Pour un dos sans problème : soigner vos pieds !

Oubliés, négligés, torturés dans des chaussures souvent inadaptées, les pieds sont pourtant la base de notre santé, et surtout celle de notre dos.mal de dos chaussures

Pauvres pieds. C'est seulement quand ils nous envoient des signes de détresse, sous forme de douleurs pouvant aller jusqu'à l'horreur, que nous daignons, enfin, nous occuper d'eux. Quand tout va bien, ils sont très loin de nos soucis. C'est particulièrement vrai pour la santé du dos. Nombre de douleurs de dos ont en effet pour origine des pieds en mauvais état. On n'y pense pas toujours et pourtant c'est primordial : Pour se faire un bon dos, il faut d'abord soigner ses pieds.

Nos pieds, c'est notre "socle"

Patrice Quaton, podologue-pédicure, cite cet exemple : « J'ai reçu une femme souffrant de cors plantaires très douloureux. Elle était aussi victime de douleurs de sciatique depuis vingt ans. J'ai commencé par la débarrasser de ses cors. Puis je lui ai confectionné des semelles pour supprimer les frottements et éviter que les cors ne se reforment. Je lui ai conseillé de porter constamment ces semelles. Quelque temps après, ses cors et, avec eux, ses crises de sciatique avaient disparu. »

N'y voyez aucun mystère car, dans le corps, tout est lié. Nos pieds en sont le socle. Que celui-ci accuse la moindre faille et c'est tout l'édifice qui risque de s'ébranler. Avec, pour conséquences, des douleurs en chaîne, gagnant les articulations supérieures : genoux, hanches, vertèbres...

À lire aussi : Mal de dos : des solutions à tous les âges

A priori, pieds et mal de dos peuvent paraître éloignés. A la longue, on s'aperçoit qu'ils sont souvent indissociables et que leurs maux sont siamois.

Les exemples sont nombreux qui réunissent pieds et dos, souvent pour le pire : inégalité de longueur, vraie ou fausse (par la déviation d'un talon en dedans ou en dehors), et voilà le bassin qui accuse imperceptiblement un mouvement de bascule latérale qui se répercute sur le dos... Des douleurs dorsales peuvent aussi résulter de talons un peu trop hauts qui, déplaçant le centre de gravité à l'avant, accentuent ainsi les courbures physiologiques de la colonne vertébrale. ..

Ces "déformations" peuvent entraîner plusieurs types de douleurs : lombalgies, hernies discales, arthrose intervertébrale ou encore douleurs atteignant l'épaule et le bras, dues à un conflit mécanique au niveau des vertèbres cervicales.

Aujourd'hui, grâce aux progrès de la biomécanique - l'étude des articulations – on comprend mieux les problèmes qui se posent au niveau des pieds et on trouve des solutions pour les résoudre.

Quand une personne est debout, statique, elle pèse son poids normal. Quand elle marche, c'est plusieurs fois le poids de son corps qui se porte sur ses chevilles, ses genoux et ses hanches. Quand elle court, chacune de ces articulations doit supporter trois à cinq fois le poids du corps ! Toute anomalie située au niveau des pieds risque donc, à la marche et encore plus à la course, de provoquer des dérèglements dans les articulations supérieures. Un peu comme avec une pile d'assiettes : Vous retirez celle du dessous et tout s'écroule !

À lire aussi : Mal de dos et prévention : tout savoir

Tout commence par une séance de pédicure

Que peut faire un podologue contre les anomalies des pieds ?

Il commence par soulager la personne qui en souffre par une séance de pédicurie. Il examine les pieds et retire tout ce qui fait mal : cors, durillons, oeil de perdrix, callosités. Il coupe les ongles et, si besoin, les désépaissit à la fraise douce.

Il vérifie ensuite l'amplitude articulaire et la force musculaire. Il examine les assises plantaires à l'aide d'un podoscope.

Aujourd'hui, la "Rolls" dans ce domaine, c'est un podoscope électronique, relié à un ordinateur. Ce type d'appareil renseigne très précisément sur les points d'appui, ce qui permet de proposer des corrections. Si besoin, le podologue prescrit le port de semelles qui n'ont plus rien à voir avec celles d'autrefois. On parle désormais d'orthèsesylantaires de rééquilibration. Elles sont faites sur mesure, à l'aide de matériaux que l'on peut mouler à la forme du pied par la chaleur (thermoformage). Très fines et confortables, elles trouvent leur place dans de nombreux types de chaussures. Du moins dans des chaussures confortables, les escarpins à talons hauts et bout pointu ne pouvant être que les chaussures d'un soir !

Rétablir de bons appuis

Un pédicure-podologue ne peut pas transformer un pied plat ou creux en un pied "normal".

Ils  corrigent pas les défauts qui peuvent être congénitaux ou dus au port de chaussures mal adaptées.

