9 plantes contre la fatigue !

Fatigue psychique, fatigue physique. Vous arrivez épuisé en vacances. Nous avons sélectionné pour vous les plantes qui vous aideront à retrouver du tonus et à passer un été en pleine forme.

Notre fatigue s’est accumulée tout au long de l’hiver et ne va disparaître qu’avec une détente de plusieurs semaines et beaucoup de soleil. Certaines plantes apportent de réels bienfaits pour lutter contre la fatigue. Sans effet dopant, dénuées d’additifs chimiques, c’est le complément des vacances.

Mais attention ! Elles ne remplacent en aucun cas le b.a.-ba de la pleine forme : une alimentation bien équilibrée, un sommeil naturel et du repos. Et si votre fatigue dure sans raison apparente, une consultation médicale s’impose.

Le ginseng contre le stress

C’est Marco Polo qui a introduit le ginseng en Occident, En effet, cette petite plante (30 à 50 cm), dont l’homme utilise la racine pour retrouver de la vigueur, est sur tout originaire des montagnes de l’Est asiatique. Il existe aussi une variété de ginseng d’Amérique.

Ses principes actifs sont nombreux : vitamines B, C, acides aminés (histidine)… Il a des propriétés toniques sur les plans physique et intellectuel.

Dans quels cas ? Pour retrouver des forces après une grande fatigue ou un stress.

Sous quelles formes?

  • En nébulisât : 2 gélules par jour pendant 15 à 30 jours.
  • Teinture mère : 50 gouttes / jour.
  • En décoction : Mettez à bouillir, 15 min, 60 g de racine de ginseng dans 11 d’eau. Laissez infuser pendant 5 min. Filtrez et buvez (3 à 4 tasses par jour).

A cause de son effet tonique, le ginseng peut entraîner des difficultés d’endormissement, comme l’éleuthérocoque (voir ci-dessous : Epuisement physique). Mieux vaut éviter d’en consommer dans la seconde moitié de la journée. Mais aussi de le prendre simultanément avec une boisson gazeuse au cola, du café ou du thé.

Si cette fatigue est liée à des insomnies ou une grande nervosité dans la journée, vous pouvez associer au ginseng Eschscholtzia (50 gouttes de teinture mère le soir), ce qui aura pour effet de procurer une bonne qualité de sommeil et de tonifier l’organisme pour le lendemain.

A noter : Ii faut parfois plusieurs semaines pour que le ginseng fasse de l’effet. Patience donc ! Mais en cas de prise régulière, il est préférable d’en interrompre la consommation tous les deux mois et de limiter l’usage des excitants. De même, tout usage intensif ou prolongé n’est pas conseillé pendant la grossesse.

L’éleuthérocoque contre l’épuisement physique

Appelé encore “ginseng de Sibérie”, ce petit arbuste épineux de 2 à 3 mètres de haut pousse aussi en Corée et en plusieurs régions de Chine. C’est surtout sa racine qui est utilisée en phytothérapie.

Dans quels cas ?

Pour remédier à la fatigue physique, celle éprouvée par exemple après de grandes ran données, un match de tennis particulièrement fatiguant, mais aussi pour faciliter la remise sur pied après une mauvaise grippe ou une maladie infectieuse (l’éleuthérocoque augmente les défenses de l’organisme).

Sous quelles formes?

  • En gélule, à raison de 2 par jour en cure de 15 jours. Etant donné ses propriétés stimulantes et anti-hypnotiques, il est conseillé d’éviter de prendre de l’éleuthérocoque à partir de 14-15 heures.
  • En décoction : Faites bouillir 30 g de racine de “ginseng de Sibérie” dans un litre d’eau durant 10 minutes et filtrez. Prenez un bol, matin et midi.
  • En teinture mère, 50 gouttes par jour en deux fois.

La sauge contre le manque d’appétit sexuel

Saviez-vous que cette plante, que vous pouvez faire pousser dans votre jardin, contient des œstrogènes naturels ?

Dans quels cas ?

Si vous souffrez d’asthénie sexuelle, elle aura une bonne action. D’autant plus si vous l’associez au gingembre qui a un effet excitateur sur le système neuro-hormonal.

Les feuilles de la sauge, appelée aussi  « herbe sacrée » ou « thé de France », sont appréciées pour leurs vertus médicinales.

Sous quelles formes ?

  • En tisane : Mettez 20 g de feuilles (sèches ou fraîches) dans 50 ml d’eau et laissez in fuser 5 minutes dans une tasse d’eau bouillante.
  • En gélule de nébulisat : A raison de 2 gélules par jour.
  • En teinture mère : Sur 3 semaines/1 mois à raison de 50 gouttes par jour.

