Embaucher une aide à domicile : que faut-il savoir ?

Que ce soit pour soi-même ou pour un proche en difficulté, qu'il s'agisse d'une intervention ponctuelle ou plus régulière, on a tous un jour besoin de faire appel à une auxiliaire de vie. Il convient dans un premier temps de vérifier les missions que l'on souhaite confier à la personne que l'on va embaucher, et, ensuite, de décider de quelle manière on recrutera cette personne.

auxiliaire de vie avec une personnne agée

Quelles missions ?

Les missions d'une auxiliaire de vie sont au nombre de 26 et répondent à des règles définies par l'article D.7231-1 du Code du Travail. Elles consistent en l'entretien de la maison et quelques travaux ménagers, les petits travaux de jardinage ainsi que le bricolage, la garde d'enfants de plus de trois ans à domicile, le soutien scolaire à domicile, la préparation des repas, la livraison des repas et des courses à domicile, les soins et les promenades aux animaux des personnes dépendantes...

Pour plus d'information vous pouvez vous rendre sur le site des services à la personne.

Une auxiliaire de vie peut intervenir à tout moment de la journée ou de la nuit, selon les besoins de la personne à aider. Elle doit donc aussi savoir être à l'écoute, dans la bienveillance et l'empathie. Elle ne se contente généralement pas d'effectuer les tâches pour lesquelles il est prévu qu'elle intervienne, elle essaie aussi de maintenir du lien social en discutant avec la personne, en faisant des jeux avec elle, ou en lui faisant la lecture.

auxiliaire de vie discute avec une personnne agée

Elle mettra tout en œuvre pour que la personne dont elle a la charge puisse faire le maximum par elle-même pour lui redonner confiance et qu'elle évite de se laisser aller. Des qualités de psychologue sont aussi très appréciables : il ne faut pas que la personne qu'elle aide se sente complètement inutile ou ne fasse plus aucun effort. Ainsi, elle pourra l'assister dans sa toilette mais insistera pour que la personne l'aide à son tour. Elle fera tout ce qu'il est possible de faire pour que la personne soit le moins possible assistée pour prolonger son autonomie le plus longtemps.

Attention, pour certaines missions vous êtes obligé de faire appel à un mandataire ou à un prestataire, vous ne pouvez pas embaucher vous-même la personne.
Une auxiliaire de vie est là pour répondre aux besoins de la vie quotidienne lorsqu'on devient âgé, dépendant ou handicapé, ou que l'on souffre d'une maladie chronique. Elle peut aussi intervenir après une hospitalisation pour des besoins temporaires.

À lire aussi : Personnes âgées : quelles aides à domicile ?

Les aides que l'on peut percevoir dans le cas d'une embauche d'aide à domicile

On peut bénéficier d'un crédit d'impôt égal à 50% des dépenses restant à charge après les différentes aides obtenues. Il est possible de bénéficier de l'APA, Allocation Personnalisée d'Autonomie, dès lors que la personne qui sera suivie par l'auxiliaire de vie est classée "dépendant de classe I à IV".

Les personnes ayant des revenus modestes (moins de 869 € pour une personne seule et moins de 1348 € pour un couple) peuvent prétendre à une aide ménagère envoyée par le département. Parfois, la mutuelle peut proposer une aide à domicile, selon le contrat que l'on a souscrit. Si celui-ci contient une clause concernant la dépendance, la mutuelle peut alors prendre en charge tout ou partie des dépenses liées à l'embauche d'une auxiliaire de vie.

Embaucher soi-même une aide à domicile

Si l'embauche directe présente des avantages elle est aussi plus contraignante. En effet, même si êtes tenu de rémunérer votre aide à domicile au SMIC (soit un taux horaire brut de 10,03 € / heure) et devez payer les cotisations à l'URSSAF, cela vous reviendra malgré tout de même moins cher que de faire appel à un prestataire.

