Quelles plantes veinotoniques choisir ?

Comme leur nom l’indique, ces plantes tonifient les veines, mais elles ont d’autres atouts intéressants ! La preuve par cinq.

Au sens strict du terme, les veinotoniques augmentent la tonicité veineuse. Certains de leurs principes actifs stimulent les muscles lisses qui enserrent la paroi des vaisseaux, celle des veines en particulier qui travaillent alors plus efficacement (leur fonction est de hisser le sang vers le cœur).

Un coup de pouce qui facilite la circulation veineuse et soulage les jambes lourdes, bien appréciable en fin de journée après être resté longtemps debout à piétiner! De plus, en renforçant la paroi des veines, ces plantes les rendent également moins perméables. Elles peuvent ainsi diminuer l’œdème, mais elles ne sont ni amaigrissantes, ni diamantes ni anticellulite !

plantes veinotoniques pour soulager les jambes lourdes

Les plantes veinotoniques peuvent exercer leur effet sur des petits, moyens ou gros vaisseaux comme les hémorroïdes. Certaines, riches en antioxydants, sont capables de réparer la paroi vasculaire.

D’autres, enfin, agissent sur la micro circulation en périphérie, extrémités des doigts, rétine, oreille interne ou cerveau.

Top 5 des plantes veinotoniques

1. Le Ginkgo Biloba : pour les vaisseaux cérébraux

Ginkgo BilobaLes feuilles de cet arbre, qui a été très étudié, contiennent des diterpénes, les ginkolides, qui améliorent l’oxygénation des tissus en protégeant les vaisseaux, et plus spécifiquement les plus petits, dans l’oreille, l’œil et surtout le cerveau.

Comment l’utiliser ? Le ginkgo s’oppose par conséquent à l’ischémie cérébrale, ce qui se traduit par de meilleures performances de mémoire et d’attention. En cure de deux à trois mois, et à démarrer un mois avant les périodes d’examens.

Il est aussi légèrement anti-agrégant plaquettaire, ce qui est favorable lors de longs voyages en avion.

Quelles précautions d’emploi ? Il est déconseillé en cas de traitement anticoagulant associé, ainsi que pendant la grossesse.

2. Le marron d’inde pour les hémorroïdes

marron d indeC’est le fruit du marronnier,  l’arbre d’ornement, qui est riche en principes actifs.

Ses saponosides ont une affinité particulière pour les grosses veines que sont les hémorroïdes. Ses tanins (les proanthocyanidols) protègent la paroi: ils évitent l’œdème et enrayent l’inflammation.

Comment l’utiliser ? Placer un marron dans la poche soulagerait les hémorroïdes ! Plus sérieusement, les formes orales sont conseillées lors des crises jusqu’à ce que les symptômes s’apaisent et à poursuivre quinze jours pour réparer les vaisseaux.

Les précautions d’emploi : le marron d’inde est toxique pour le rein et le cœur à très hautes doses.

3. L’hamamélis pour les varicosités

hamamelisLes feuilles séchées et l’écorce de cet arbuste renferment une grande quantité de tanins qui renforcent la membrane intérieure (l’endothélium) des vaisseaux, lis sont aussi anti-inflammatoires.

Comment l’utiliser ? On le préfère en cas de varicosités, d’hématomes faciles, pour que les parois des vaisseaux cicatrisent vite, li est complémentaire du petit houx. En cure d’un à deux mois.

Les précautions d’emploi : Prudence en cas d’hypertension artérielle.

Lire : L’ hamamélis : une plante pour aider à la circulation veineuse

4. Le fragon (ou petit houx) contre les jambes lourdes

fragonSa racine abrite des saponosides qui stimulent des récepteurs sur les cellules musculaires lisses de la paroi veineuse, Elles sont par ailleurs anti-inflammatoires et anti-œdémateuses.

Comment l’utiliser ? Les spécialités à base de fragon, teinture-mère, extrait sec ou fluide, sont indiquées contre les jambes lourdes, à prendre pendant au moins un mois pour en ressentir les bienfaits.

Les précautions d’emploi : ces plantes fortement veinotoniques peuvent augmenter la pression artérielle.

5. La vigne rouge pour tous les problèmes veineux

vigne rougeElle est très riche en flavonoïdes (contenu dans les pépins), et en resvératrol (contenu dans la peau du raisin rouge comme dans le vin).

Ses polyphénols renforcent les veines, réparent leur paroi et diminuent leur perméabilité. Elle limite aussi les hématomes spontanés en cas d’insuffisance veineuse. On la propose donc en complément d’un traitement anticoagulant qui fluidifie le sang.

Sous forme de teinture mère, d’extrait sec ou fluide, la feuille de vigne rouge est employée en cure de deux à trois mois.

Elle est déconseillée chez les femmes enceintes ou qui allaitent, voir un médecin en cas d’antécédent de cancer du sein.

Mode de prise :

  • Prendre de 150 mg à 300 mg par jour d’extraits de pépins de raisin
  • Prendre de 360 mg à 720 mg par jour d’extrait de feuilles de vigne

5 Autres plantes veinotoniques reconnues

  • les fleurs de mélilot (Melilotus officinalis) ;
  • la racine de fragon ou petit houx (Ruscus aculeatus) ;
  • l’extrait d’écorce de pin maritime ;
  • les cônes de cyprès (Cupressus sempervirens) ;
  • les fruits du cassis (Ribes nigrum) ;

Avertissement : Ces informations sont données à titre informatif, elles ne sauraient en aucun cas constituer une information médicale, ni engager notre responsabilité.

Leave a reply


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

justo adipiscing risus. elit. commodo dapibus Nullam ut Curabitur dolor. nunc Aenean