Médicaments : attention aux associations dangereuses !

Lorsque vous prenez un médicament, vous bénéficiez de ses actions sur la maladie elle-même ou sur ses symptômes, avec parfois des effets secondaires : maux de tête, nausées, somnolence...

femme senior qui prend ses médicaments
La prise d'un médicament en plus de votre traitement habituel peut être risquée © istock

La prise d'un médicament en plus de votre traitement habituel peut être risquée

Si vous l'associez, pendant la même période, à un deuxième médicament (parfois plus) pour soigner cette maladie ou une autre affection, vous courez le risque d'interactions désagréables, voire dangereuses entre les deux médicaments.

Par exemple, vous prenez un anticoagulant pour éviter la formation d'un caillot de sang. Vous risquez alors l'hémorragie en absorbant, pour une forte douleur, une grosse dose d'aspirine dont l'effet secondaire est de favoriser un saignement.

Parfois, le risque d'interactions est plus subtil. En prenant, par exemple, un premier médicament, celui-ci subira des transformations chimiques qui le modifieront en produits secondaires. La prise d'un deuxième médicament risque alors de bloquer la transformation du premier qui pourra "s'accumuler" dans l'organisme (et provoquer un surdosage potentiellement dangereux). A l'inverse, le deuxième médicament peut empêcher l'action du premier.

À lire aussi : À chaque médicament son heure

Soyez vigilant : lisez bien les notices

Tous ces phénomènes, pratiquement inconnus il y a une trentaine d'années, ont acquis une grande importance du fait du nombre croissant, de la puissance et de la sophistication des molécules. Au point que cette détection des interactions fait maintenant partie intégrante des recherches effectuées par les firmes pharmaceutiques sur leurs nouvelles molécules avant de les commercialiser.

Ces travaux sont effectués en laboratoire sur des cellules in vitro, puis sur des animaux, avant de faire l'objet d'essais très attentifs sur des volontaires sains puis sur des patients, eux aussi volontaires, avec toutes les garanties de prudence nécessaires.

Regardez bien les notices de vos médicaments pour trouver la liste des inter- actions possibles. Avec différents degrés entre les associations formellement contre-indiquées car dangereuses, à éviter, ou à déconseiller. Votre médecin et votre pharmacien doivent vous protéger contre ce genre de situation. De votre côté, soyez vigilant : n'ajoutez jamais spontanément aux médicaments prescrits sur l'ordonnance un médicament ancien, trouvé dans votre pharmacie, ou acheté sans ordonnance, même s'il s'agit d'aspirine.

À lire aussi : 5 questions sur les médicaments génériques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

at amet, adipiscing ipsum lectus justo ut eget