Parer aux aléas de la vie avec le testament évolutif

Imaginez un testament qui s'adapte à l'évolution de la vie sans avoir besoin de le modifier. C'est ce que permet le testament évolutif qui se révèle pertinent dans de nombreuses situations.

Testament Evolutif
Avec l'allongement de la vie, un testament peut ne plus être adapté à la réalité du patrimoine existant au décès du testateur.

Le choix de rédiger un testament est souvent dicté par la volonté d'organiser au mieux la transmission de ses biens et de gratifier les personnes de son choix (y compris des associations). Une difficulté peut surgir dans la mesure où les dernières volontés sont rédigées à un instant T, en fonction des biens dont le testateur est propriétaire à ce moment-là, de sa situation familiale, économique, etc.

Le risque de caducité

Prenons l'exemple d'un bien immobilier faisant l'objet d'un legs particulier. En vertu de ce legs, une personne est ainsi désignée pour recevoir cet appartement ou cette maison à la mort du testateur. Mais finalement avant son décès, son propriétaire décide de le vendre. Même s'il n'avait pas imaginé le faire au moment de la rédaction de ses dernières volontés, il est libre de procéder à cette vente. En conséquence, le bien ne peut plus être légué au bénéficiaire initialement prévu.

Bien sûr, le testament peut être révoqué ou modifié par son auteur afin qu'il soit tenu compte de son nouveau patrimoine. Mais encore faut-il qu'il y pense et qu'il soit bien conseillé pour ne pas commettre d'erreur.

À défaut, le légataire qui devait recevoir le bien immobilier n'aura rien car le testament sera devenu caduc. Sans compter que le défunt ne sera pas parvenu à réaliser son souhait de gratifier le légataire.

Avec l'allongement de l'espérance de vie, un testament rédigé, même quelques années à peine avant le décès du testateur, peut ne plus être adapté à la situation et ne plus être conforme à la volonté de son rédacteur. Imaginons maintenant une dame âgée de 85 ans qui prévoit un legs particulier portant sur sa résidence principale au profit d'une association. Quelques années plus tard, en raison d'une perte importante d'autonomie, elle rentre dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Pour financer le coût de l'établissement, elle est contrainte de vendre sa maison. Dès lors, son legs particulier devient inapplicable. Mais si elle oublie ou néglige de modifier son testament, l'association ne recevra rien. Pire encore, si une mesure de protection juridique, comme une tutelle, est ouverte, la dame aura besoin de l'autorisation du juge des tutelles pour procéder à la rédaction d'un nouveau testament (art. 476 du Code civil).

Le testament à l'épreuve du temps

Quelques précautions peuvent être prises au moment de l'établissement des dernières volontés pour parer à cette difficulté. La solution peut résider en l'établissement d'un testament « évolutif » qui va s'adapter aux événements de la vie et qui, de fait, a une durée de validité plus longue.

Ainsi, dès la rédaction du testament la personne peut, avec l'aide de son notaire, envisager les changements plus ou moins prévisibles à venir.

Concrètement, si l'on reprend notre exemple, la testatrice peut d'ores et déjà prévoir l'hypothèse de la vente future de son bien en indiquant sa volonté en pareil cas.

Par exemple, elle indique « au cas où je ne serais plus propriétaire de ma maison au jour de mon décès, je lègue à l'association X une somme équivalente au prix de cession ou X % du prix de cession ».

Elle peut aussi réfléchir différemment et se lancer dans un petit calcul. Imaginons qu'au moment où elle rédige ses dernières volontés, elle possède 50 de liquidités et une maison qui vaut 100, et qui fait donc l'objet d'un legs particulier au profit d'une association. Elle indique que dans l'hypothèse où sa maison n'existe plus dans son patrimoine, elle lègue les 2/3 de son patrimoine à l'association, ce qui représente un legs de la même proportion que ce qu'elle avait envisagé au départ. Elle a ainsi l'assurance que l'argent reviendra à une cause qui lui tenait à cœur.

Anticiper toute évolution future

Les personnes ayant des enfants mineurs peuvent aussi, avec le testament évolutif, adapter leurs dispositions à l'âge des héritiers. Par exemple, un parent peut prévoir un legs particulier d'un bien immobilier ou d'une somme d'argent au profit de son fils ou de sa fille avec une délivrance du legs à partir des 20 ans de l'enfant. De même, le testateur peut nommer son frère exécuteur testamentaire, c'est-à-dire le charger de veiller et de procéder à l'exécution des volontés du défunt (recevoir et placer des capitaux, procéder au partage entre héritiers et légataires, vendre des biens immobiliers, etc.), tout en prévoyant que l'aîné de ses enfants remplacera automatiquement son oncle lors- qu'il aura, par exemple, atteint l'âge de 25 ans.

En présence d'un enfant handicapé dont le testateur assure la tutelle, il peut aussi nommer tuteur la sœur de l'enfant dès lors qu'elle est âgée de 30 ans et demander qu'en deçà de cet âge un tuteur professionnel (un mandataire judiciaire à la protection des majeurs, MJPM) soit désigné.

Le testament évolutif peut aussi valablement trouver à s'appliquer au sein d'un couple marié.

Le testateur peut notamment écarter de sa succession son époux ou épouse si au moment du décès le couple vit séparément. De même, il est possible de désigner légataire son partenaire de Pacs à la condition que le couple vive toujours ensemble. Ainsi, même si le divorce ou la rupture de Pacs n'a pas encore pris effet au moment de l'ouverture de la succession, le testateur a l'assurance que celui qui ne fait plus partie de sa vie à son décès ne sera pas gratifié.

Avec le testament évolutif, les choix du testateur ne sont plus figés dans le temps comme avec un testament classique. En ce sens, il est davantage conforme à la volonté de son testateur et remplit mieux sa fonction.

À lire aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ipsum Nullam ultricies quis mattis commodo Donec massa diam id