Fourmillements dans la main et les doigts : que faire ?

fourmillement main

Depuis quelque temps, et même s’il ne fait pas froid, cela me « pique » dans les doigts. De telles manifestations, ressenties comme des fourmillements, arrivent parfois. On parle souvent de paresthésie, mais diverses questions doivent être posées, afin de préciser l’origine du mal et pouvoir le traiter efficacement :

  • Sont-ils permanents ou transitoires ?
  • Surviennent-ils de jour ou de nuit ?
  • Sur une main ou sur les deux ?
  • Touchent-ils quelques doigts, la main entière, ou remontent-ils jusque vers l’avant du bras ?

Dès l’instant où ces fourmillements n’ont pas de latéralité majeure et restent assez diffus, sans une localisation précise et sans brusque incapacité de retenir un objet, il n’y a rien de très grave à craindre.

Il s’agit probablement d’un phénomène circulatoire mineur. Néanmoins, quelques examens sont souhaitables, tels ceux d’un doppler ou d’un électromyogramme, par sécurité et pour prévenir d’un éventuel infarctus.

En bougeant mon épaule il m’arrive de ressentir des fourmis dans la main

Lors de semblable cas, l’épaule est souvent le siège d’un peu de rhumatisme. Cela peut venir de l’âge, mais aussi, chez les jeunes, d’excès de sport ou de charges lourdes. une douleur qui semble cheminer de haut en bas, jusqu’au pli du coude, évoque une tendinite venant s’exprimer jusqu’au niveau d’un ou de plusieurs doigts sous la forme de fourmillements.

La plupart des états rhumatismaux ou des suites traumatiques, au niveau des membres supérieurs, s’accompagnent presque toujours de tels fourmillements. Les articulations de l’épaule, et surtout celles qui composent la main, sont ainsi les sièges générateurs de très nombreux troubles, souvent considérés comme circulatoires. Néanmoins, même une cause strictement rhumatismale ne saurait dispenser de vérifier l’état des vaisseaux.

Soulager ou traiter les fourmillements dans les mains ?

La plupart du temps, les fourmillements dans les mains n’ont besoin d’aucun traitements médicaux. Ils s’atténuent puis s’estompent aussi rapidement qu’ils sont survenus.

Cependant, si les fourmillements sont la cause d’une maladie sous-jacente (accident vasculaire cérébral (AVC) et l’ischémie cérébrale transitoire, diabète, spasmophilie, sclérose en plaques, syndrome de Raynaud, syndrome du canal carpien etc.) alors un traitement médical peut être nécessaire voire obligatoire.

Mes mains se crispent, suis-je spasmophile ?

Certes, la spasmophilie se caractérise, pour une large part, au niveau des mains ou des doigts par des contractures, voire de vives crampes qui traduisent une incapacité de décontraction musculaire, par suite d’un déficit en calcium ou en magnésium.

Mais des manifestations en toutes points semblables, avec crampes et fourmillements, peuvent être les premiers signes d’atteintes beaucoup plus sévères, d’ordre neurologique. C’est ainsi que des compressions du nerf cubital au niveau du coude ou du radial à l’avant-bras peuvent conduire à des symptômes graves, entraînant une impotence manuelle et exigeant un recours chirurgical.

Parfois les doigts bleuissent et font mal

Toute simultanéité de douleurs et de variation de couleur, par brusque bleuissement ou blancheur, même limitée à un seul doigt et encore plus gravement à toute la main, est une urgence. L’origine du trouble provient presque sûrement d’une atteinte vasculaire, c’est-à-dire de siège artériel qu’il importe de rechercher.

À cette fin, échographie, doppler, IRM, voire artériographie méritent d’être mis en œuvre. De telles atteintes circulaires relèvent d’interventions d’urgence, aux résultats favorables.

À retenir :

  • Au moindre doute sur l’origine de fourmillements persistants, des examens s’imposent : doppler, échographies, électromyogrammes…
  • Ils vont permettre de déterminer le traitement qui convient.

Leave a reply


felis ut ut risus. suscipit at vulputate, Aenean felis libero. fringilla