Urgences dentaires : Les bons réflexes

Vous souffrez d'une urgence dentaire, pour éviter que le problème s'aggrave, consultez vite un dentiste. Mais, avant, sachez effectuer les gestes qui vont préserver vos dents et votre sourire.

Dents et d'une trousse de premiers secours
© iStock

Une rage de dents

Ses symptômes sont caractéristiques et ils ne risquent pas de passer inaperçus : la douleur est vive, violente, palpitante. On a l'impression que son cœur bat littéralement dans la dent.

Cette douleur s'accentue au moindre mouvement, au contact du chaud comme du froid...

Que faire ?

  • Avaler un antalgique (comme du paracétamol ou de l'ibuprofène). Piler un clou de girofle et le mettre sur la dent douloureuse.
  • Consulter sans tarder car la rage de dent indique que la carie a atteint la pulpe. Et il n'existe pas de guérison spontanée d'une carie.
  • Si vous ne vous faites pas soigner, sachez que l'infection va commencer à entamer les tissus environnants : os, ligaments, gencive. Elle va irrémédiablement tendre vers la formation d'un abcès.

À ne pas faire

Poser des compresses chaudes sur les joues : elles accélèrent le processus d'infection.

Le rôle du dentiste : Puisque la carie a atteint la pulpe, le dentiste devra dévitaliser la dent. Devenue fragile, la dent doit être consolidée par une couronne.

Bien sûr, plus on réagit tôt en consultant dès le début des douleurs, plus on a de chance de sauver sa dent. Votre sourire pourra être préservé grâce à des prothèses, par exemple en céramique de la même couleur que la dent d'origine.

Un abcès

Tuméfaction, rougeur, douleur... l'abcès forme une "poche" d'infection, qu'il faut éliminer au plus vite pour éviter que le pus ne se diffuse dans l'organisme.

Bon à savoir : l’arrivée" d'un abcès est rarement prévisible. Mais il est souvent associé à des signes précurseurs : douleurs intermittentes, carie importante et non soignée ayant déjà provoqué une rage de dent, un changement de couleur des gencives, des sensations bizarres à la mastication...

Attention, certaines nécroses dentaires se font sans douleur. Les dents de sagesse (surtout lorsqu'elles manquent de place ou poussent en oblique) peuvent aussi provoquer des abcès.

Seul un suivi régulier et des contrôles radiographiques des dents à risque per- mettent d'éviter le risque d'abcès.

Que faire ?

  • Consulter au plus vite.
  • Effectuer des bains de bouche en respectant la notice. Contre la douleur, prendre des antalgiques (paracétamol ou ibuprofène).

À ne pas faire

Prendre de l'aspirine. Si l'abcès commence à suppurer, il est conseillé de cracher. Avaler augmente en effet le risque de diffusion des germes dans l'organisme.

Le rôle du dentiste : Il va d'abord drainer le pus par voie gingivale et/ou par voie dentaire en ouvrant la zone pulpaire. L'effet est immédiat la douleur décroît alors instantanément.

Il doit ensuite éliminer la cause de l'abcès, en désinfectant l'intérieur de la dent et en ayant recours à une antibiothérapie par voie générale pour s'assurer de l'élimination des germes pathogènes.

Les soins purement dentaires ne seront réalisés qu'après disparition de tous les signes d'infection, une fois que les antibiotiques auront agi en profondeur. Les anesthésies sont en effet moins efficaces lorsqu'elles sont injectées dans une zone infectée. L'extraction est rare (sauf quand l'infection n'est pas traitable).

Une dent qui bouge

Sous l'impact d'un choc, la dent a subi un étirement ou un déchirement des ligaments qui la rattachent à l'os. La dent n'est plus solidement fixée dans son alvéole : elle "bouge"

Que faire ?

Appliquer avec le doigt un gel antiseptique ou badigeonner avec une solution spécifique (Hextril en gel ou en solution, par exemple) en cas de légers saignements des lèvres ou des gencives.

À ne pas faire

La toucher. Eviter les bains de bouche (certains sont corrosifs pour les tissus dentaires) avant la visite chez le dentiste.

Le rôle du dentiste : D'abord vérifier à la radiographie que le nerf, la racine et l'os ne sont pas lésés. Poser ensuite (éventuellement) une contention pour faciliter l'immobilisation de la dent. Si la dent s'est réimplantée sous le choc, la contention est inutile : la dent se repositionnera d'elle-même si les conditions lui sont favorables.

Une dent cassée

Un coup, une chute... Pas de panique, à condition de faire vite et avec un peu de chance, il est possible de "recoller" les morceaux.

Que faire ?

  • En cas de douleur, prendre du paracétamol (surtout pas d'aspirine, elle augmenterait les éventuels saignements). Conservez le morceau cassé dans du liquide physiologique ou du lait UHT (ou sous la langue).

