Comment faciliter l’emprunt immobilier des séniors ?

Même arrivés à l'âge de la retraite, les séniors peuvent concevoir un projet immobilier. C'est leur droit. Avec l'avancée en âge, les banques sont cependant plus réticentes à accorder un prêt à ce public. Malgré tout, les choses évoluent et, actuellement, les établissement prêteurs sont plus enclins, pour certaines raisons, à accorder des crédits aux séniors désireux d'acquérir un bien immobilier.

Séniors : les obstacles à l'octroi d'un crédit immobilier

Même si les mentalités changent, il peut encore arriver que les banques répugnent à prêter de l'argent à des personnes arrivant, ou dépassant, l'âge de la retraite. L'âge de 65 ans constitue, à cet égard, un palier essentiel.

La raison de cette réticence est à chercher dans l'âge de l'emprunteur. Avec les années, l'état de santé s'altère et l'espérance de vie décroît. Avec des emprunteurs âgés, les banques sont moins certaines de rentrer dans leurs fonds.

Au-delà de 65 ans, l'emprunt peut devenir de plus en plus difficile à rembourser. Ce qui alourdit les mensualités, ce n'est pas le taux du crédit, qui est identique pour tous les emprunteurs, c'est le coût de l'assurance-décès invalidité. Représentant la principale sécurité des banques, cette assurance est majorée par des surprimes qui évoluent avec l'âge.

Enfin, les seniors faisant état de certains problèmes de santé pouvaient, voilà peu encore, se voir refuser un crédit immobilier.

Les facteurs de changement

Le premier est l'évolution de l'espérance de vie ; on vit aujourd'hui plus vieux, chaque année davantage. Les établissements prêteurs ont donc pris en compte ce facteur, qui leur laisse espérer des remboursements plus durables.

Par ailleurs, en 2007, les pouvoirs publics ont passé une convention avec les établissements prêteurs, dont le but est de permettre aux seniors souffrant de problèmes de santé de contracter un emprunt immobilier. En contrepartie, ils devront sans doute s'acquitter d'une prime plus élevée.

De même, les banques proposent aujourd'hui des crédits adaptés à la situation financière et patrimoniale de chaque sénior. Ces formules prévoient notamment, pour les séniors encore en activité, une modulation des mensualités en fonction des ressources. Au moment du passage à la retraite, où les revenus baissent le plus souvent, les mensualités diminuent d'autant.

Enfin, il est toujours possible de garantir le paiement des mensualités auprès de la banque. Une personne de l'entourage du sénior peut ainsi se porter garante. Il est également possible de désigner l'établissement prêteur comme bénéficiaire d'une assurance-vie par exemple.

Faire jouer la concurrence

Une autre façon, pour les séniors à la recherche d'un prêt immobilier, d'obtenir un crédit adapté à leur situation, c'est de comparer les offres.

Depuis 2010, en effet, ils ne sont plus obligés d'accepter l'assurance emprunteur proposée par l'établissement qui leur consent le crédit. La loi Lagarde leur permet de recourir à ce que l'on appelle la délégation d'assurance.

Ils peuvent, dans ce cadre, comparer en ligne les offres disponibles et souscrire une assurance plus avantageuse auprès d'un autre organisme leur proposant le même niveau de garanties. Voilà encore une autre manière de permettre aux séniors de souscrire une assurance de prêt immobilier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

et, eleifend massa Aliquam dolor lectus quis, nec facilisis consequat. consectetur Lorem