Ce traitement peut être complété par une prescription d’aromathérapie à base d’essence d’ylang-ylang en olfaction sur un mouchoir ou sur la taie d’oreiller. L’essence d’ylang-ylang a une action excitatrice au niveau des circuits cérébraux du rhinencéphale dont dépendent l’olfaction et la sphère sexuelle.

A noter : Si la sauge est aussi un excellent stimulant utérin, elle aide également à réduire la lactation au sevrage et soulage les bouffées de chaleur à la ménopause. Mais la sauge est à éviter à dose thérapeutique durant la grossesse et chez les personnes qui souffrent d’épilepsie, car elle contient de la thuyone, une substance convulsivante qui peut déclencher une crise.

La prêle des champs contre la Carence en minéraux

Si vous vous reconnaissez dans les symptômes du spasmophile (vertige, spasmes, tétanie…) et si vous traversez un état de fatigue important, la prèle vous conviendra.

Au temps des Romains, cette plante (20 à 60 cm de haut), appelée communément “queue de rat”, “queue de cheval”, “queue de renard”, était appréciée pour ses propriétés toniques et reminéralisantes, par l’apport de flavonoïdes et de silice.

Parties utilisées : tige et feuilles.

Dans quels cas ?

Si vous vous sentez déminéralisé, si vous avez des taches blanches sur les ongles, si vous souffrez d’arthrose.

Sous quelles formes ?

  • En tisane : 3 à 4 cuillerées à soupe dans un litre d’eau bouillante.
  • En décoction : 3 à 4 tasses par jour Laissez tremper à froid 2 à 3 heures 50 g de plantes sèches dans un litre d’eau. Faites bouillir 15 minutes, laissez infuser 10 minutes.
  • En gélule : En cure de 3 semaines/1 mois à raison de 2 gélules par jour.

L’avoine contre le manque d’énergie

Cette céréale est un excellent antidépresseur, tonique, reconstituant nerveux. En phyto thérapie, toutes les parties de la plante sont utilisées : graines, tiges…

Dans quels cas ?

Pour remédier à la fatigue de ceux qui ont tendance à se déminéraliser (sujets à l’ostéoporose…), aux pertes d’énergie et à la fatigue dépressive.

Sous quelles formes?

  • En teinture mère : A raison de 50 gouttes par jour, durant un mois.
  • A la cuillère : Beaucoup de céréales de petit déjeuner sont à base d’avoine. Prudence, cependant, si vous souffrez d’in tolérance au gluten.

La ronce des bois pour atténuer la fatigue pendant une grossesse

Chacun connaît les fruits de la ronce, les mûres. Ici, ce sont les feuilles que l’on utilise.

Dans quels cas ?

Pour atténuer la fatigue de la femme enceinte, due à l’hypo tension, lors du 1’ trimestre.

Sous quelles formes ?

En bourgeon macérat glycériné à 0,1 % pour 125 ml, uniquement au cours du 1 trimestre : 30 gouttes matin et soir dans un peu d’eau. Pour remédier à l’asthénie, un bain à prendre plutôt le matin:

Mélangez à quantité égale 100 g de lavande (sommités fleuries), mélisse (feuilles), menthe (feuilles), romarin (plantes fleuries), sauge (feuilles) et serpolet (sommités fleuries). Faites infuser 15 min dans 3 litres d’eau bouillante. Passez et versez le liquide dans l’eau du bain, complet, surtout pas trop chaud (35 °C).

A noter : Certaines plantes ont des propriétés emménagogues. Elles activent les règles. L’automédication est donc tout à fait contre-indiquée durant la grossesse. Et notamment en ce qui concerne la teinture mère.

Le blé germé contre la fatigue scolaire

Dans quels cas ?

Pour remédier aux fatigues des étudiants avant et après les examens. Et au moment des crises de croissance.

Sous quelles formes ?

  • En gélule, 1 fois par jour, mais pas avant l’âge de 7/8 ans.
  • En teinture mère, à raison de 20 gouttes par jour.
  • En complément alimentaire : Une cuillère à soupe de blé germé tous les jours dans l’alimentation.

A noter : Ce traitement sera associé à une prise régulière de vitamine C naturelle que l’on trouve dans les agrumes et les kiwis.

Le cassis pour la convalescence

Le cassis, grâce aux vitamines et aux pigments qu’il contient, est un excellent remède pour stimuler l’organisme.

Dans quels cas ?

Pour accélérer la convalescence après une maladie infectieuse (grippe, mononucléose…), une fracture… Les feuilles et les bourgeons sont utilisés.

