Ostéoporose : ce qu’il faut savoir sur cette maladie

Cette maladie métabolique affecte la structure du tissu osseux qui se dégrade, rongeant et fragilisant les os. Dans le cycle de vie normale de l'os, l'ancien tissu osseux est continuellement résorbé alors que le nouveau se forme. Jusqu'à 30 ans environ, la masse osseuse augmente car le tissu jeune prend moins de temps pour se former que l'ancien à disparaître. Ensuite, le taux de remaniement décroît progressivement, entraînant une perte globale de masse osseuse.

Mobile

L'ostéoporose correspond à une accélération du taux de perte osseuse, très courante chez la femme ménopausée, et parfois aussi chez l'homme et les sujets jeunes des deux sexes. Elle affecte le plus souvent les poignets, les hanches et la colonne vertébrale.

Quelles sont les causes ?

Le vieillissement est la cause majeure de l'ostéoporose. Les femmes sont plus fréquemment atteintes que les hommes : les œstrogènes, hormones sexuelles féminines, contribuent a apporter aux os du calcium, minéral essentiel au remaniement osseux.

La baisse d'œstrogènes survenant à partir de la ménopause augmente le risque d'ostéoporose. Le danger est d'autant plus grand que la ménopause est précoce.

Une consommation de calcium insuffisante fait partie des causes importantes qui s'avèrent remédiables. Un manque de vitamine D (qui aide à absorber le calcium) peut aussi entraîner l'ostéoporose.

Le tabac accélère la perte osseuse en réduisant le taux d'œstrogène et en interférant potentiellement avec l'assimilation du calcium.

L'alcool favorise la perte osseuse et peut entraîner des fractures, même chez les jeunes adultes. Les femmes faisant trop d'exercice (compétitions) font baisser leur taux d'œstrogènes, ce qui peut aussi mener à l'ostéoporose.

Les facteurs de risque

  • Femmes de plus de 50 ans
  • Antécédents familiaux d'ostéoporose
  • Population d'origine blanche ou asiatique
  • Absorption insuffisante de calcium ou de vitamine D
  • Fumeurs ou anciens fumeurs
  • Consommation d'alcool excessive
  • Poids insuffisant
  • Petite ossature
  • Usage à long terme de médicaments tels que corticoïdes, anticonvulsivants, et fortes doses de médicaments pour la thyroïde
  • Hyper ou hypothyroïdie
  • Maladie de Cushing

Comment prévenir l’ostéoporose ?

Osthéoposose Shema
Dans l'os sain (à gauche), le tissu spongieux a une apparence régulière et solide, par comparaison avec celle de l'os atteint d'ostéoporose (droite), dans laquelle le tissu est affaibli. Une perte de masse osseuse fragilise les os, les rendant vulnérables aux fractures.

Une alimentation équilibrée avec un apport suffisant en calcium et vitamine D, et de l'exercice quotidien peuvent prévenir l'ostéoporose. L'Académie nationale des sciences des Etats-Unis recommande des doses journalières de calcium de 1300 mg pour les enfants de 9 à 13 ans, 1000 mg pour les adultes de 19 à 50 ans et 1200 mg pour les adultes de 51 ans et plus, ainsi qu'une dose quotidienne de 400 à 800 unités internationales de vitamine D.

Les sources de calcium dans l'alimentation se trouvent dans les produits laitiers à faible pourcentage de matières grasses, les légumineuses, le tofu, les légumes verts feuillus — salades, brocoli —, les sardines, le saumon frais, et les jus d'agrumes fortifiés en calcium. Pour la vitamine D, on conseille le lait ou les céréales complètes, ainsi que l'exposition à la lumière solaire quinze minutes par jour suffisent.

Les exercices en charge favorisent le remaniement osseux marche, tennis, vélo, ski de fond et danse.

L'ostéoporose peut aussi être évitée en ne fumant pas et en buvant moins de deux verres de boissons alcoolisées par jour (un verre d'alcool correspond à un verre de bière, un ballon de vin ou une dose de spiritueux).

Pour prévenir les fractures, protégez-vous des chutes, en portant des chaussures confortables, en utilisant la rampe dans les escaliers et en ne laissant rien traîner par terre. Si vous prenez un médicament provoquant une perte osseuse, votre médecin peut en prescrire un autre qui ralentit ou inverse le processus.

Comment est diagnostiquer cette maladie ?

Densitométrie Osseuse
L'ostéoporose est causée par une accélération de la perte osseuse. On mesure le contenu minéral des os avec une densitométrie osseuse.

On l'établit grâce à l'absorptiométrie biphotonique à rayons X (DEXA) qui mesure le contenu minéral osseux pour évaluer la densité et la résistance des os. On obtient alors une valeur de base de la densité qui permet de confirmer une ostéoporose suite à une fracture ou d'étudier les variations de la densité avec le temps. Les femmes au-dessus de 65 ans devraient systématiquement faire ce test, ou plus tôt en cas d'antécédents familiaux.

Quels sont les traitements indiqués ?

Ils visent à maintenir la densité osseuse en augmentant le taux de remaniement, en ralentissant la perte osseuse, ou les deux. Le calcium et la vitamine D ne suffisent pas à augmenter la densité osseuse d'une personne atteinte d'ostéoporose. La plupart des médecins recommandent un des médicaments suivants.

Les hormones

La thérapie œstrogènique se fait par voie orale ou par patch, qui apporte un complément en œstrogènes aux femmes ménopausées. Elle réduit la perte osseuse et donc le risque de fractures. Cependant, les effets secondaires sont importants : augmentation du risque de cancer du sein, de pathologie cardiaque et peut-être de la maladie d'Alzheimer.

La calcitonine est une hormone de régulation du métabolisme calcique. En injection ou en spray nasal, elle augmente la densité osseuse de la colonne vertébrale.

On la prescrit aux hommes et femmes lorsque biphosphonates, SERM (modulateur sélectif des récepteurs des œstrogènes) ou thérapie œstrogènique sont sans effet ou ne peuvent pas être utilisés.

La tériparatide est un complément à base d'hormones des parathyroïdes hormone naturelle qui maintient le taux de calcium dans le sang. Elle stimule la formation osseuse dans les hanches et la colonne vertébrale.

Elle est injectée aux hommes et aux femmes ménopausées a risque important de fractures osseuses.

Les médicaments

Les SERM ne contiennent pas d'œstrogènes, mais ont une action similaire dans l'organisme. Ils semblent avoir moins d'effets secondaires dangereux que la thérapie œstrogènique.

Prescrits aux femmes ménopausées, le raloxifène est un SERM qui réduit le risque de fractures des vertèbres tout en prévenant la perte osseuse des vertèbres, des hanches et autres os. Il diminuerait le risque de cancer du sein.

Les biphosphonates — alendronate, risedronate — ne contiennent pas non plus d'œstrogènes. Ils inhibent la perte osseuse. On les prescrit pour accroître la densité osseuse des hanches et des vertèbres et réduire le risque de fractures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

non vel, sit Aenean lectus Praesent venenatis Nullam felis in