Malvoyants et espace public : où en est-on ?

Voies publiques, agglomérations, trottoirs…, se mouvoir en milieu urbain pour la majorité des personnes est relativement aisé grâce à la vue. Par contre, pour la frange malvoyante de la population, soit près d'un million de personnes, se déplacer en ville peut relever d'un véritable parcours du combattant. Fort heureusement, la législation sur l'accessibilité des malvoyants a permis la mise en place de dispositifs spécifiques afin d'aider ces derniers à se mouvoir plus facilement et en toute sécurité. Quels sont-ils ? Découvrez-les dans cet article !

Visu Malvoyants Public
© istock

Les bandes podotactiles pour éveiller la vigilance des personnes malvoyantes

Ce sont des systèmes de prévention obligatoires dans les espaces publics et leur utilisation est normalisée et régie par la loi. Les bandes podotactiles ou bandes d'éveil de vigilance (BEV) sont des dispositifs tactiles qui servent à prévenir ou alerter les personnes atteintes d'un handicap visuel, de la proximité d'un danger.

Le niveau d'implantation des bandes podotactiles

Si l'on se réfère à la norme NF P98-351, l'implantation de bandes podotactiles ou bandes d'éveil de vigilance est requise de manière générale dans les cas suivants :

  • En haut des escaliers sur espace public ou voirie de plus de trois marches ;
  • En bordure des quais qui donnent accès aux transports en commun ;
  • En bordure des passages pour piétons et d'autres cas de traversées de voies.
Media Malvoyants Public Espace Est Ou
© istock

Les caractéristiques des bandes podotactiles

Chaque bande podotactile est conçue pour permettre au non-voyant ou au malvoyant de détecter la présence d'un potentiel obstacle grâce à ses pieds ou à sa canne. Pour cela, elles sont constituées de reliefs qui sont rendus possibles grâce aux clous podotactiles qui ont une allure de dôme et sont espacés de 3,75 cm. Ils doivent être hauts d'au moins 5 mm et avoir un diamètre de 25 mm (+/- 1 mm) pour être efficaces.

Ainsi, pour garantir la fiabilité de ces installations, la ville confie leur implantation dans les espaces publics à des entreprises spécialisées dans ce type de travaux. Elles doivent répondre en effet à certains critères.

Les dimensions réglementaires pour les bandes podotactiles

On distingue deux types de bandes podotactiles. Le format standard présente en largeur des lignes de 8 plots disposées en quinconce ou figure de cinq points. La dimension de la largeur est de 587,5 mm (+/-5 mm).

Il y a également le format réduit qui renferme en largeur quant à lui une ligne de 6 plots et une autre de 5 plots de manière alternative. Sa largeur est de 400 mm (+/- 5 mm). On a recours à cette version réduite dans les espaces restreints où l'implantation de la bande standard devient complexe.

Les couleurs des bandes podotactiles : la nécessité d'un contraste visuel

Le contraste visuel est fondamental dans l'implantation des bandes podotactiles. En effet, si pour une personne aveugle, la coloration des bandes n'a pas d'importance, elle est essentielle pour une personne malvoyante. Au-delà de la coloration, le contraste permet au malvoyant de distinguer la bande podotactile du sol sur lequel elle est implantée. Selon la norme en la matière, il représente la différence de lumière réfléchie entre la coloration du sol et celle de la bande. Ce contraste doit être de 2,30 si le sol est plus foncé que la bande podotactile et de 0,70 dans le cas contraire. La plupart du temps, les bandes à l'extérieur sont de couleur blanche. Mais au sein des bâtiments les couleurs peuvent varier.

Les feux sonores, incontournables pour un éveil par l'audition

L'implantation des feux sonores est aussi une mesure imposée par la réglementation sur l'accessibilité des aveugles et personnes malvoyantes. Elle est de ce fait indispensable, mais nécessite pour l'usager un minimum d'apprentissage.

Les feux sonores permettent en effet une localisation rapide et aisée de la traversée piétonne en suivant le bruit sonore. Ils indiquent par ailleurs, l'instant opportun pour s'engager sur le passage et traverser. Cependant, ils ne dispensent pas l'usager aveugle ou malvoyant d'un instant de vigilance pour détecter l'approche d'un possible danger imminent.

Comment ça marche ?

C'est le piéton qui déclenche le système grâce à une télécommande. Il reçoit alors les informations relatives au vert et au rouge piéton. Quand il déclenche le dispositif quand le feu est au rouge par exemple, le haut-parleur lui annonce « Rouge piéton + nom de la rue à traverser », ceci jusqu'au moment où le feu passe au vert. À cette phase, il reçoit un son cloché qui correspond au passage au vert.

La personnalisation du message au niveau de la phase rouge des feux permet aux piétons visuellement déficients de connaître le nom de la rue qu'ils souhaitent traverser. Le son leur permet également une bonne orientation tout au long de leur passage. C'est en effet pourquoi les feux sonores doivent être bien implantés et le plus près possible de l'axe du passage piéton.

Les bandes de guidage, pour faciliter la délimitation des couloirs de passage

Visuel Malvoyants Public Espace Est
© istock

Elles sont utiles en l'absence d'équipements auditifs ou tactiles. Elles donnent à la personne malvoyante un axe de trajectoire en limitant sa lecture des espaces trop grands. Leur implantation dans des espaces restreints n'est pas vraiment utile.

Par ailleurs, même au niveau des grands espaces, il est important de bien étudier l'environnement physique d'accueil afin de juger de leur utilité ou non. En effet, les bandes de guidage au niveau du sol sont requises entre autres au niveau des trottoirs très larges, des points d'arrêt des transports en commun, des grands espaces très fréquentés…

Elles complètent en réalité les bandes podotactiles pour prévenir d'imminents obstacles. Le contraste visuel est également à ce niveau extrêmement important afin de garantir leur parfaite visibilité par la personne malvoyante. Elles doivent également présenter un relief, une certaine hauteur par rapport au sol afin d'être perceptibles au toucher, soit à l'aide d'une canne ou des pieds.

Que retenir ? Vous l'aurez compris, la marche dans les espaces publics pour une personne en situation de déficience visuelle n'est pas aisée. Traverser la rue est un véritable défi, mais qui est grandement facilité par les différents dispositifs d'aide imposés par la réglementation en vigueur. Ces équipements leur permettent de localiser entre autres, les limites de la chaussée ou des passages piétons, les escaliers, de traverser la rue… Au nombre de ces dispositifs, on compte les bandes d'éveil de vigilance (BEV) ou bandes podotactiles, les feux sonores, les bandes de guidage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ut tempus leo pulvinar mattis ut mi, accumsan adipiscing libero neque.