Ménopause : Stop aux bouffées de chaleur !

À la ménopause, les bouffées de chaleur constituent le souci majeur, mais on peut s'en débarrasser. Toutes les solutions.

Femme d’âge mûr épuisée entrant dans la ménopause
© istock

Les bouffées de chaleur, pourquoi, comment ?

Trois femmes sur quatre connaissent cette sensation de chaleur intense qui vous envahit : de la simple moiteur à la sueur profuse, au niveau du visage, du cou, du thorax. Elle dure de trente secondes à deux minutes. Leur intensité et leur fréquence varient d'une femme à l'autre : de une à deux bouffées par semaine à une bouffée toutes les deux heures. Elles provoquent souvent gêne, inconfort, fatigue et surtout une envie irrépressible de s'en débarrasser.

Les bouffées de chaleur surviennent fréquemment la nuit, où elles vous réveillent une à plusieurs fois. Le jour, si elles sont importantes, elles peuvent tremper vos vêtements. Pour certaines, ces bouffées de chaleur deviennent un vrai "handicap social". Même si elles passent souvent inaperçues pour l'entourage.

À lire aussi : À la ménopause : Comment réduire les bouffées de chaleur ?

De cinq à dix ans… sans traitement

La survenue des premières bouffées de chaleur marque le plus souvent l'entrée de la femme en périménopause.

Cette période peut durer d'un mois à sept ans ; trois ans et demi en moyenne.

Au stade de périménopause ou de ménopause confirmée, ce problème peut durer très longtemps. Plus d'une femme sur deux subira des bouffées plus de cinq ans et une sur quatre pendant plus de dix ans si elle ne fait rien.

La périménopause se caractérise par des cycles irréguliers et des fluctuations hormonales. Le responsable est l'hypothalamus (dans le cerveau) où une zone commande les hormones ovariennes. Son dérèglement provoque cette panique hormonale. Ce "poste de commandement de la fonction ovarienne" est tout proche du centre de thermorégulation de notre température. Il entraîne par voisinage des perturbations qui se traduisent par l'apparition de bouffées de chaleur.

Hormones ou soja ?

Au stade de périménopause, votre médecin peut vous prescrire des progestatifs associés ou non ponctuellement à des estrogènes qui rétabliront votre équilibre hormonal. Il peut aussi opter pour des traitements non hormonaux à base d'un acide aminé, la bêta-alanine, qui agit sur les troubles vasomoteurs, ou de véralipride intervenant sur l'hypothalamus. On peut aussi associer ces deux molécules aux traitements hormonaux.

A la ménopause, la réponse peut être le traitement hormonal substitutif associant souvent estrogène et progestérone.

Autre alternative : les spécialités à base de soja. Selon des chercheurs, les substances actives contenues dans ces spécialités seraient capables d'agir sur les mêmes récepteurs que les estrogènes. D'où leur efficacité sur les bouffées de chaleur.

Pour faire votre choix, n'hésitez pas à dire vos préférences à votre médecin.

Bon à savoir : Les isoflavones de soja diminuent la fréquence des bouffées de chaleur selon une étude menée auprès de 75 femmes ménopausées. Celles-ci avaient au moins sept bouffées de chaleur par jour. Après quatre mois de traitement, le nombre de bouffées a diminué de 61 % chez les femmes traitées contre 21 % pour le groupe de femmes non traitées.

À lire aussi : Ménopause : traiter les symptômes de la ménopause

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

libero ut in elementum id mattis adipiscing porta.