La coloscopie : tout savoir sur cet examen

Il s'agit de l'examen de choix du gros intestin. Il autorise le dépistage de certaines lésions, permettant aussi, dans certains cas, de les traiter.

Coloscopie

Pourquoi réalise-t-on cet examen ?

Vous avez des douleurs abdominales, des troubles récents du transit (diarrhée, constipation), du sang dans les selles, on vous a découvert une anémie lors d'une prise de sang... Mais cet examen est conseillé aussi en cas d'antécédents familiaux de polypes ou de cancer du côlon car il peut exister un facteur héréditaire. Le pratiquer dix à quinze ans avant l'âge de survenue du cancer de l'ascendant proche.

Que faut-il faire avant ?

  • L'examen se pratiquant sous anesthésie générale, il faut consulter un médecin anesthésiste quelques jours avant. Les deux jours précédant, vous devez faire un régime sans crudités, salade, légumes verts et fruits frais.
  • La veille ou le matin de l'examen (selon s'il est prévu le matin ou l'après-midi), vous buvez une solution liquide qui provoque des diarrhées, mais sans douleur. L'objectif ? "Nettoyer" l'intestin.
  • Vous devez être à jeun depuis 6 heures comme avant toute anesthésie générale.

Comment ça se passe ?

Revêtu d'une blouse, vous êtes conduit dans une salle d'opération où l'anesthésie générale est pratiquée. Le gastroentérologue introduit par voie rectale un coloscope, tube souple dont l'extrémité est munie d'une minuscule caméra vidéo. Puis, il insuffle de l'air pour déplisser les parois du côlon et remonte progressivement le tube. Durant l'examen, il visualise sur un écran la totalité du gros intestin et la partie terminale de l'intestin grêle. Des prélèvements ou biopsies des lésions suspectes peuvent être effectués grâce à de petits instruments. Le médecin peut aussi procéder à l'ablation de petites tumeurs (ou polypes). Une analyse en laboratoire des tissus prélevés est toujours réalisée.

En fin d'examen, l'air insufflé est aspiré.

Est-ce douloureux ?

Non, mais une gêne peut être provoquée par le ballonnement abdominal.

Combien de temps ça dure ?

En moyenne 15 à 30 minutes.

Comment se sent-on après ?

Une équipe d'anesthésie prend soin de vous en salle de réveil pendant une heure. Vous vous reposerez encore une heure et vous prendrez une petite collation.

Vous pourrez après rentrer chez vous, à condition d'être accompagné par un proche car il est interdit de conduire après une anesthésie générale.

Quand a-t-on les résultats ?

Vous repartez généralement avec le compte rendu opératoire le jour même. Si un prélèvement a été effectué, le résultat sera connu quelques jours plus tard.

Quels sont les risques et les contre-indications ?

Une perforation de l'intestin en cas d'ablation d'un gros polype est la complication majeure, mais elle est rarissime et contrôlée. Il est toutefois recommandé de contacter votre gastroentérologue en cas de douleurs abdominales, fièvre, nausées, vomissements ou saignements par l'anus, survenus après l'examen.

Par ailleurs, certaines infections aiguës de l'intestin, une péritonite contre-indiquent cet examen.

À retenir :

  • Tout le monde devrait effectuer cet examen de dépistage entre 50 et 60 ans, voire plus tôt encore s'il existe des symptômes.
  • La coloscopie se réalise en ambulatoire, vous ne restez donc en principe que quelques heures à l'hôpital.

Sujets connexes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

commodo Donec ante. sed consequat. ultricies felis facilisis libero