Maladie de Parkinson : facteurs de risques, causes et prévention

Cette maladie neurologique dégénérative survient lorsque les neurones de la substance noire (aire cérébrale) produisant de la dopamine — substance chimique transmettant les impulsions nerveuses cérébrales — meurent ou se détériorent.

Cropped View Of Senior Man Playing With Puzzles
© istock

En temps normal, le mouvement et les déplacements sont faciles et fluides, en partie grâce à un taux adéquat de dopamine. Une baisse de ce taux entraîne des anomalies motrices : tremblements, rigidité, traînement de pieds, démarche lente et perte d'équilibre.

Facteurs de risque

  • Plus de 60 ans
  • Hommes
  • Antécédents familiaux de maladie de Parkinson

Dépression, voix étouffée, troubles du sommeil et expression faciale figée sont d'autres symptômes.

La maladie affecte communément les plus de 60 ans, mais aussi des adultes plus jeunes. Les hommes sont atteints une fois et demie plus fréquemment que les femmes.

Causes

La cause est généralement inconnue, mais il existe plusieurs facteurs de risque — exposition aux pesticides et herbicides, environnement rural, eau de puits, proximité d'usines ou de carrières.

L'usage de drogues illégales coupées avec des produits chimiques peut aussi être une cause. Il semblerait qu'il y ait une composante génétique : le risque est accru lorsqu'un parent ou un membre de la fratrie a eu la maladie de Parkinson vers 40 ou 50 ans.

Prévention

On ne connaît pas de moyen de prévention autre que d'éviter les toxines mentionnées plus haut.

Diagnostic

Le médecin se fonde sur les symptômes pour l'établir. Examens du sang et imagerie cérébrale peuvent écarter des neuropathies telles que maladies de Creutzfeldt-Jakob ou auto-immunes.

Traitements

On ne sait pas guérir le Parkinson. L’objectif est donc d'atténuer les
symptômes.

Médicaments

Soit Ils remplacent la dopamine — levodopa (L-dopa), par exemple — soit ils ont la même action qu'elle : bromocriptine et pergolide.

La sélégiline peut protéger les neurones et retarder le besoin de L-dopa au stade initial de la maladie. Ces produits réduisent tremblements, rigidité et autres symptômes. D'autres, tels que la carbidopa, peuvent être prescrits en combinaison avec la L-dopa pour atténuer les effets secondaires. Les inhibiteurs de la catéchol-o-méthyl-transférase peuvent augmenter l'efficacité de la L-dopa.

Chirurgie

L'une des interventions consiste à implanter des électrodes dans le cerveau pour stimuler les zones-cibles avec des impulsions électriques. Une autre détruit les zones cérébrales responsables des symptômes.

Des implantations de cellules souches peuvent générer de nouveaux neurones sains et potentiellement guérir la maladie.

Compléments

Une étude réalisée par plusieurs centres cliniques et publiée dans Archives of Neurology, en 2002, a établi que des compléments de coenzyme QI 0 ralentissaient la progression initiale de la maladie. Il s'agit d'une substance présente dans les mitochondries, qui fait défaut en cas de Parkinson.

Technique Alexander

Ce programme d'éducation somatique tend à réduire le handicap associé
au Parkinson.

Massage neuromusculaire

Une étude pilote sur 32 patients, publiée dans le Journal of the American Osteopathic Association, en 2005, a montré que ce massage améliorait le contrôle moteur chez les personnes atteintes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nullam consectetur elit. ut mattis Curabitur ultricies quis, facilisis