Le mal de dos chez l’homéopathe

Comme chacun sait, l’homéopathie individualise ses traitements selon chaque patient. Aussi ne saurait-il exister, en cette discipline thérapeutique, de remèdes standards pour tous les maux de dos.

Ce sont avant tout les modalités des douleurs ressenties, bien plus que leurs localisations, qui déterminent le traitement salvateur. D’un malade à l’autre et pour une souffrance de même siège, les médications peuvent donc être très variables.

De plus, lors de sa prescription, le médecin homéopathe ne manque jamais de bien tenir compte du tempérament propre à chaque malade ainsi que des organes internes pouvant retentir à distance sur la région du dos. C’est ainsi qu’une vésicule engorgée entretient souvent des douleurs dorsales, irradiantes vers une épaule ou qu’une inflammation des intestins explique par fois des crises de lombalgies.

À lire aussi : Mal de dos : quelles médecines douces et chinoises ?

Parmi les principales modalités à retenir pour le meilleur choix des médicaments aptes à soulager, il importe de retenir non seulement l’âge des malades et leurs doléances mais aussi l’heure habituelle de survenue des douleurs ainsi que les facteurs d’aggravation ou d’amélioration de ces dernières.

Chez l’adulte

Douleurs survenant lors :

  • De brusques changements de temps: Rhododendron, Ranonculus.
  • De fortes humidités : Dulcamara, Natrumsulfuricum, Rhustoxico.
  • De vent froid et sec: Nux vomica, Causticum.
  • De vent chaud : Arsenicum album.
  • De temps d’orage : Natrumcarb, Gelsemium.
  • De temps de neige: Sepia, Conium maculatum, Calcarea phosphorica.

Douleurs surtout dominantes

  • Au réveil : Rhus toxico.
  • Au cours de la matinée : Narum muriaticum.
  • Vers 1e soir: Causticum.
  • Au cours de la nuit: Kalium carbonicum.

Douleurs avec

  • Raideurs: Natrum sulfuricum, Causticum.
  • Sensations de meurtrissures : Arnica, Bellis perennis.
  • Sensations d’écharde enfoncée : Argentum nitricum.
  • Phénomènes crampoïdes : Nux vomica.

Douleurs aggravées

  • Par position assise : Berberis vulgaris, Ruta graveolens, Ammonium mur.
  • Par les mouvements : Bryonia, Colocynthis, Ranonculus.
  • En se levant d’un siège : Aesculus hippocastanum.
  • Par la chaleur: Bryonia.

Douleurs améliorées

  • Par les mouvements : Rhustox, Ruta graveolens, Staphysagria.
  • Par allongement sur plan dur : Sepia.
  • Par excès d’activité (surtout chez la femme) : Helonias.

Chez les personnes âgées

Avec tendance aux tassements vertébraux : Causticum, Kalium carbonicum.

En fin d’adolescence

  • Chez jeunes ayant tendance à se voûter: Carbo vegetalis.
  • Si douleurs nocturnes mais améliorées en se couchant sur le dos : Mercurius solubilis.
  • Si douleurs avec sensations de brûlures: Kali bich.

Tous les différents remèdes cités sont à prendre aux dilutions de 5 Cl-l ou 7 CH, et de préférence sous forme de granules, à raison de 2 ou 3 fois par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

eget commodo libero. venenatis id et, ut luctus in velit, ultricies