Boulimie : En parler pour s’en libérer

Des réunions permettent de rencontrer des personnes souffrant du même trouble et de se déculpabilisera. Un premier pas vers la guérison.pomme croquée

En France, on estime à 2 % la population féminine souffrant de boulimie. Ce trouble du comportement alimentaire, qui apparaît souvent à l'adolescence, se manifeste par des crises incontrôlables se répétant avec une fréquence variable : quelques-unes par semaine, voire plusieurs par jour.

La personne qui souffre de boulimie mange... jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus. Pour l'une, ce sera six pains complets d'affilée, pour l'autre deux kilos de pâtes, des boîtes de raviolis froids, du chocolat...

À lire aussi : Calcul de son poids idéal : comment calculer son IMC ?

Retrouver le contrôle de soi

La boulimie procède par crise. Il y a une période de tension qui monte et devient insupportable. Le seul moyen de soulager cette tension, c'est d'incorporer de la nourriture de façon avide et énorme. Après cet épisode, la tension chute. S'ensuit deux types de comportement : se faire vomir ou pas. »

C'est pour aider ces femmes en grande souffrance psychique qu'une association regroupant des thérapeutes - psychologues cliniciens et psychanalystes - s'est constituée pour former, depuis un peu plus d’un an, un groupe de parole.

La psychanalyse ne suffit en effet pas toujours. Elle a des limites, et plus particulièrement pour les troubles du comportement alimentaire. Une boulimique ne peut pas attendre. Quand il y a tension, il faut la soulager immédiatement. Or, l'analyse s'inscrit dans la durée. C'est pourquoi elle ne semble pas la solution. La personne boulimique a besoin d'être rassurée, qu'on lui dise que l'on est là.

Par ailleurs, la boulimie se vit dans le secret, la honte et la culpabilité. Il est souvent difficile d'en parler en tête-à-tête car cette maladie renvoie à une image un peu déshumanisée, presque animale.

"Je ne mange pas, je bouffe", dit l'une. "Je mange sans faim, j'avale sans mâcher, j'engloutis", avoue une autre. « Lorsque je suis arrivée à l'association sur les conseils de ma nutritionniste, raconte Claire. "J'ai rencontré d'autres femmes qui vivaient la même chose que moi et qui ne semblaient pas s'aimer. Je ne comprenais pas car je les trouvais sympathiques. J'ai alors pris conscience que je devais paraître moi aussi sympathique. Et que je n'avais donc pas de rai- sons de ne pas m'aimer. »

En groupe, on parle moins de la prise de poids que du "sens" de son comportement. Certaines boulimies sont directement liées à des violences familiales durant l'enfance, violences qui n'avaient, jusqu'à présent, pu être dites.

Au sein du groupe, une solidarité se crée. On s'échange des trucs. L'une parle de sa stratégie d'évitement : on se protège en évitant les rues où il y a trop de magasins d'alimentation. L'autre parle de sa reprise d'une activité physique : la pratique d'un sport permet de sécréter des endomorphines qui calment, apportent du bien-être et permet d'éviter les moments de tension et d'angoisse.

Prise de conscience et motivation

Ces réunions de groupe (de 8 personnes) sont animées bénévolement par un ou deux thérapeutes. Elles durent... le temps que le désire la personne. Pour certaines, ces réunions sont le point de départ d'une prise de conscience de problèmes profonds et s'accompagne d'une décision de thérapie. D'autres, en quelques séances, constatent une amélioration spectaculaire qui se traduit par la fin des crises ou par leur espacement (par exemple 2 par jour au lieu de 5).

Quelques-unes quittent le groupe car elles n'y trouvent pas ce qu'elles cherchent. « Il faut être décidé à s'en sortir et à parler, explique Claire. Sinon, ce n'est pas la peine. ».

A qui s'adresse cette association ? Exclusivement aux personnes souffrant de boulimie et non à celles qui ont un problème de surpoids. Essentiellement parisienne aujourd'hui, l'association voudrait étendre son action à toute la France.

Association d'aide aux boulimiques :
151 rue d'Alésia
75014 Paris
T. : 01 45 41 38 49
www.boulimie.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

nunc eleifend at neque. accumsan ipsum in fringilla mattis