J’ai un torticolis : que faire ?

Un matin, au réveil, impossible de redresser normalement la tête : le cou est raide, l'épaule a tendance à se "geler" et tout mouvement ou même tentative de mouvement déclenche de vives douleurs qui donnent l'impression que les chairs se déchirent... C'est le torticolis.

femme souffrant de torticolis

Des douleurs variables

La douleur et le blocage du cou sont très variables. Tantôt il ne s'agit que d'une simple raideur, une gêne limitant les mouvements de la tête, interdisant de faire une marche arrière au volant de sa voiture, par exemple, tantôt la contracture est telle que la tête reste "gelée", inclinée sur l'épaule et terriblement douloureuse.

>> À lire aussi : Comment se défaire d’un torticolis ?

Assez banal, ce mal est le plus souvent fugace et tout rentre dans l'ordre avec quelques comprimés d'aspirine ou de paracétamol. Mais si la situation ne s'améliore pas rapidement, il est préférable de consulter son médecin.

Pour le praticien, il ne s'agit pas forcément de "torticolis". Bien des causes différentes peuvent induire des symptômes comparables et un examen soigneux est nécessaire.

À savoir : L'harpagophytum est un très bon moyen de traiter un torticolis.

"Coup de froid" ou "coup du lapin" ?

Avant tout, le signe du vrai torticolis, c'est la contracture des masses musculaires para-vertébrales. C'est elle qui oblige à incliner la tête et qui provoque la douleur. Il s'agit donc d'un mal musculaire. A la palpation, le médecin ressent parfaitement le durcissement des muscles du côté où la tête est inclinée, et il peut déclencher une douleur vive à la pression, même légère, de la région.

S'il ne s'agit pas de contracture musculaire, ce peut être une cervicarthrose (arthrose cervicale). Douloureuse, elle limite les mouvements du cou sans pour autant déclencher une déviation de la tête.

• Autre cause possible : l’arthrose. - Elle sera confirmée par des anomalies radiologiques. Dans le cas d'un torticolis normal, les images seront le plus souvent normales.

Souvent, le malade avoue "un coup de froid" dans les heures qui ont précédé le torticolis. Mais il faudra toujours rechercher la raison, un traumatisme, par exemple, même ancien : accident de voiture, "coup du lapin", chute dans les escaliers, etc.

Une mise en tension anormale des articulations intervertébrales peut entraîner des douleurs bien longtemps après l'accident et provoquer un torticolis. Un délai de 6 à 12 mois est fréquent entre le choc et le torticolis.

Traitement en douceur

Le traitement dépend de la cause de la contracture. Mais quelle que soit la situation, il repose avant tout sur deux éléments :

  • Calmer la douleur : l'aspirine, le paracétamol et tous les antalgiques sont utiles et efficaces. Mais il s'agit, en quelque sorte, de médicaments de "confort" puisqu'ils ne font que soulager et ne traitent pas la cause.
  • Lever la contracture : grâce à un ensemble de médicaments spécifiques dits "myorelaxants", utilisés soit par voie locale, orale, soit par injection intramusculaire.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, les anti-inflammatoires n'ont aucun intérêt dans ce contexte. Les infiltrations sont tout aussi inutiles.

En revanche, l'acupuncture et l'électrothérapie agissent aux deux niveaux, c'est-à-dire tant sur la douleur que sur la contracture.

Au moment de la période aiguë, les massages et les manipulations ne sont généralement pas conseillés ; en revanche, une fois la contracture levée, un massage doux permet d'atténuer les douleurs résiduelles.

Ne jouez pas avec vos vertèbres !

La douleur passée, un bilan radiographique se révèle souvent utile, surtout si un accident s'est produit auparavant. Le médecin manipulateur en tiendra compte dans son diagnostic, avant d'envisager un éventuel geste thérapeutique afin de lever la tension anormale post-traumatique d'une ou plusieurs articulations intervertébrales.

Mais attention ! les manipulations peuvent être dangereuses si elles sont mal faites et seul un médecin est autorisé à les pratiquer.

Si vous souffrez d'un torticolis, prenez un antalgique et mettez votre cou au repos sous une "minerve de fortune" un journal plié en bande un peu rigide, de la hauteur du cou, entouré d'un foulard chaud - en soie si possible - fera très bien l'affaire.

Si aucune amélioration ne survient dans la journée, ne pas hésiter à consulter un médecin ou un acupuncteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

leo. in luctus Nullam Phasellus quis, venenatis, fringilla libero. mattis Donec