Avion : Éviter les désagréments et les problèmes liés au transport

Nombreux peuvent être les inconvénients de l’avion : retards, vols surchargées, inconforts divers, stress, etc…. Mais les inquiétudes concernant la santé abondent également chez la plupart des passagers. Car prendre un avion, c’est quand même voyager à des milliers de kilomètres d’altitude et supporter des contraintes quelque peu inhabituelles ! Toutefois, avec une bonne préparation et les renseignements adéquats, le corps peut mieux supporter les heures de vol.

malade en avion

Éviter les soucis de santé en avion

D’abord, il faut connaitre ses limites : si vous avez une maladie grave, si vous souffrez d’une infection ou si vous avez récemment subi une opération chirurgicale, vous ne devriez pas prendre l’avion. Ensuite, il faut que vous soyez bien conscient que l’équipage est formé aux soins de premier secours, et que la plupart des avions sont pourvus d’une pharmacie portative bien approvisionnée qui peut être utilisée par le personnel médical. Enfin, il existe quelques astuces qui vous permettrons de vous sentir bien et de ne pas tomber malade en avion. Suivez le guide !

La thrombose : un problème connu durant

Nous avons tous entendu parler de ces caillots sanguins mortels, mais de quoi s’agit-il au juste ? Liés principalement au fait de rester immobile pendant une période prolongée (très fréquents chez les personnes immobilisés dans leur lit d’hôpital par exemple), ces caillots se forment au niveau des jambes. Le vrai danger est lorsqu’ils remontent aux poumons.

Alors que faire ? Il faut essayer de rester le plus actif possible pendant le vol. Même en restant assis sur votre siège, vous pouvez faire des exercices pour améliorer la circulation sanguine. Déplacez-vous autant que possible dans la cabine, surtout si votre vol est long. N’oubliez pas de porter vos chaussettes ou collants de contention. Enfin, pensez à bien vous hydrater et évitez le plus possible l’alcool et la caféine.

À savoir : L’alcool est en effet très souvent consommé avant les vols – et cela par beaucoup de personnes « phobiques », ou du moins qui ne sont pas à l’aise en avion, mais nous le déconseillons vivement. Si la peur est trop forte, pensez plutôt à consulter votre médecin pour qu’il vous prescrive un tranquillisant.

Éviter les désagréments de la pressurisation

L’air que vous respirez dans l’avion est un air sec et recyclé qui irrite les muqueuses et les sinus. A cause de la pression, les sinus peuvent être douloureux, notamment chez les personnes sensibles, ou malades au moment du vol (rhume, grippe etc.). Dans ce cas-là, le mieux est de ne pas partir, mais si vous ne pouvez pas décaler vos vacances ou votre voyage d’affaire, pensez à humidifier vos narines avec un vaporisateur salin.

La pression est également un élément important à prendre en compte : elle peut causer ou accentuer des troubles diverses tels que la fatigue, des douleurs, des maux de tête voire même certains gonflements. Bien hydrater reste le meilleur moyen de minimiser ces désagréments.

Enfin, sachez prévenir les changements de pression qui gênent vos oreilles : baillez, mâchez des boules de gomme afin d’effectuer un mouvement d’air qui évitera de mettre vos sinus sous pression (de la même façon que vous pourriez le faire quand vos oreilles se bouchent durant un changement brutal d’altitude).

Une personne malade à coté de vous ?

Le passager de la place 45B tousse et éternue incessamment et vous êtes assis place 45C ! Pas de chance ! Que faire pour diminuer vos chances de contracter des maladies virales et autres rhumes ? D’abord, essayez d’obtenir un autre siège auprès de l’hôtesse.

Si ce n’est pas possible, optez pour un lavage régulier de vos mains avec du gel antibactérien. Les accoudoirs, les tablettes et les vides poche sont sans doute eux aussi contaminés. De nouveau, le gel antibactérien peut aider.

Évitez le mal des transports

Le mal des transports peut rendre un voyage tout à fait horrible. Certaines personnes sont plus sensibles à cela que d’autres. Si tel est votre cas, vous devez prendre des mesures préventives avant même le vol grâce aux médicaments disponibles en pharmacie. Choisissez de préférence des places au milieu de l’avion, où le mouvement est moins prononcé. Et, de nouveau, pensez à bien vous hydrater et à éviter l’alcool et la caféine auparavant et pendant un vol.

Limiter les dégâts du décalage horaire

Le décalage horaire peut être difficile à supporter, même pour des voyageurs expérimentés. Il y a quelques façons de limiter le malaise causé par de tels bouleversements du cycle de sommeil. Buvez beaucoup d’eau et évitez de l’alcool et la caféine (nous ne le dirons jamais assez).

Essayez de prendre autant de repos que possible avant votre vol et mangez des repas légers durant le trajet. Arrivé à destination, re-synchronisez votre organisme en prenant le soleil autant que possible et en dormant au moins quatre heures la nuit. Les somnifères y compris la mélatonine doivent seulement être utilisés après une consultation chez votre médecin.

Leave a reply


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pulvinar ut leo. accumsan luctus libero. ipsum Curabitur porta. at fringilla Phasellus