D'autre part, ce sera toujours la même personne qui se rendra au domicile de la personne à aider. Par contre, en cas d'absence (maladie ou congé), vous devrez vous-même trouver un remplaçant.
Un autre inconvénient réside dans le fait de s'assurer de trouver la personne compétente. D'autre part, vous devrez connaître toutes les règles concernant les formalités administratives (contrat de travail, salaire minimum, bulletin de paye, calcul des cotisations sociales, congés, licenciement...).

Pour trouver par vous-même une auxiliaire de vie vous pouvez faire jouer le bouche à oreille ou scruter les annonces chez les commerçants. Vous avez aussi la possibilité de chercher quelqu'un sur le site du Pôle Emploi ou sur celui de Particulier Emploi.

Il vous reviendra alors de vérifier les diplômes obtenus par la personne que vous souhaitez embaucher (DEAVS, Bac pro Accompagnement, soins et services à la personne, ADVD). Enfin, les références récentes de la personne sont aussi à scruter de près ainsi que les lettres de recommandation si elle en a en sa possession. Il est important de savoir qu'un proche peut aussi être un aidant familial et être rémunéré à ce titre comme toute autre personne.

Une fois que vous aurez trouvé la personne qui répond le mieux à vos demandes, vous devrez établir un contrat de travail. En effet, ce dernier est obligatoire dès lors que la durée du travail est supérieure à 8 H / semaine. Ensuite, vous devrez vous inscrire au CESU-URSSAF avec le numéro de sécurité sociale de votre employé afin de pouvoir déclarer les heures travaillées, vous acquitter des cotisations. Vous réglerez son salaire en chèque ou CESU préfinancé. Le CESU vous fournira chaque année une attestation de vos dépenses pour que vous puissiez obtenir votre crédit d'impôt. Il est possible d'utiliser le Chèque Emploi Service Universel même lorsqu'on bénéficie de l'APA ou de la PCH (prestation de Compensation pour Handicap). Par contre, lorsqu'on désire embaucher une aide à domicile pour la garde d'enfant, on doit se tourner vers Pajemploi.

À lire aussi : Le guide de l’APA : toutes les démarches

Le recours à un organisme mandataire

Il peut s'agir d'une association ou d'une entreprise subventionnée. Vous conservez dans ce cas-là votre statut d'employeur mais c'est l'agence qui se charge du recrutement de la personne que vous allez embaucher ainsi que des différentes formalités administratives de votre employé. Vous trouverez un lien vers l'annuaire des organismes de services à la personnes sur le site. De même, votre CAF (Caisse d'Allocations Familiales) ou le CCAS de votre ville peuvent vous fournir des listes d'associations subventionnées proches du domicile de la personne à aider.

Le recours à un organisme prestataire de services

Il s'agit de la formule la plus onéreuse. En effet, vous n'êtes plus l'employeur et vous devez vous acquitter du paiement d'une facturation par l'agence à laquelle vous faites appel des prestations effectuées par ses propres employés, ainsi que des différents frais afférents à la prise en charge administrative de ces mêmes personnes. Pour autant, vous êtes assuré que votre proche ou vous-même bénéficierez sans interruption de l'aide à domicile, même si ce ne sont pas toujours les mêmes personnes qui se déplacent. Cela représente un souci de moins, particulièrement lorsqu'on n'habite pas tout près d'un proche que l'on sait dépendant ou handicapé. Vous n'avez pas à connaître la réglementation du travail et vous n'avez à gérer aucun problème, qu'il s'agisse du calcul des cotisations de l'employé ou de l'établissement de son bulletin de salaire.

Il faut aussi savoir que lorsqu'il y a incompatibilité d'humeur entre une auxiliaire de vie et une personne à aider, les agences essaient la plupart du temps d'y remédier, de façon à ce que la personne en difficulté reste sereine et continue de vivre chez elle de façon plus ou moins autonome.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ut risus. diam dolor Praesent venenatis