Jambes lourdes : nos conseils pour des jambes légères

La beauté des jambes passe par leur santé. Soins, diététique, sport, esthétique, prévention… que faut-il savoir pour ne pas avoir les jambes lourdes ? Voici des réponses à vos questions pour avoir des jambes légères, même s'il fait chaud.

femmes touchant ses jambes lourdes
© istock

1. J’ai très souvent les jambes lourdes. Est-ce un début d'insuffisance veineuse ?

Oui ! Cela peut être l'un des premiers signes d'insuffisance veineuse. D'autres symptômes très variés sont également possibles : impatiences (besoin impérieux de bouger les jambes), douleurs, impression de piqûres, d'étau autour du mollet ou d'eau qui coule le long de la jambe, crampes nocturnes.

Les autres manifestations plus objectives sont : des œdèmes, les chaussures qu'on ne peut pas remettre le soir après les avoir enlevées, des problèmes esthétiques de veinules dilatées dès la puberté. Ce sont des signes d'une insuffisance veineuse. Lorsque la gêne ou les douleurs persistent malgré l'usage de produits anti-jambes lourdes, il faut consulter.

À lire aussi : Jambes lourdes : les plantes pour vous aider

2. J'attends mon premier bébé. Comment garder des jambes légères ?

Pendant la grossesse, en raison de l'augmentation de certaines hormones, il se produit une dilatation veineuse avec, pour conséquence, des douleurs dans les jambes et des risques de varices chez quatre femmes sur cinq.

D'où l'importance de prendre des médicaments phlébotoniques et de porter des chaussettes ou bas de contention,  Cette mesure est obligatoire lorsqu'il y a des antécédents familiaux de maladies thrombo-emboliques. Si votre mère a souffert d'accident vasculaire comme une thrombose, une prise de sang (pour un bilan d'hémostase) s'impose aussi.

A noter le risque veineux augmente avec le nombre de grossesses, l'âge et la prise de poids. Mais également quand on démarre un traitement hormonal.

À lire aussi : Améliorer la circulation des jambes

3. Quels sont les deux meilleurs sports en cas de jambes lourdes ?

Pour remonter des pieds vers le cœur, via les veines, le sang a besoin des contractions musculaires. Et particulièrement celles des muscles profonds, qui assurent une contention naturelle des veines.

  • La marche : D'un pas très rapide, en allongeant la foulée de façon à sentir que vous faites travailler toute la jambe.
  • La natation : À pratiquer en utilisant des mini-palmes, pour muscler en douceur et en profondeur jambes et fessiers, sans risquer de vous fatiguer les chevilles, De plus, l'eau a un effet drainant.

4. Puis-je me débarrasser de mes varicosités avant les vacances ?

A partir du mois de mai, la plupart des angiologues refusent. Sauf pour les patientes qui resteront en ville et n'exposeront pas leurs jambes. Le laser ou la sclérose (injection d'un produit dans la veine malade) sont les deux traitements de choix contre les varicosités.

Après, vos vaisseaux ne doivent pas être exposés au soleil car vous risqueriez des taches sur la peau. Si vous le souhaitez, vous pouvez consulter dès maintenant un spécialiste pour effectuer un bilan phlébologique, mais attendez la rentrée pour traiter les varicosités.

À lire aussi : Chaleur : Faites-vous des jambes légères !

5. Je travaille debout. J'ai les jambes gonflées dès que le thermomètre monte. Pourquoi ? Que dois-je faire ?

L'été, la chaleur qui dilate les vaisseaux, la position debout, et aussi la sédentarité favorisent les œdèmes. L'origine, souvent héréditaire, peut être veineuse : lorsque le sang a trop de mal à remonter des pieds jusqu'au cœur, l'eau contenue dans le sang traverse la paroi des veines pour passer dans les tissus interstitiels.

Autre cause : un problème lymphatique. Les vaisseaux chargés de drainer l'eau des tissus interstitiels fonctionnent mal. En fait, il existe souvent une association de ces deux problèmes, Bien entendu, il faut commencer par un bilan médical complet.

On diagnostiquera peut-être une insuffisance veineuse, une maladie chronique évolutive que votre métier peut accélérer. Pour vous, la prise de médicaments phlébo-toniques est conseillée et la contention indispensable. L'été, préférez les mi-bas ou les bas auto-fixant en haut de la cuisse.