Par contre, ils essayent de comprendre les compensations et de rétablir de bons appuis au sol, à l'aide de semelles personnalisées. Elles ont pour but de décharger les points d'appui douloureux en répartissant les charges sur d'autres points du pied. Il en résulte un confort immédiat et moins de récidives (cors, durillons...).

Un exemple : Une patiente souffre d'un cor très douloureux, situé sur le cinquième orteil de son pied gauche. L'examen sur podoscope électronique permet d'évaluer qu'elle porte 40 % de son poids sur son pied endolori et 60 % sur l'autre. Il est évident que ce type de compensation déséquilibre son bassin et sa colonne vertébrale. Le podologue va donc commencer par lui retirer son cor. Trois jours plus tard, l'examen sur podoscope prouvera que le poids de son corps est également réparti sur chaque pied et cette femme retrouvera une démarche normale et surtout indolore.

Femmes et hommes sur un pied d'égalité ?

Les femmes constituent l'essentiel de la clientèle des podologues. Est-ce à dire qu'elles se chaussent mal, que les chaussures féminines ne sont pas adaptées à la morphologie de leurs pieds ? Il est vrai que nombre de chaussures féminines ne respectent absolument pas la morphologie du pied. Si elles sont trop étroites, elles vont comprimer les orteils, ce qui est source d'ennuis : cors, durillons, œil de perdrix, voire déformations des articulations risquent d'apparaître.

Autre erreur fréquente : le choix de la hauteur des talons. Au-delà de quatre centimètres, la plupart des femmes s'exposent à des déformations du pied et du dos. Le port de taIons hauts entraînant une cambrure excessive au niveau des vertèbres lombaires. C'est donc aux femmes de connaître la taille et la forme de leurs pieds et de choisir leurs chaussures sans se laisser influencer par la mode ou par la vendeuse...

Voyez les vitrines des magasins, comparez le côté homme avec le côté femme, on pourrait en déduire que les pieds des femmes sont vraiment différents de ceux des hommes.

Pas du tout : ce ne sont pas les pieds mais les yeux qui diffèrent ! Le problème pour une femme, surtout si elle est coquette, c'est que la chaussure "chausse" l'œil avant le pied. A l'œil, la chaussure doit être belle et pour cela, il faut qu'elle soit fine, donc étroite. L'inconvénient est que pour qu'une chaussure soit confortable, il faut qu'elle soit large. D'où ce conflit entre la mode et l'anatomie. Et malheureusement pour les pieds, c'est souvent la mode qui gagne !

À lire aussi : Mal de dos et ménopause : comment soulager ces douleurs ?

Quels sont les critères d'une chaussure idéale ?

La bonne chaussure est celle qui répond à votre besoin et qui ensuite se fait oublier. Pour faire le bon choix, il ne faut donc pas tri- cher avec soi-même.

Il faut bien se connaître et évaluer ses besoins. C'est particulièrement vrai pour des chaussures de sport. Pour faire une heure de jogging par semaine, vous n'avez pas besoin des mêmes chaussures que celles d'un coureur professionnel. En plus de votre taille, indiquez au vendeur quel usage vous allez faire de ces chaussures de sport, sur quelle surfa- ce vous allez marcher ou courir.

Comment corriger des pieds plats ?

Lorsque l'on naît avec des pieds plats ou creux, un podologue peut-il les corriger à l'aide de semelles ? Une certaine correction est possible sur de jeunes enfants, entre 5 et 11 ans.

Si un enfant de cinq ans a les pieds plats, le fait de porter des semelles adaptées fera qu'il aura, par la suite, les pieds moins plats, ce qui les rendra supportables pendant toute sa vie. Mais en aucun cas, des semelles, aussi performantes soient-elles, ne lui façonneront des pieds physiologiquement normaux.

Allez au travail en baskets !

Le mai de dos est devenu le "mal du siècle", c'est en partie parce que nous n'avons jamais marché sur des sols aussi durs, les citadins surtout. Le béton est générateur d'arthrose, et il faudrait lui opposer des chaussures dotées d'amortisseurs. Certaines chaussures de sport en sont pourvues mais la chaussure de ville est à réinventer. En attendant, vous pouvez faire comme les Américaines : Aller à votre travail ou vous promener en ville en tennis et chausser vos souliers de ville au bureau.

Évitez, en tout cas, de piétiner toute une journée dans des chaussures à haut talons : Quand une femme marche avec des talons hauts, l'onde de choc qui en résulte se propage, de bas en haut, sur toute la colonne vertébrale, jusqu'aux vertèbres cervicales. Ainsi, certains maux de tête peuvent être supprimés... en changeant de chaussures !

À lire aussi : Mal de dos chronique : enfin des traitements qui marchent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

vulputate, facilisis ut leo non nunc