La ponction lombaire : tout savoir sur cet examen

Cet examen peut faire peur, mais permet un diagnostic rapide, notamment en cas de suspicion de méningite.

Ponction Lombaire

Pourquoi la pratique-t-on ?

La ponction lombaire permet de poser le diagnostic de méningite, d'hémorragie méningée ou de maladie neurologique (sclérose en plaques, etc.). Quelquefois, elle peut soulager s'il existe un excès de liquide céphalo-rachidien ayant créé un état d'hyperpression (hydrocéphalie communicante).

Que faut-il faire avant ?

Vous n'avez pas besoin d'être à jeun. Un sédatif est souvent administré pour vous détendre. En prévention de la douleur, on peut vous poser un patch sur la peau pour une anesthésie superficielle.

Comment ça se passe ?

L'examen a lieu le plus souvent dans une chambre d'hôpital. Deux ou trois personnes sont présentes : un médecin, une infirmière pour l'assister, une personne qui vous tient. Vous êtes en position assise, courbé le plus possible en avant (parfois en position allongée).

Les conditions d'asepsie sont importantes. La peau est localement désinfectée, le médecin revêt des gants stériles. Après avoir pratiqué une anesthésie locale profonde, il effectue, avec une aiguille très fine, une piqûre intradurale (à travers l'enveloppe la plus externe des méninges) dans le bas du dos, le plus souvent entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire. Le liquide céphalo-rachidien s'évacue tout seul et est recueilli dans des tubes pour être analysé en laboratoire.

Combien de temps ça dure ?

En général, dix à quinze minutes en tout. Mais si l'accès est difficile (en cas d'arthrose), on peut la faire sous contrôle radiologique et cela prend plus de temps.

Comment se sent-on après ?

Pour éviter ou limiter les migraines, il est impératif de rester allongé bien à plat si possible pendant 24 heures.

Quand a-t-on les résultats ?

L'aspect du liquide donne une orientation diagnostique : trouble, il signifie une infection bactérienne (méningite bactérienne) ; rouge tout au long de la ponction, il indique une hémorragie méningée. Ces résultats sont rendus dans la demi-heure ou l'heure qui suit.

Ils sont plus tardifs pour des recherches plus pointues.

Quels risques ?

Maux de tête durant plusieurs jours, bourdonnements d'oreille, douleurs du cou sont les signes d'un syndrome de fuite de liquide par l'orifice créé lors de la piqûre. Ce risque est plus fréquent si vous êtes jeune. Ces signes disparaissent normalement en position allongée.

S'ils sont très importants, on pratique un blood-patch qui consiste à injecter de votre sang au même endroit : celui-ci, en coagulant, va colmater la brèche interne.

Des douleurs peuvent survenir en cas d'arthrose de la colonne vertébrale.

Exceptionnellement, il existe un risque d'hématome intracrânien en cas de maladie grave neurologique ou de choc sur la tête dans les jours suivant un syndrome de fuite.

Y a-t-il des contre-indications ?

L'examen n'est pas pratiqué en cas d'hypertension intracrânienne ou bien de troubles de la coagulation.

À retenir

  • C'est une urgence en cas de suspicion de méningite, surtout à méningocoques qui est épidémique.
  • Une hospitalisation d'une journée s'impose le plus souvent.

Plus sur les examens courants :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ultricies Donec commodo amet, vulputate, sem,