Audition : pourquoi faut-il la contrôler ?

Selon l’âge et les risques présentés, le contrôle de l’audition doit être régulier ou exceptionnel. En cas de doute, pensez à consulter un O.R.L. rapidement. L’examen est indolore.

audition contrôle

Pour les personnes souffrant déjà de surdité et pour celles qui commencent à ressentir les effets de la presbyacousie (perte progressive de l’audition à partir de 50-60 ans), aller chez le médecin O.R.L. tous les ans ou tous les deux ans pour vérifier le niveau de son audition est fortement recommandé.

Pour ceux qui, comme les mécaniciens, menuisiers, jardiniers avec tondeuse... travaillent dans un milieu bruyant (plus de 70-80 décibels de façon régulière), c’est en général lors de la visite annuelle chez le médecin du travail que se fait le contrôle. Si ce n’est pas le cas, il convient de prendre soi-même rendez-vous chaque année. Cependant, la plupart du temps, il n’est pas nécessaire d’aller si souvent chez son O.R.L.

Il importe en revanche de faire un premier examen très jeune. Pour l’instant, seuls les nouveau-nés à risque (grands prématurés...) sont testés de façon systématique, alors qu’un bébé sur 1 000 (en dehors de cette population) est atteint de surdité. Il est donc primordial de vérifier le niveau d’audition chez tous les enfants avant leur entrée au cours préparatoire (CP).

Puis, une fois que l’on sait que tout va bien, inutile de retourner chez l’O.R.L., excepté quand on ressent une gêne : difficulté à bien comprendre dans un environnement bruyant (restaurant, conversation à plusieurs...) ou acouphènes et bourdonnements.

C’est ce qui peut être provoqué par une exposition, même unique, à un volume sonore trop élevé (baladeur, concert, discothèque) mais également à la suite d’otites répétées.

Des examens simples et rapides adaptés selon l’âge

Le contrôle de l’audition se fait différemment selon l’âge. Pour les adultes, on procède à deux audiométries — l’une, tonale ; l’autre, vocale — dans une cabine insonorisée, avec un casque sur les oreilles. L’audiométrie tonale consiste à envoyer des sons pulsés (tut, tut, tut) de différentes fréquences dans le casque. Quand le patient les perçoit à partir de 5 à 10 décibels, son audition est normale.

Durant l’examen de l’audiométrie vocale, c’est la compréhension des mots qui est appréciée par l'audioprothésiste qui saura si oui ou non vous devez avoir recours à un appareil auditif.

Ces deux examens se pratiquent chez l’enfant, selon une méthode adaptée à son âge : il n’est pas seul dans une cabine avec un casque ; le dépistage se fait, lui, sous forme de jeu, à l’aide d’images mais aussi de jouets.

L’examen dure une demi-heure pour l’enfant (pour qu’il prenne le temps de comprendre ce qu’on lui demande) et un quart d’heure pour l’adulte.

Chez le bébé

Chez le bébé, l’examen, pratiqué par un audiologiste spécialisé, est différent puisqu’on ne peut attendre du nourrisson qu’il fasse clairement savoir quand il entend quelque chose.

Il s’agit de lui mettre une sonde dans l’oreille et d’y envoyer un bruit. La cochlée située dans l’oreille interne) renvoie alors une onde, mesurable, si l’audition est normale.

À lire aussi : Entretenir les 5 sens pour améliorer la qualité de vie des personnes âgées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

tempus pulvinar Sed ut Aenean dolor. neque. commodo nunc elit.