Presbytie : mieux comprendre ce phénomène naturel

Difficultés à lire de près, migraines, parfois sensation de fatigue... La presbytie est un phénomène naturel qui apparaît entre 40 et 45 ans. Comment la détecter ? Lunettes ou lentilles ? Tout ce qu'il faut savoir pour être sûr de faire le bon choix.

emme adulte avec des problèmes de vue lisant le téléphone à la maiso
© istock

À partir d’un certain âge, personne n'y échappe !

La presbytie n'est pas une maladie : c'est la manifestation d'un phénomène naturel qui commence dès les premières années de la vie, mais qui se fait sentir vers la quarantaine. Personne, donc, n'y échappe !

Ce qui explique qu'en France, le nombre de presbytes atteigne 18 millions. Pour bien comprendre ce qui se passe, il faut savoir que, chez l'enfant et le jeune adulte sans problème oculaire, le cristallin possède une certaine élasticité. Cela lui permet de focaliser toute l'image sur la rétine, quelle que soit la distance à l'œil : c'est ce que l'on appelle l'accommodation.

Ainsi un enfant voit parfaitement net à 5 cm tandis que la distance recule à 10 cm pour un jeune adulte et augmente au fur et à mesure de l'âge. Or, il arrive qu'entre 40 et 45 ans le cristallin perde de sa souplesse pour accommoder suffisamment.

Il se bombe de façon insuffisante, rendant ainsi difficile la mise au point en vision de près : c'est le début de la presbytie. Elle se stabilisera vers la soixantaine.

À lire aussi : Troubles de la vision : types, causes, et traitements

Les premiers symptômes de la presbytie

Des difficultés à lire les petits caractères d'imprimerie et, bien souvent, des migraines avec une sensation de fatigue. Les bras deviennent trop courts pour lire le journal, le fil a du mal à passer dans le chas d'une aiguille...

oeil humain zoom
© istock

Il est temps de consulter. Ainsi, une personne dont les activités sollicitent beaucoup la vision de près (lecture, travaux de bureau, mais aussi de précision ou de bricolage...) va ressentir plus qu'une autre le besoin de corriger sa presbytie.

Il faut savoir que la presbytie devient gênante plus rapidement chez les hypermétropes que chez les myopes. En effet, comme les myopes voient bien de très près, lorsqu'ils avancent en âge, ils conservent cet avantage plus longtemps. Du moins sans lunettes ou lentilles.

Mais lorsqu'ils portent des verres pour myopes, ils éprouvent les mêmes difficultés à voir de près, au même âge que les gens ayant une bonne vue.

A noter aussi que si tous les peuples sont égaux devant la presbytie, l'œil fonctionnant de la même façon sous toutes les latitudes, certains utilisent peu ou pas leur vision de près. Ne ressentant pas un besoin de correction, ils s'adaptent ainsi à leur vision floue.

Enfin, il ne faut pas retarder le moment de s'équiper, sous prétexte qu'une gymnastique oculaire pourrait suffire. Ce retard est préjudiciable dans la mesure où il génère un surcroît de fa-

La bonne marche à suivre

Lorsque l'on souffre de presbytie, il est indispensable de consulter un ophtalmologiste.

Ce dernier vous fera effectuer un bilan complet qui comprend notamment un test de lecture en vision rapprochée, à une distance de 33 cm, et en vision de loin de documents rédigés en caractères de plus en plus petits.

Il saisira l'occasion pour prendre aussi la tension de votre œil et vérifier que vous ne présentez aucun glaucome.

De plus, un examen du fond d'œil permettra de dépister d'éventuels retentissements sur la rétine.

Actuellement, après un diagnostic de presbytie confirmé, seul le port de lunettes se révèle être la solution, ou plus exactement les solutions, car plusieurs types de verres existent.

Les verres à simple foyer

Ils sont correcteurs sur toute la surface, mais uniquement pour voir de près (lecture, écriture, couture, bricolage…

Inconvénient : Si vous levez la tête pour regarder la télévision, voir quelqu'un qui arrive, les images deviennent floues. Ce qui oblige sans cesse à enlever et remettre les lunettes.

Les verres demi-lunes

Ce sont des demi-lunettes qui offrent l'avantage de permettre de voir en vision de près sans être gêné pour la vision lointaine. A condition d'aimer le style...

Les verres à double foyer (de plus en plus rares)

Ils assurent plus de confort en permettant de voir aussi bien de loin que de près, mais ne procurent pas de vision intermédiaire (la vision de près correspondant à 40 cm environ, la vision intermédiaire correspond à tout ce qui est à portée de main et la vision de loin à ce qui est au-delà de la vision intermédiaire).

A mi-distance, quand vous regardez une vitrine, par exemple, tout est flou. Et la séparation qui coupe le verre est non seulement peu esthétique, mais témoigne en plus de l'âge qui avance. C'est pourquoi ce type de lunettes est de plus en plus abandonné au profit des verres progressifs.

Les verres progressifs

Ils respectent la vision intermédiaire et permettent, comme leur nom l'indique, de passer en douceur de la vision de loin à la vision de près.

La puissance optique du verre augmente progressivement de haut en bas. Ces verres apportent un avantage optique et suppriment tout problème esthétique.

Seul inconvénient : la nécessité d'une période d'adaptation allant de quelques jours à un mois durant laquelle, lorsque l'on tourne la tête pour regarder sur les côtés, on peut éprouver une impression de "roulis".

Le plus souvent bien supportés par les patients, ces verres ne conviennent pas à des personnes souffrant de troubles de la vision binoculaire (mauvaise synergie entre les muscles des deux yeux). C'est la solution la plus répandue actuellement.

Bon à savoir : La presbytie étant une anomalie qui évolue, il faut changer de verres tous les deux ans environ.

Les lentilles

La solution existe. Elle concerne surtout ceux qui ont l'habitude de lentilles et qui ne veulent pas en changer. Cette adaptation est particulière et ne peut pas convenir à tout le monde.

Lorsque l'on a décidé de les essayer, il est extrêmement important de s'assurer auprès d'un ophtalmologiste du bon état de la cornée et de l'absence de toute infection oculaire.

À retenir

En plus d'évaluer le "degré" de presbytie, l'ophtalmologiste effectue un bilan complet : mesure de la pression intra-oculaire, fond d'œil...

Aujourd'hui, des lentilles "progressives" sont disponibles pour ceux qui souffrent à la fois de myopie et de presbytie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

fringilla ultricies neque. Aliquam elit. ipsum id risus. leo