Prothèse de la hanche : mieux comprendre cette intervention

Une hanche remplacée par une nouvelle articulation. Voici ce qu’il faut savoir sur cette intervention aujourd’hui si courante.

medecin examine modèle anatomique de l'articulation de hanche
© istock

Dans quels cas cette opération est-elle nécessaire ?

D'abord, en cas de fracture, l'opération ne doit pas attendre. Une prothèse totale de hanche est mise en place, s’il existe une fracture du col du fémur chez une personne âgée, ou chez un sujet plus jeune quand la fracture est très déplacée ou diagnostiquée avec retard.

Ensuite, quand l'articulation est usée. La personne est surtout gênée par des douleurs et une raideur articulaire, rendant la marche très difficile. L'affection le plus souvent responsable est l'arthrose essentielle de la hanche (coxarthrose). D'autres fois, la cause de cette usure peut provenir d'une maladie rhumatismale (polyarthrite rhumatoïde), des suites d'une malformation (luxation congénitale de la hanche), d'une infection... Dans toutes ces circonstances, à la différence d'une fracture, l'opération peut se programmer. Elle n'est jamais urgente.

À lire aussi : Prothèse de la hanche : l'opération elle sera vite oubliée

Quand se faire opérer ?

En cas de fracture fémorale, la question ne se pose pas. Il est difficile de donner une réponse définitive en cas "d'usure articulaire". L'opération se décide eh fonction des souffrances, de la difficulté à marcher, de l'âge, mais aussi des signes radiologiques... Pour beaucoup de chirurgiens, chez les personnes de 40-55 ans, il n'est pas opportun de mettre une articulation artificielle dès les premiers signes d'usure.

En effet, la "longévité" d'une prothèse de hanche est de 10 à 15 ans (sauf incident particulier). Pour les personnes âgées, en revanche, l'opération est proposée sans trop attendre.

En quoi consiste l'intervention ?

La prothèse mise en place doit reproduire au mieux l'anatomie de la hanche. Cette articulation artificielle est composée de plusieurs parties faites de métal, de céramique (la tête fémorale) et de matériel synthétique pour le cotyle (cavité dans laquelle s'articule la tête du fémur). La tige de la prothèse est enfoncée par le haut du fémur. Le but est d'obtenir un parfait ajustage entre cette tige et le fémur. Au niveau du bassin, la cotyle doit être aussi parfaitement adapté. Ces parties peuvent être fixées par du ciment, ou réhabitées par l'os en créant un aspect rugueux (hydroxyapatite).

Le chirurgien sera aussi particulièrement vigilant pour ne pas engendrer une inégalité de longueurs des membres inférieurs...

L'opération dure entre trois quarts d'heure et une heure et demie. Elle est le plus souvent effectuée sous anesthésie générale ; une anesthésie péridurale est également possible.

Quelles sont les suites opératoires ?

Elles dépendent des lésions initiales, de l'état de santé du patient, de la technique opératoire choisie, etc.

Dans le meilleur des cas, l'opéré peut se lever le lendemain de l'intervention et rentrer chez lui au bout de huit à dix jours. Les suites opératoires sont parfois plus longues et une rééducation intense est obligatoire.

Quels sont les risques ?

Il existe d'abord ceux liés à toute anesthésie générale (exceptionnels) et à n'importe quelle intervention (infection, phlébite...). Plusieurs jours ou plusieurs mois après l'intervention, certaines complications peuvent survenir. Elles sont en général liées à la technique opératoire, et en particulier à la voie d'accès choisie. Il peut se produire une luxation postérieure (la tête du fémur part vers l'arrière), une mauvaise récupération des muscles de la fesse (provoquant une boiterie) ...

Heureusement, ces problèmes sont rares et, dans la très grande majorité des cas, cette intervention donne entière satisfaction, permettant de retrouver l'usage normal de sa hanche.

A retenir

Si vous avez été opérés il y a quelques années, et si vous ressentez des douleurs dans la hanche, n'hésitez pas à consulter. Des radiographies seront peut-être nécessaires pour contrôler la bonne fixation de la prothèse dans l'os.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Donec Praesent venenatis Lorem id eleifend consectetur non sit consequat. Curabitur