Personnes âgées : les 9 priorités santé

 

Quand on est (très) âgé, on ne mange plus de la même façon qu’auparavant : L ‘appétit change, on n’a plus exactement les mêmes goûts, les mêmes envies… Tous ces changements sont habituels. Mais pour maintenir un bon état général en dépit du vieillissement, il est important de continuer à bien se nourrir.

Il n’existe pas “une” alimentation type pour le 3 ou le 4e âge, mais plutôt une bonne adaptation des choix alimentaires aux goûts et préférences de chaque individu.

Tout en respectant les priorités alimentaires et l’équilibre nutritionnel, il faut savoir faire preuve de souplesse et de bon sens, éviter les excès… mais aussi se garder de toute restriction inutile, et parfois préjudiciable pour la santé.

Est-il normal de manger moins lorsqu’on a pris de l’âge ?

C ‘est très courant, surtout après 75 ou 80 ans. A cet âge, l’activité physique est plus réduite et les besoins caloriques sont abaissés (ils passent en moyenne de 2 000 ou 2 200 kca bries à 1 600 ou 1 800 Kcalories par jour). Si l’on garde un poids constant, cela signifie que l’apport énergétique est probablement correct.

Cependant, certains éléments de sécurité (protéines, minéraux, vitamines…) sont toujours indispensables. Et ce n’est pas simple quand précisément la consommation alimentaire globale tend à diminuer.

Est-il préférable de manger sans sel ou très peu salé ?

Sauf en cas de prescription médicale (lorsqu’un traitement ou une pathologie l’imposent), il est inutile, et même déconseillé, de se mettre au régime sans sel!

Bien sûr (mais c’est valable à tout âge de la vie), il est préférable de saler modérément ses plats. Mais ne plus saler du tout l’alimentation peut provoquer des désordres dans l’équilibre hydrominéral, et surtout entraîner une dénutrition par inappétence. Chez une personne âgée, c’est un risque majeur.

Si l’on n’a plus très envie de manger de la viande, peut-on s’en passer ?

Il est vrai qu’avec le grand âge, le goût pour la viande est souvent moins vif qu’autrefois. Et on la trouve aussi parfois difficile à mastiquer. Pourtant, elle fournit des protéines d’excellente qualité (nécessaires au renouvellement des cellules) et du fer (précieux pour la résistance).

Il est donc souhaitable de continuer à consommer de la viande, si possible plusieurs fois par semaine (en sachant qu’une portion de 70 à 100 g net suffit tout à fait).

On peut, bien entendu, la remplacer régulièrement par du poisson (prévoir environ 100 g net par portion).

Est-il suffisant de dîner d’un bol de café au lait accompagné de tartines ?

C ‘est un “menu” bien monotone… et qui ne fournit que des aliments peu variés. Pour quoi ne pas opter plutôt pour une soupe aux légumes, accompagnée d’un peu de pain, et complétée par un laitage (yaourt, fromage blanc ou entremets) par exemple?

Les légumes frais sont très utiles pour leur apport en fibres et en minéraux, en particulier en potassium nécessaire au bon fonctionnement du muscle cardiaque. Grâce à une soupe, on peut consommer aisément une quantité appréciable de légumes.

Et le produit laitier représente une excellente source de calcium (indispensable pour le bon état des os).

Que faire pour lutter contre la constipation ?

La paresse intestinale a tendance à s’accentuer avec l’âge, et la diminution de l’activité physique peut aussi favoriser la constipation.

Il faut d’abord boire suffisamment ; si l’on est déshydraté, on sera constipé. Il faudra prendre entre les repas de l’eau, mais aussi des boissons fraîches, en particulier des jus de fruits, des infusions… Cela suffit parfois à corriger la constipation!

On cherchera aussi à augmenter la consommation de légumes et de fruits frais (si les fruits crus sont mal supportés, on les servira sous forme de compote, de fruits cuits ou de fruits mixés).

Très efficaces : les pruneaux (et leur jus), les poires, les épinards.

Attention, par contre, aux céréales complètes qui peuvent être irritantes pour les muqueuses digestives!

Est-il conseillé de supprimer le beurre, les œufs et le fromage pour ne pas risquer les excès de cholestérol ?

C’est ce qui est conseillé dans certains cas d’hypercholestérolémie, et pour l’adulte. Mais si on ne souffre pas d’anomalie marquée des lipides sanguins, il n’y a aucune raison de se priver de ces aliments, utiles pour l’équilibre et la diversification alimentaires!

Mais, bien sûr, ils seront consommés raisonnablement : en moyenne, 3 à 4 œufs par semaine, 10 à 15 g de beurre par jour et une petite portion (20 à 40 g) de fromage par jour (qui complète les autres consommations de produits laitiers : lait et laitages).

Certains aliments ne sont plus toujours bien tolérés avec l’âge. Comment faire?

  • Si les légumes-crudités et les salades sont mal tolérés, les remplacer par des jus de légumes et “forcer” sur les légumes cuits et les fruits.
  • Si la viande est jugée trop filandreuse, trop difficile à mastiquer, penser au blanc de volaille, à la viande hachée (nature, ou sous forme de légumes farcis, de hachis Parmentier…), au jambon maigre cuit, servi en tranche, ou haché, ou mixé, et servir plus souvent du poisson.
  • Si le pain est trop dur, trop difficile à mâcher, servir du pain de mie (éventuellement semi-complet et légèrement grillé), ou encore des biscottes.
  • Si les  sont mal supportées (elles sont parfois avalées sans être suffisamment mastiquées), servir de très petites pates (mini-coquillettes, petits macaroni, voire gros vermicelles), cuites “à point”. Pensez également à la graine de couscous bien gonflée et suffisamment cuite.
  • Si le yaourt est jugé trop “acide”, choisir un yaourt entier (de saveur plus douce), ou le remplacer par du fromage blanc.
  • Si le jus d’orange ou de  pamplemousse est mal toléré, penser à du jus de pomme ou de raisin.

Attention aussi aux poires granuleuses, aux figues, aux noix, aux produits renfermant des fruits secs ou des particules dures. Ils ne font pas du tout bon ménage avec les appareils dentaires amovibles (de petits grains peuvent se coincer entre l’appareil et les gencives).

Peut-on boire un peu de vin ?

Ce n’est pas du tout déconseillé. En effet, à la dose d’un demi-verre à un verre (maximum) par repas, ce serait même bénéfique

Donc, si on en avait l’habitude, on peut évidemment continuer à boire un peu de (bon) vin à table.

Mais si l’on n’en buvait pas, inutile de se forcer à commencer maintenant.

Faut-il se méfier des produits sucrés ?

Il faut donner à ces aliments (desserts, biscuits, sucreries…) leur juste place et éviter des consommations abusives.

Grignoter à longueur de journée biscuits ou bonbons ne peut que désorganiser l’appétit et déséquilibrer les prises alimentaires. Mais s’ils sont servis en dessert ou lors d’une collation, entremets, crème, compote, gâteau, biscuits, etc., sont toujours très appréciés. Et ils s’intègrent alors sans problème dans l’ensemble de l’alimentation.

Leave a reply


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

in ut efficitur. quis, facilisis felis lectus Nullam dolor. Aliquam velit,