Sous quelles formes ?

  • En gélule : Une gélule d’extrait sec de cassis au petit déjeuner sur plusieurs semaines.
  • En bourgeon macérat : 1 D (première décimale) à raison de 50 gouttes matin et soir.
  • En infusion : 3 à 4 tasses par jour. Faites tremper, pendant 1 heure, dans 1 1 d’eau froide, 40 g de feuilles de cassis séchées. Puis chauffez à feu doux jusqu’à ébullition. Retirez du feu et laissez infuser 10 min.

Le trèfle d’eau contre l’Anémie

Dans quels cas ?

Tout particulièrement indiqué lors de fatigue chez des personnes à tendance anémique.

Sous quelles formes ?

  • En gélule : en poudre de feuilles séchées, 2 à 4 par jour.
  • En macération : Feuilles, 100 g pour 1 l d’eau ou de vin (laisser macérer au moins 3- 4 jours).
  • En décoction à ébullition brève d’une minute. Puis laissez macérer 2 à 3 jours. Filtrez. 1 cuil. à soupe, 2 fois par jour.

Plantes contre la fatigue : A savoir

  • Si la phytothérapie n’apporte aucune amélioration à l‘issue de la durée indiquée, ne prolongez pas la prise sans avis médical. Car il peut se produire des phénomènes d’intolérance.
  • Pour des raisons de commodité, les tisanes sont à préférer en vacances ou le week-end.
  • Vous pouvez préparer vos tisanes le matin pour la journée. Même froide, les principes actifs demeurent. Mais ne les gardez pas au-delà de 24 heures.
  • Du fait de leur teneur en alcool, les teintures mères sont déconseillées en cas de grossesse, d’inflammations gastriques ou hépatiques et pour les enfants et les alcooliques sevrés ou en cours de sevrage.
  • Les teintures mères sont prises en charge pas la Sécurité sociale. Mais, sauf sur avis médical, ne pas dépasser 50 gouttes par jour.
  • Le sucre étant fermentescible et pouvant majorer certains ballonnements et autres troubles digestifs, mieux vaut éviter de sucrer la tisane. Ajouter plutôt une petite quantité de plantes pouvant améliorer son goût, telle l’aspérule odorante, ou édulcorer avec du miel.

> À lire aussi : Les plantes et la digestion

Il n’y a pas que la tisane

  • Nébulisat : Il est obtenu à partir de l’extrait aqueux lyophilisé de la plante, à basse température et avec déshydratation complète. La poudre obtenue est très fine et présentée en gélules.
  • Macérat : L’extraction des principes actifs se fait à chaud ou à froid, en laissant macérer la plante plusieurs jours ou plusieurs semaines dans de l’alcool, de l’huile, de l’eau. Peut se conserver un an.
  • Teintures mères : Elles s’obtiennent par macération dans un mélange d’alcool et d’eau. L’alcool permet d’extraire les principes actifs de la plante fraîche et d’assurer la durée de conservation des teintures (2 ans). En homéopathie, les teintures mères (TM) servent à la préparation des dilutions.
  • Extraits secs. Ils sont réalisés à partir de la plante, en entier ou en partie, broyée, pulvérisée et tamisée. La poudre est mise en contact avec un liquide (eau, alcool). Puis, par des procédés de macération, décoction, digestion (à chaud mais sans atteindre l’ébullition), infusion ou lixiviation (passage du liquide à chaud ou à froid à travers la plante), on extrait les principes actifs. Ensuite, on procède à une évaporation : selon le degré de celle-ci on a un extrait liquide, mou ou un extrait sec.
  • Elle est utilisée pour les parties fragiles de la plante (fleurs et feuilles). Comptez 25 g de plantes séchées ou 75 gde plantes fraîches pour 500 ml d’eau (pour 3 doses adultes). L’infusion, en dehors du feu, dure de 10 à 20 min. L’eau doit frémir et non bouillir pour éviter que de précieuses substances volatiles se perdent par évaporation.
  • Décoctions. Elles sont utilisées pour les racines, les tiges, les baies et les rhizomes. Le mélange (eau et plante) est porté à ébullition et main- tenu sur feu doux 5 à 10 min. Il faut 30 g de plantes séchées ou 60 g de plantes fraîches pour 750 ml d’eau (pour 3 doses adultes). Pour une meilleure efficacité, préférez l’eau de source ou faiblement minéralisée.

Il existe encore d’autres façons d’utiliser les plantes (bain, compresse, cataplasme, on- guents, huiles de massage, inhalations, complément à l’alimentation…).

Leave a reply


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

lectus non Lorem Nullam diam luctus id eleifend