Chute de cheveux : à chaque problème, son traitement !

Plus vite on réagit et mieux on conservera son capital cheveux. Consultation médicale, traitements locaux, compléments alimentaires... choisissez les meilleurs soins et traitements pour lutter contre le chute des cheveux.

Woman Looking Hair In A Mirror
© istock

Chute de cheveux : ce qu’il faut savoir

On perd 40 à 100 cheveux par jour... et c'est normal ! Jusqu'au moment où l'on s'aperçoit qu'il y en a bien plus que d'habitude sur l'oreiller, ou dans la baignoire. Et l'on s'inquiète. Entre les chutes "réactionnelles" (dues à un accouchement, une maladie, un stress, ou à la prise de médicaments tels que des antiinflammatoires, anti-dépresseurs...) et les chutes quasiment "programmées" découvrez les traitements pour ne plus vous faire... de cheveux.

À lire aussi : Chute de cheveux : les meilleurs traitements

Mais si la chute persiste après trois mois de traitement, n'oubliez pas de consulter rapidement. En effet, le problème peut venir de la thyroïde et justifier un bilan : hypo ou hyperthyroïdie ont des conséquences sur la perte des cheveux et doivent être rééquilibrées médicalement. Et quelles que soient les causes de la chute, une intervention rapide permettra de protéger votre capital cheveux.

Cause n°1 : Un déficit alimentaire

Qui peut être concerné ?

  • Les femmes qui manquent de fer, conséquence du flux menstruel et d'une alimentation pauvre en viande rouge et en légumes verts frais.
  • Les personnes qui ont une alimentation déséquilibrée en raison d'un régime hypocalorique sans supplémentation.

Les solutions : Les compléments nutritionnels

En cas de chute des cheveux, un bilan médical avec prise de sang est souhaitable pour déceler un éventuel manque de fer. D'autres examens peuvent être nécessaires pour identifier l'origine de ce manque (anémie, micro-saignement.. .).

On prendra une supplémentation en fer, mais aussi d'autres compléments.

Bon à savoir : Régulièrement à l'automne et au printemps et en cas de chute, faire trois mois de cure de compléments nutritionnels riches en vitamines B et acides aminés soufrés donne un coup de pouce aux phanères (cheveux, ongles) et à la peau, ce qui n'est jamais inutile. Nous avons tous par moments des petits déficits en certaines protéines ou vitamines. Mais le traitement consiste aussi à avoir une alimentation variée et équilibrée.

Les vitamines nécessaires au cheveu ? Celles du groupe B. Mais aussi les antioxydants naturels (vitamines E et C) qui jouent un rôle protecteur, et la vitamine H anti-séborrhéique.

Les oligoéléments répondant aux besoins des cheveux : zinc, cuivre, sélénium, soufre.

Certaines protéines, les acides aminés soufrés (cystéine, cystine, méthionine), leur sont souvent associées. Indispensables à la pousse du cheveu, elles régularisent aussi la séborrhée.

Les acides gras ont une action anti-inflammatoire.

Les minéraux, calcium, magnésium et fer sont importants pour la solidité des phanères.

Homme âgé gris bouleversé peignant ses cheveux
© istock

 

À lire aussi : Vos cheveux tombent : que faire ?

Cause n°2 : La perte des cheveux après un grand "stress"

Qui peut être concerné ?

  • Les femmes après une grossesse
  • Les personnes qui ont suivi un régime celles qui ont subi une grosse fatigue, un grand stress, une opération...

Quelles solutions ?

1. Les traitements capillaires

Ces produits augmentent l'irrigation du cuir chevelu. Associés à des compléments alimentaires, ce sont de bons traitements en cas de chutes réactionnelles. Parfait après une grossesse, un régime amincissant ou une grosse grippe.

S'ils ne suffisent pas on passe au Minoxidil, plus contraignant (voir plus bas).

2. Les soins en institut

On y masse le cuir chevelu pour le stimuler avec des produits et des techniques qui ont déjà fait leurs preuves. Idéal après une grossesse. Pour un coût moindre on peut alterner une séance institut avec une application de produits chez soi.

Cause n°3 : Les cheveux qui s'affinent

Qui peut être concerné ?

  • Les hommes qui commencent à perdre leurs cheveux.
  • Les femmes, surtout à partir de la cinquantaine.

Quelles solutions ?

1. Les produits gainants

Avec l'âge, le follicule diminue en nombre et se miniaturise. Les cheveux sont moins nombreux et plus fins. Pour diminuer cet effet, on utilisera des produits gainants qui auront une action transitoire sur l'aspect de la chevelure

2. Les traitements épaississants

Pour les hommes, le traitement médical par le Propecia@ redonne effectivement de l'épaisseur au cheveu.

