertes.

>> À lire aussi : Il ne faut pas confondre assurance-vie et prévoyance !

L’assurance vie contient une clause bénéficiaire qui permet de nommer un tiers ou plusieurs tiers dans le contrat. Ces personnes désignées pourront bénéficier du capital et des intérêts en cas de décès du souscripteur.

L’assurance décès : protéger ses proches

L'assurance décès est un contrat d’assurance qui permet de faire face aux éventuelles difficultés financières de vos proches en cas de décès prématuré du souscripteur. On parle de capital décès versé à un ou plusieurs bénéficiaires identifiés. Cet argent permet d’assurer un train de vie similaire malgré le décès du souscripteur, de faire face aux frais liés au décès (éventuellement à la place d’une assurance obsèques). Enfin, il permet d’envisager l’avenir de ses enfants de manière plus sereine.

Ici, ce n’est pas le souscripteur qui est bénéficiaire de l’assurance mais des personnes nommément identifiées. Lors du décès du signataire du contrat, ces bénéficiaires touchent le capital décès. Le souscripteur anticipe un décès prématuré en constituant un capital. Il peut le faire par un versement unique ou par le versement régulier de cotisations ou encore d’une prime annuelle. Il peut enfin verser des cotisations après le dépôt d’un capital initial. Lors de son décès, la totalité du capital est versé aux bénéficiaires en une seule fois ou sous forme de rente. Il y a généralement un âge limite pour souscrire une assurance décès, souvent autour de 65 ans. S’il vous faut davantage d’informations, vous pouvez vous renseigner sur les sites spécialisés.

Attention, veillez à ne pas confondre assurance décès et assurance obsèques (en savoir plus sur l'assurance obsèques ici).

Dans quels cas choisir l’un ou l’autre ?

Assurance vie et assurance décès sont donc deux contrats bien différents. L’assurance vie permet de se constituer un capital pour soi-même tout en désignant un ou plusieurs bénéficiaires en cas de décès du souscripteur. Le bénéficiaire d’origine est le souscripteur lui-même mais il peut désigner un ou plusieurs bénéficiaires en cas de décès. Le capital est transmissible via la clause bénéficiaire. L’assurance vie n’est pas soumise aux droits de succession mais reste soumise aux prélèvements sociaux.
L’assurance décès a pour objectif principal de protéger financièrement ses proches en cas de décès prématuré de l’assuré. Le bénéficiaire d’origine est une personne tierce identifiée par l’assuré. Le capital est transmissible avec une fiscalité très réduite. Avec ce contrat, le souscripteur ne peut pas récupérer son capital pour lui-même.

Une assurance décès est un contrat de prévoyance alors que l’assurance vie est un placement financier, un produit d’épargne. Elle peut servir à mettre ses proches à l’abri du besoin financier via la clause bénéficiaire mais ce n’est pas son objectif premier. Au contraire, l’assurance décès permet de fournir un capital ou une rente aux bénéficiaires en cas de décès prématuré.

>> À lire aussi : Pourquoi l’assurance-vie reste utile pour le couple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

nunc luctus in suscipit ante. venenatis ut eget efficitur. neque. mattis