Si la zone de fracture est tranchante, mordre dans une compresse pour pré- venir les coupures. Garder la bouche close pour éviter la sensation de froid.

  • En cas de choc, sans dégât visible ou infime, même si la dent n'est amputée que d'un minuscule éclat, consulter. Des lésions sont invisibles à l'œil nu.

À ne pas faire

Jeter le bout de dent cassée qui pourra peut-être être "recollé".

Le rôle du dentiste : En premier lieu : vérifier qu'il n'y a pas de fracture au niveau des racines. Si l'angle de coupe le permet, et que la pulpe de la dent (sa partie vivante) n'est pas atteinte, il peut envisager un recollage à chaud" ou une reconstruction en "composite" (résine).

Si le nerf est lésé, il devra d'abord dévitaliser la dent avant de la consolider grâce à une couronne.

Une dent qui tombe

Un choc, et la dent sort de son logement. A condition de faire vite, elle peut (souvent) être réimplantée.

Que faire ?

  • D'abord récupérer la dent en la prenant par la couronne (la partie émaillée). La conserver dans un milieu humide : sérum physiologique ou lait UHT, ou à défaut sous la langue ou entre la lèvre et la gencive (à éviter toutefois chez l'enfant qui risque de l'avaler).
  • Se rendre d'urgence chez le dentiste. Il a 70 % de chance de la réimplanter s'il peut intervenir dans les trente minutes qui suivent l'accident 2 % seulement passé deux heures...
  • En cas de saignements : Le mieux reste, dans tous les cas, de mordre une compresse. Le saignement est rarement important et le caillot qui y met fin se forme rapidement. Eviter de cracher. Cela peut étirer la plaie et entraîner un afflux de sang supplémentaire.
  • Si ne pouvez pas consulter dans les deux heures: Tentez vous-même la réimplantation en replaçant la dent dans son alvéole. Ce n'est pas forcément douloureux et c'est la meilleure chance de "survie" pour la dent. Et consultez dès que possible.

À ne pas faire

  • Saisir la dent par la racine.
  • Appliquer un traitement agressif qui risque d'endommager ses cellules et ses fibres : la rincer sous un filet d'eau, faire un bain de bouche ou la nettoyer avec une brosse antiseptique. Toute irritation supplémentaire de la plaie ou de la racine de la dent diminue les chances de réimplantation.

Le rôle du dentiste : Effectuer une radio pour s'assurer de l'intégrité de l'alvéole dentaire (cavité où s'implante la racine dentaire). Puis mettre en place un système de contention pour immobiliser la dent. Et assurer un suivi à long terme pour vérifier l'évolution de l'intervention.

Si la réimplantation échoue (ou qu'elle n'est pas envisageable), il doit proposer d'autres solutions (bridge classique ou collé, implant).

Pendant le week-end : où trouver un dentiste ?

Mieux vaut souffrir d'une urgence dentaire en semaine, aux heures ouvrables, si vous n'habitez pas une grande ville, Car à l'exception des grands centres urbains où certains cabinets privés assurent une permanence 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, ce type de service n'existe pas ailleurs.

Le dimanche et les jours fériés, seule solution rechercher dans l'annuaire le Conseil de l'ordre des chirurgiens-dentistes de votre département pour obtenir le contact d'un praticien qui pourra vous recevoir. Ou contacter directement le Samu (15). Notez toutefois que pour un cas d'abcès, tes urgences classiques des hôpitaux sont, dans ce cas précis, capables de vous prendre en charge.

Question d'assurance

En cas d'accident dentaire, si vous voulez être couvert par l'assurance (tiers, dommages corporels, licence sportive), n'oubliez pas de réclamer un certificat médical à votre dentiste. Il vous permettra non seulement de faire prendre en compte les soins immédiats, mais aussi de couvrir d'éventuelles complications par la suite. Ce certificat servira éventuellement pour vous faire rembourser une couronne nécessaire, plusieurs années après l'accident, suite à la dévitalisation d'une dent qui aurait entre-temps changé de couleur.

Infection dentaire : Ce qu'elle cache

Les dangers d'une infection dentaire ne se limitent pas à la dent en elle-même, ni à la cavité buccale.

Elle peut entraîner de sérieux problèmes « à distance ». Les germes qui risquent en effet de se diffuser dans l'organisme peuvent être à l'origine de troubles cardiovasculaires (comme les endocardites), de maladies pulmonaires (abcès pneumonie), de douleurs articulaires (arthrose, arthrite, tendinite), ou encore d'ulcère ou de sinusite.

Chez la femme enceinte, l'infection peut provoquer, si elle s'étend au placenta, un accouchement prématuré ou un avortement. Les ramifications entre les affections des dents et des gencives et l'état de santé général sont telles que de nombreux spécialistes préconisent un bilan dentaire lorsqu'ils ne trouvent pas de causes à certaines maladies infectieuses ou inflammatoires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

id non venenatis, lectus Lorem Aenean