Opération : Cataracte et presbytie en simultané

Aujourd’hui, on propose aux personnes atteintes de cataracte une correction satisfaisante de leur vision de loin et de près.

Après cette opération, la vision est retrouvée en 24 à 48 heures et se stabilise environ quatre semaines après.

Qu’est-ce que la cataracte ?

C’est la perte de transparence du cristallin, lentille de l’œil permettant d’accommoder la vue (adaptation vision de loin/vision de près). Cette maladie survient surtout vers 70-75 ans, parfois plus tôt. Elle se traduit par une baisse progressive de l’acuité visuelle avec une sensation de voile devant les yeux, une sensibilité croissante à la lumière, des éblouissements diurnes et nocturnes…

À savoir : Si le patient souhaite une correction de tous ses troubles visuels (cataracte, visions de près et de loin), une partie des frais reste à sa charge.

En quoi consiste l’intervention ?

>> À lire aussi : L’opération de la cataracte : comment se déroule cette opération ?

Elle a lieu en ambulatoire. Un gel anesthésique est déposé sur l’œil, puis une petite incision est réalisée. Le chirurgien ophtalmologiste retire le cristallin lésé qui est fragmenté et aspiré (grâce à un appareil de phaco-émulsification), mais il laisse son enveloppe en place. Ceci pour y insérer par l’incision pratiquée une lentille souple intra-oculaire ou implant.

Le tout dure en général quinze minutes.

Si les deux yeux sont atteints, un délai minimum de deux semaines est respecté entre l’opération de chaque œil.

Quel risque ?

Il n’est pas nul, et on n’opère pas si les résultats risquent d’être décevants. Quoique rarissime, le risque d’infection existe. Une petite gêne passagère à l’endroit de la cicatrisation est fréquente.

Et après ?

Le patient sort du bloc sans pansement, avec une coque transparente pour protéger l’œil la première nuit et une ordonnance de collyres anti-inflammatoires et antibiotiques pour deux à trois semaines.

La vision est retrouvée en 24 à 48 heures, mais se stabilise en moyenne en trois à quatre semaines. Les activités peuvent être reprises très rapidement.

Le choix de l’implant

L’implant monofocal traite la cataracte et ne peut corriger qu’un seul pan de la vision, en général celle de loin, obligeant à porter des lunettes correctrices de près.

L’implant multifocal corrige la cataracte, les troubles réfractifs (myopie, hypermétropie) et la presbytie, ce qui peut permettre une vision sans lunettes. Mais les résultats étaient jusqu’à présent inconstants. Outre une possibilité parfois d’image parasite, de dédoublement de la vision, ou de phénomène de halo, la correction visuelle pouvait se montrer insuffisante.

Leave a reply


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

mattis libero. dictum in leo. mi, nunc massa suscipit