Dégénérescence maculaire lié à l’âge (DMLA) : ce qu’il faut savoir

La détérioration des cellules photosensibles de la macula (zone centrale de la rétine qui permet des voir des détails minuscules au centre du champ de vision) produit une vision centrale floue ou déformée, une difficulté à lire et, pour finir, une tache aveugle. La dégénérescence maculaire est progressive et affecte en général les deux yeux. De plus en plus fréquente avec l'âge, c'est la cause majeure de cécité chez les plus de 60 ans en Amérique du Nord et en Europe.

Oeil De Femme Senior

Facteurs de risques potentiels

  • Plus de 60 ans
  • Fumeurs ou anciens fumeurs
  • Antécédents familiaux de dégénérescence maculaire, notamment en cas d'atteinte de parents au premier degré (frères et sœurs, parents, oncles et tantes)
  • Exposition régulière à un soleil fort
  • Yeux bleus ou verts
  • Hypertension artérielle
  • Taux de cholestérol élevé
  • Maladies cardiaques

Comment diagnostiquer la DMLA ?

Le diagnostic est établi au cours d'un examen des yeux comportant un test de vision et l'inspection de la macula. Le test utilise une grille d'Amsler. On suspectera une dégénérescence maculaire si les lignes d’une zone de la grille ont en permanence un aspect onduleux, flou, ou sombre.

Les ophtalmologues recommandent souvent aux personnes atteintes de dégénérescence maculaire de travailler sur la grille d'Amsler quotidiennement, chez eux, afin de détecter tout changement.

À lire aussi : Troubles de la vision : types, causes, et traitements

Quelles sont les causes possibles ?

La dégénérescence maculaire commence par une détérioration de l'épithélium pigmentaire rétinien, membrane située entre la rétine et la choroïde, les vaisseaux sanguins à l'arrière de la rétine. L'épithélium agit comme un filtre pour la rétine, laissant passer les nutriments bénéfiques du sang et retenant les substances nuisibles. Sa rupture endommage la rétine.

Sous sa forme sèche, la moins grave (80 à 85 % des cas), la dégénérescence maculaire se caractérise par un affinement des tissus maculaires et une perte de vision progressive.

Un faible pourcentage de patients développe ensuite la forme humide, la plus sévère : des vaisseaux sanguins anormaux se forment sous la rétine. Il s'en écoule du liquide ou du sang qui détruit le tissu nerveux de la rétine. Cette forme aiguë entraîne souvent une perte rapide de la vision centrale.

On ne connaît pas la cause précise de la maladie, mais les changements de l'œil dus au vieillissement jouent un rôle clé. La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DNILA) affecte en majorité les plus de 50 ans et sa prévalence augmente par décennie.

>> La cataracte précoce ça existe !

Quels sont les moyens de prévention ?

Si nous ne pouvons rien faire contre le vieillissement, certains facteurs de risque, notamment le tabagisme et l'exposition prolongée au soleil, peuvent être évités. Restez le plus possible à l'intérieur aux heures chaudes de la journée. Portez un chapeau et des lunettes de soleil qui filtrent la totalité du spectre des rayons ultraviolets. Évitez le tabagisme actif et passif.

L'ALIMENTATION. Un régime riche en graisses saturées et en cholestérol est susceptible d'augmenter le risque de DMLA. Inversement, la consommation de poisson et de noix peut le réduire légèrement, de même que celle d'épinards et de chou frisé qui contiennent de grandes quantités d'anti-oxydants.

LES ANTI-OXYDANTS. Deux anti-oxydants, la lutéine et la zéaxanthine, pourraient limiter le risque de DMLA. En revanche, les recherches n'ont pu déceler aucune action préventive de la vitamine C et E ou du zinc, qui pourraient néanmoins contribuer à diminuer la progression de la maladie.

LES TRAITEMENTS. Si la forme sèche de dégénérescence maculaire est irréversible, il est néanmoins possible de ralentir la progression de la maladie.

LES MÉDICAMENTS. Dans le cas d'une dégénérescence maculaire humide, l'injection de substances qui bloquent l'angiogenèse, c'est-à-dire la formation de vaisseaux sanguins, est en cours d'évaluation en France. L’Apparition des vaisseaux anormaux qui atrophient la rétine pourrait être ainsi ralentie.

LA CHIRURGIE. Dans la photo-coagulation au laser thermique, destinée à traiter la forme humide, les vaisseaux sanguins anormaux situés derrière la rétine sont brûlés pour éviter qu'ils ne saignent et ne se développent. Malheureusement, cette chirurgie détruit aussi souvent les vaisseaux sanguins en bon état.

LA PHOTOTHÉRAPIE DYNAMIQUE. Ce traitement de la forme humide a pour objectif d'arrêter les fuites de sang ou de liquide sous la macula.

Les risques d'endommager les vaisseaux sanguins en bon état sont moindres. L'ophtalmologue injecte dans le bras un médicament photoréactif qui se répand jusqu'aux vaisseaux sanguins des yeux. Puis, il dirige un laser froid vers les zones oculaires sélectionnées par le produit. L’interaction entre le produit et le laser détruit les vaisseaux sanguins anormaux.

LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES. On prescrit souvent des compléments d’antioxydants et de zinc pour réduire le taux de détérioration et préserver la vue du patient. Une grande étude clinique, réalisée à Bethesda (États-Unis) et publiée en 2001, a montré que la prise quotidienne de fortes doses de vitamines C et E, bêtacarotène et zinc diminuait d'environ 25 % le risque d'évolution vers le stade avancé. Toutefois, aucune réduction de la progression de la pathologie en début d'affection na été notée.

Différentes aides à la vision basse contribuent à faciliter la lecture en cas de DMLA : verres de lecture puissants, loupes, télescopes tenus à la main ou montés sur l'un des verres d une paire de lunettes, et lentilles colorées réduisant l'éblouissement.

L'ACCOMPAGNEMENT PSYCHOLOGIQUE. Une étude clinique randomisée, menée aux Etats-Unis et publiée en 2005, a montré que la participation à un groupe de soutien psychologique pouvait aider les personnes atteintes d'une dégénérescence maculaire avancée à améliorer leur vie au quotidien et à éviter la dépression. Le programme de soutien, qui dure douze heures, enseigne des stratégies de comportement et des solutions pratiques aux problèmes que pose ce handicap.  Il rompt l'isolement et restaure la confiance en soi. Les patients réagissent mieux psychologiquement que ceux n'ayant pas participé au programme.

A savoir : Les aliments riches en lutéine et en zéaxanthine sont susceptibles de réduire le risque de dégénérescence maculaire. Ils comprennent le jaune d'œuf, le maïs, les kiwis, le raisin, les épinards, le jus d'orange, les courgettes et différentes variétés de cucurbitacées.

Note : Les loupes tenues à la main et les accessoires pour lunettes contribuent à rendre plus faciles la lecture et les tâches du quotidien pour les personnes atteintes de dégénérescence maculaire.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

mattis dapibus ut et, suscipit quis,