L’arthrose du gros orteil : les opérations possibles

L’hallux rigidus entraîne des douleurs lors de la marche, et la perte progressive de la mobilité de l’articulation du gros orteil.

arthrose gros orteil intervention

L ‘arthrose du gros orteil, ou hallux rigidus, est la destruction du cartilage de l’articulation métacarsophalangienne (l’avant-dernière) du gros orteil. Elle atteint particulièrement les pieds dont le gros orteil est plus long que tous les autres orteils. Dans ce cas, la pression lors de la marche se concentre sur le gros orteil, dont l’articulation souffre alors davantage.

L’arthrose peut aussi survenir après une entorse du gros orteil. Elle provoque des douleurs lors de la marche et la perte progressive de la mobilité de l’articulation du gros orteil. Une bosse osseuse apparaît sur le dos de cette articulation, gênant le chaussage.

Quand envisager l’opération ?

Si l’arthrose est due à la forme du pied, une opération rapide stoppera la destruction du cartilage. Dans les autres cas, le choix de l’opération est fonction de la douleur et des attentes fonctionnelles des patients. Cette affection gêne la course ou le saut, mais permet tout à fait la marche (avec des semelles rigides). La douleur peut aussi être soulagée par des anti-inflammatoires et le port de chaussures orthopédiques.

Quelles sont les différentes interventions?

L’arthrose est due à un gros orteil trop long : l’opération consiste à le raccourcir par ostéotomie, c’est-à-dire par ablation chirurgicale d’un fragment de l’os phalangien, métatarsien, ou des deux. Ainsi, on corrige l’hyper-pression exercée sur l’articulation du pouce lors de la marche.

L’arthrose est provoquée par un traumatisme : pour limiter l’extension de l’affection, le chirurgien enlèvera le cartilage abîmé, de même que la synoviale pour lutter contre la douleur.

Si la destruction articulaire est déjà très avancée, deux autres opérations sont envisageables:

  • L’arthrodèse (ou blocage de l’articulation) pour stopper les douleurs: ce blocage n’empêche pas la marche même avec des talons, mais limite la pratique du sport.
  • La pose d’une prothèse de l’articulation métatarsophalangienne : deux types de prothèses existent, la prothèse fixe et la prothèse mobile (ou prothèse bouton).

Cette dernière conserve mieux le capital osseux et donne une meilleure mobilité.

Quelle anesthésie est pratiquée?

Selon l’anesthésiste et l’anxiété du patient, elle sera soit loco-régionale (à partir du genou), soit rachidienne (dans la colonne vertébrale), soit générale.

Quelles sont les suites ?

Toutes ces opérations durent environ une demi-heure, et leurs suites sont équivalentes. En l’absence de toute complication, le patient reste environ trois nuits à l’hôpital, pour gérer la douleur. Il porte ensuite, durant trois semaines, une chaussure adaptée pour loger le pansement.

Deux mois après, il marche normalement. La reprise du sport est possible au troisième mois. La cicatrice mesure environ 2 cm sur le côté médial du pouce (en regard de l’autre pied). La rééducation commence après la cicatrisation, et dure de trois semaines à un mois et demie.

À retenir :

  • L’arthrose du gros orteil est le plus souvent due à la forme du pied.
  • Plusieurs opérations existent en fonction de l’importance de l’arthrose.

Leave a reply


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

vulputate, et, libero ipsum sed sem, Curabitur