Pour les femmes l'efficacité du Minoxidil, valable pour repousse est malheureusement beaucoup plus modérée pour l'épaississement du cheveu…

La gélatine végétale en gélules est une bonne alternative. Elle augmente la solidité du cheveu sans toutefois agir sur le bulbe. On en trouve dans certains compléments qui ont une efficacité rapide mais non prolongée dans le temps. Faites deux cures de trois mois par an, parallèlement ou non aux cures de vitamines.

Cause n°4 : Les chutes hormonal

Qui peut être concerné ?

  • Les hommes, même très jeunes.
  • Les femmes (parfois dès l'adolescence) qui souffrent d'hyperandrogénie, c’est-à-dire d'un taux élevé des hormones males ou bien d'hormones mâles hyperactives en périphérie. Cela s'accompagne parfois d'autres signes : hyperpilosité sur le visage et sur les seins, et acné

Quelles solutions ?

Pour les femmes seulement

Chute progressive des cheveux, l'alopécie androgénétique est caractérisée par une raréfaction et une miniaturisation des follicules pileux. L'hérédité joue un rôle important dans cette alopécie et peut provenir des deux côtés de la famille.

Les mères qui en ont souffert emmènent généralement leur fille consulter très jeunes. Mais, en pratique, celles-ci sont plus préoccupées par leur acné ne sont très motivées pour soigner cette chute.

À lire aussi : Femme : Je perds mes cheveux : que faire ?

À savoir : l'alopécie androgénétique peut se révéler soudain à la faveur d'un épisode qui rompt un équilibre fragile. Par exemple après une grossesse ou un choc opératoire cette alopécie latente se manifeste tout d'un coup.

Un médicament anti-androgène (cyprotérone) peut être prescrit dès

20 ans (s'il n'y a pas de contre-indication) par le dermatologue Ou le gynécologue. Ce sont des comprimés qui se prennent comme une pilule et qui ont des effets contraceptifs. Lorsqu'on commence à les prendre, on ne sait pas très bien quand on les arrêtera, mais l'effet des androgènes s'atténue quand même avec l'âge, permettant de réduire puis d'arrêter le traitement.

Un traitement hormonal substitutif (THS) peut être une bonne solution au moment de la ménopause pour remonter le taux d'hormones féminines.

À cette période, le d'œstrogènes chute alors que le taux d'hormones masculines, normalement présentes chez les femmes, reste constant. Cela entraine parfois une hyperandrogénie relative responsable d'alopécie. Si ce THS ne suffit pas, on peut ajouter une prescription de médicament anti-androgène.

Mais à 50 ans, la chute des cheveux peut aussi être liée à un stress psycho-affectif ou à d'autres causes réactionnelles.

À lire aussi : Greffes de cheveux pour “elles” aussi

Un traitement pour tous

En cas d’alopécie androgénétique et même avec un THS pour une femme, le Minoxidil est reconnu pour stopper la chute, même si la repousse du cheveu est plus modérée. D'où l'importance de le prescrire tôt, parfois dès la puberté.

Hair Loss Problem
© istock

Il est conseillé aux hommes concentrés à 5 % et aux femmes à 2 % seulement pour éviter l'apparition d'un duvet sur le visage, notable surtout chez les brunes.

Parfois d'un emploi contraignant, cette lotion peut donner sur certains cheveux un aspect "gras mouillé". Sans problème sur les coupes courtes, plus gênant pour d'autres coiffures ! Plutôt qu'une application biquotidienne à 2 %, on essayera un traitement 5 % le soir avec shampooing le lendemain

L'apparition possible de duvet est réversible à l'arrêt de la prise plus concentrée du produit.

L'efficacité de cette molécule vaut qu'on l'essaye, voire qu'on tâtonne entre la marque la plus chère (60 € environ pour trois mois) et les différents génériques. Si l'efficacité sur la chute est forcément la même, l'aspect du cheveu, d'après certaines enquêtes, peut vraiment varier d'une lotion à l'autre.

En tout cas, il faut suivre le traitement pendant au moins une année avant de juger si l'on fait partie des 20 % de personnes Sur lesquelles le produit est inopérant.

Il n'y a pas de contre-indication, sauf chez certains patients souffrant d'hypotension car il s'agit d'un vasodilatateur. De rares personnes développent une allergie cutanée à l'un des excipients plus qu'au Minoxidil lui-même.

Pour les hommes seulement

Le Propecia© est un traitement par voie orale réservé à l'homme. Facile, -un comprimé par jour très efficace, on le lait à vie. Il est contre-indiqué et totalement inefficace chez la femme. Les effets Indésirables (maux de tête, nausées sont très rares, de même que les troubles sexuels (perte de la libido), de l’ordre de 1 à 2%. Ce dernier symptôme (qui n'intervient qu'en début de prise et est réversible à l'arrêt du traitement) a été très médiatisé. Et certains hommes préfèrent qu’on leur prescrive du Minoxidil. Autre inconvénient, le prix : près de 60€/mois.

À lire aussi : Cheveux des hommes : comment éviter leur chute, quelles solutions ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pulvinar Curabitur mi, lectus ipsum id,