J’ai des trous de mémoire : que faire docteur ?

J’ai des trous de mémoire : que faire docteur ?

 

La mémoire ça s’entretient. Avec l’âge, les “trous de mémoire » rien d’alarmant. Et l’on peut y remédier !

Je viens vous voir parce que j’ai des trous de mémoire. Je ne me souviens plus de rien...

Je pense que vous exagérez un peu ! Pouvez-vous me préciser ce que vous entendez par là ?

Je ne sais pas... Ma femme est obligée de me rappeler que les enfants viennent dîner ou que les voisins nous ont invités pour l’apéritif. Je ne lui rapporte pos du marché qu’elle m’a demandé pourtant j‘écris tout, mais j’oublie de regarder)... Je ne suis tout de même pas gâteux !

Sûrement pas ! J’aimerais bien être comme vous à votre âge. A 72 ans, il est normal de ne pas avoir l’esprit et la mémoire aussi souples qu’à 20 ans, mais vous avez encore toute votre tête. Vous vous souvenez fort bien de nombreuses choses anciennes, ou même plus récentes. Vous pouvez me dire quand on vous a opéré de l’appendicite, les noms de vos voisins ou la date du référendum sur l’Europe. Ce que vous retenez moins bien, ce sont des notions précises, concernant votre vie quotidienne. C’est peut-être plus une question d’attention.

On m’a toujours dit que j‘étais distrait et ¡‘ai l’impression que cela s’accentue. En revanche, je me souviens fort bien de mon enfance, de 1a guerre, de mon travail, même des numéros de téléphone de mes amis. Ce qui m’ennuie, c’est que souvent, une fois dehors, je ne sais plus ce que ¡e suis parti faire ! Je suis en train de lire, je me lève, je passe dans la pièce à côté et je me demande ce que j’y fais. Parfois, il me suffit de revenir au point de départ pour que la mémoire me revienne. Avouez, docteur, que ce n’est pas normal!

Je ne vous dirai pas que c’est normal, mais qu’il est fréquent, à votre âge, d’éprouver ces difficultés sans pour autant craindre de devenir gâteux.

Mois alors, docteur, Il n’y a rien à faire si c’est l’âge? C’est comme mes douleurs ou mon souffle!

Pourquoi ? Vous portez bien des lunettes pour corriger votre presbytie. Pour les troubles de la mémoire, c’est un peu différent parce que l’on ne sait pas bien quelle est la part de l’insuffisance circulatoire (du vieillissement artériel) et celle du vieillissement cellulaire (diminution du stock des neurones cérébraux et de la qualité des liaisons entre eux). Si l’on ne peut rien aujourd’hui sur la destruction cellulaire, on peut agir sur les troubles de la transmission nerveuse, et un peu plus sur le ralentissement du débit circulatoire du cerveau.

Pratiquement, vais-je pouvoir guérir de ces troubles de mémoire, ou deviendrai-je fou comme mon cousin qui, lui, souffre de la maladie d’Alzheimer?

Rassurez-vous, d’abord, cette maladie commence plus tôt. Ensuite, elle s’accompagne de troubles de la mémoire  ancienne, de désorientation (on ne sait plus où l’on est), de fabulations, d’hallucinations (on voit des scènes qui n’existent pas, on entend des voix). Cela ne vous concerne pas le moins du monde.

Pour vous aider, nous allons utiliser plusieurs moyens. Vous allez d’abord prendre ces médicaments : l’un améliore la transmission nerveuse, l’autre la circulation cérébrale. Mais cela ne suffit pas, il faut aussi que vous entre teniez votre mémoire, en lisant d’abord, et en faisant l’effort, chaque fois que vous reprenez votre livre, de vous souvenir de ce que vous avez lu la veille. Il serait également bon que vous appreniez tous les jours quelques phrases, et que vous vous les récitiez ensuite à voix haute. Vous aimez les mots croisés : faites-en souvent, en cherchant les mots que vous ne connaissez pas dans le dictionnaire. Occupez vos soirées à des parties de scrabble avec votre femme, ou vos enfants quand ils viennent vous voir.

Pensez-vous vraiment qu’en faisant tout cela, je retrouverai la mémoire?

Cela vous aidera sûrement, mais, plus important, continuez à vous intéresser à tout ce qui vous entoure. C’est le meilleur moyen d’être moins distrait, plus attentif. Et rien ne vous empêche de noter ce que vous voulez être certain de ne pas oublier.

À retenir

  • Le cerveau (en fait les neurones et leurs liaisons) est comme le corps : il faut l’entretenir.
  • Exercez votre mémoire tous les jours, et commencez le plus tôt possible.

À lire : Le maintien à domicile limiterait le déclin cognitif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

velit, Lorem elit. odio Aliquam commodo ut id consectetur