Après 60 ans : pensez au check-up !

Au moment de la retraite, il est bon de faire le point sur sa santé chaque année. Si la majorité des salariés bénéficie d'une visite médicale au moment du départ en retraite, dans le cadre de la médecine du travail, il n'en est pas de même des artisans, commerçants et professions libérales. Il faudra donc prendre le temps de se rendre chez son médecin de famille pour un bilan général.

medecin et patient regardant organigramme de bilan sante
© istock

Le poids et la taille

Avant toute chose, il est bon de se peser et mesurer. La taille est un moyen simple qui permettra de suivre au fil des ans l'état de la colonne vertébrale, particulièrement chez la femme qui est exposée à l'ostéoporose du fait de la modification de l'activité hormonale au moment de la ménopause. Cela permet aussi de garder un œil sur son IMC.

Toute perte de taille doit inciter à consulter, même si aucune douleur ne l'accompagne. Par ailleurs, lorsqu'un retraité souffre de lombalgie, il doit passer sous la toise avant de se rendre chez un radiologue.

La tension artérielle

La prise de la pression artérielle est, bien sûr, indispensable. Si, chez les jeunes, une tension de 12/7 est considérée comme une juste moyenne, après 50 ans, des chiffres de 15/8 n'ont rien d'inquiétant. Au-delà de 16/9, un contrôle quelques jours plus tard sera nécessaire car, si la tension peut s'élever de façon transitoire sans effet néfaste, il ne faudrait pas qu'elle stagne en permanence au-dessus de ces chiffres.

Si des chiffres élevés persistent, un bilan spécifique pourra être utile, comprenant au besoin un enregistrement de la tension sur 24 heures.

Le bilan cardio-vasculaire

Les maladies cardiovasculaires étant les plus fréquentes dans nos pays, le médecin fera une auscultation cardiaque minutieuse et un examen des artères. Chez les fumeurs, les jambes feront l'objet d'une attention particulière, afin de dépister l'artérite qui en est si souvent la conséquence. Un électrocardiogramme terminera ce bilan cardiovasculaire.

Les examens personnalisés

Pour les poumons, l'utilité de la radiographie systématique de dépistage, telle qu'elle fut réalisée durant plusieurs décennies, n'est plus de mise.

Elle ne sera pratiquée que si l'examen clinique effectué par le généraliste en révèle la nécessité. Selon votre métier, un examen particulier de telle ou telle partie du corps ayant été exposée à des risques professionnels peut être nécessaire (traumatismes, port de charges, exposition à des toxiques, utilisation de produits chimiques, travail en milieu poussiéreux, etc.). C'est par exemple le cas des sinus chez les menuisiers et ébénistes exposés à des cancers induits par la poussière du chêne et des bois exotiques, des poumons chez les mineurs, du système nerveux chez les utilisateurs de produits chimiques volatils, etc.

A cette fin, il sera utile de dresser la liste des situations à risques rencontrées au cours de votre vie professionnelle et d'en parler à votre médecin. Pour être complet, l'examen médical comprendra, bien sûr, celui de la prostate chez l'homme, des seins et de l'utérus chez la femme à qui le médecin prescrira un frottis et une mammographie à titre de dépistage systématique si cela n'a pas été fait dans les deux années précédentes. Des conclusions de cet examen général dépendra le bilan complémentaire qui peut être nécessaire. La fameuse prise de sang ne sera pas systématique.

Il est inutile de refaire un bilan réalisé quelques mois plus tôt et qui s'était révélé normal. Mais, faute d'un dépistage récent, il sera bon de rechercher au minimum un diabète naissant, un excès de cholestérol et de triglycérides, de contrôler les fonctions rénale et hépatique.

Le cas échéant, des investigations plus larges seront utiles ; mais ce sont les données de l'examen médical qui guideront alors le médecin.

A conserver précieusement

Les résultats de l'ensemble de ce bilan devront être soigneusement rangés et conservés. Ils serviront de base à de futures comparaisons et donneront ainsi toute leur valeur à d'autres investigations qui pourraient se révéler utiles, des années plus tard.

Et si, habitant une grande ville, vous vous installez en pleine campagne, demandez à votre médecin de famille une copie de votre dossier médical et surtout les conclusions qu'il a tirées lors de votre examen médical de départ en retraite. Ces documents seront très utiles au médecin qui sera amené un jour ou l'autre à vous soigner en votre villégiature campagnarde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.