Maison & jardin : comment avoir des fraisiers facilement

Maison & jardin - comment avoir des fraisiers facilement

 

Pour savourer leurs fruits au printemps, c’est dès maintenant qu’il faut planter vos fraisiers. Emplacement idéal, choix des variétés, techniques d’arrosage... tous nos conseils.

Belles fraises

Les fraises aiment les sols légèrement acides et riches en humus, à l’image des bordures de bois. Mais elles ne supportent ni le calcaire ni l’humidité stagnante. Comme la culture reste à la même place plusieurs années, choisissez un emplacement bien propre, ameubli en profondeur. Avant de planter, apportez une bonne dose de compost (40 kg/10 m2). Si le sol est lourd, plantez les fraisiers sur des petites buttes de 50 à 60 cm de large. Vous installerez sur chacune deux lignes de fraisiers, disposés en quinconce tous les 40 cm.

Sur un lit de paille

Les “baies de paille” : c’est ainsi que les nomment les Britanniques car elles sont traditionnellement cultivées sur des lits de paille Cette technique permet de maintenir le sol frais et de contenir les mauvaises herbes. Dans certaines régions, on utilisait à cet effet des aiguilles de pins.

Aujourd’hui, les professionnels les cultivent sur un paillage plastique noir. Si vous faites de même, n’oubliez pas de pré voir l’arrosage. Installez des tuyaux poreux ou micro-perforés avant de poser le plastique. Sinon, vous devrez installer une irrigation en goutte-à-goutte après la plantation.

Oiseaux gourmands

Lorsque les fruits apparaissent, il faut les protéger des limaces et des oiseaux. Contre les premières, placez des pièges, avec de la bière diluée ou des granulés de métal déhyde. Quant aux oiseaux, disposez des filets sur des arceaux pour les empêcher d’approcher.

En cas d’humidité (pluie ou arrosage par aspersion), il arrive que les fruits se couvrent d’une moisissure grise. Mieux vaut arroser au pied et éclaircir le feuillage s’il est trop serré.

Bonne multiplication

Les fraisiers donnent des stolons, tiges qui courent sur le sol. Elles vont s’enraciner à intervalles réguliers et donner de nouveaux plants. Lorsque ceux-ci sont bien enracinés, coupez la tige qui les relie au pied-mère. Attendez au moins une dizaine de jours avant de les transplanter. Ne laissez pas plus d’un ou deux stolons s’enraciner par pied. Supprimez les autres qui épuiseraient le pied-mère au détriment de la récolte.

Attention, pour pratiquer cette multiplication sans craindre de disséminer des maladies, il ne faut transplanter que des plants parfaitement sains.

D’hier à aujourd’hui

Jusqu’au XVIIIC siècle, nos ancêtres ne cultivaient que la fraise des bois et la fraise-capron (à saveur aigre). L’introduction des variétés actuelles est attribuée à un officier de marine (qui s’appelait Frézier !). En 1713, il rapporta du Chili des plants d’une grosse espèce indigène. Croisés à d’autres variétés américaines, ils ont donné naissance à nos variétés modernes à gros fruits. Pour vos plantations, vous avez le choix entre trois types de fraises:

  • Celles à petits fruits — “des quatre saisons” — se récoltent de mai-juin jusqu’en octobre.
  • Certaines variétés à gros fruits sont dites “remontantes”. Leur production démarre courant printemps, baisse pendant les grandes chaleurs, puis reprend jusqu’aux gelées.
  • Les variétés “non remontantes” ne donnent que pendant trois à quatre semaines. Mais leur production globale est à peu près équivalente.
  • Vous trouverez aussi des fraisiers baptisés “grimpants”. En fait, il s’agit de variétés dont les stolons se développent et fleurissent très vite. Il faut les “palisser” ou les “tuteurer”.
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

risus venenatis, sit eget felis diam libero vel, commodo Nullam massa