À lire aussi : Préserver la santé de vos jambes face aux risques d’insuffisance veineuse

6. J'ai de grosses jambes, Dois-je d'abord traiter ma cellulite ?

Cellulite et insuffisance veineuse sont intimement liées. Le poids est un facteur aggravant. La graisse favorise la dilatation des vaisseaux, ralentissant le drainage veineux et lymphatique. Les solutions commencent par un peu de diététique, en diminuant graisses et sucres (gâteaux, barres sucrées). Le suivi par un nutritionniste peut vous donner un coup de pouce, car ce spécialiste peut repérer vos mauvaises habitudes et vous faire perdre progressivement du poids.

Sans faire de régime draconien, ce médecin vous apprendra à manger "mieux". Un traitement anti-cellulite est conseillé simultanément. Plusieurs techniques sont utilisées. L'acupuncture électrique* consiste à implanter dans la masse adipeuse des cuisses, des fesses ou des chevilles, de fines aiguilles reliées à un appareil d'électrostimulation.

Autres techniques : Le drainage lymphatique manuel, l'aquadrainage, la pressothérapie ou le Cellu M6.

7. J’ai entendu dire que des aliments pouvaient être à l'origine d'œdèmes. Qu'en est-il ?

Les produits alimentaires industriels sont de plus en plus transformés pour rendre biscuits, yaourts, jambon... plus tendres ou onctueux, on leur ajoute des émollients. Mal digérés, les stabilisants, les exhausteurs de goût, les émulsifiants que l'on trouve dans les plats tout prêts deviennent des "molécules éponge". Elles passent dans le sang, puis dans les tissus interstitiels où elles retiennent l'eau.

La solution ? Doubler la quantité d'aliments non transformés, car nous n'en consommons plus que 15 %. Ils sont riches en vitamine E, anti-oxydante et protectrice des parois veineuses, mais fragile : elle ne résiste ni à la cuisson ni au raffinage.

Les aliments conseillés : fruits, légumes frais et herbes aromatiques ; huiles de première pression à froid, fruits secs et oléagineux bio céréales germées ; produits laitiers crus peu caloriques et très vitaminés, fromage blanc, mozzarella, feta ; fruits de mer crus : huîtres, coquilles saint-jacques (marinées dans de l'huile d'olive et du citron). Consommez aussi suffisamment de protéines pour maintenir vos muscles en forme.

8. Avant de voyager, prenez vos précautions

Si cet été vous devez partir en avion, en bus ou même en voiture pour effectuer un long voyage, prenez certaines mesures pour éviter de souffrir d'un grave problème veineux une fois arrivé sur votre lieu de vacances. Bien entendu, ces quelques conseils s'adressent surtout aux personnes fragiles (déjà victimes d'une phlébite, souffrant de varices ou d'insuffisance veineuse).

  • Consultez un médecin avant de partir. Il vous prescrira peut-être un traitement juste avant le voyage. Portez bas ou chaussettes de contention durant le trajet.
  • Buvez suffisamment d'eau et faites quelques pas dans l'avion, ou effectuez fréquemment des pauses pour marcher si possible.
  • Évitez de croiser les jambes ou de les plier en arrière.
  • En cas de douleur dans le mollet durant vos vacances ou au retour de voyage, prenez sans attendre l'avis d'un médecin.

9. Je souffre d'insuffisance veineuse. Les médicaments phlébotoniques vont-ils m'aider ?

Ces médicaments concentrent des plantes qui protègent la paroi veineuse, accélèrent le débit lymphatique et la remontée du sang. Quelles plantes ? Ce sont avant tout des flavonoïdes (de flavedo, la partie blanche dans la peau des agrumes), Dans cette classe botanique, on trouve les citronavonoides des agrumes, tous les fruits rouges, cassis, myrtille, framboise et le raisin. Extrêmement drainants aussi, le ginkgo biloba, le petit houx, l'hamamélis, le marronnier d'Inde et la centella asiatica.

Dès qu'il fait chaud, certains médecins conseillent une cure d'environ deux mois de médicaments phlébotoniques Ceux-ci se prennent généralement en comprimés Ou en gélules, ou non à des gels à appliquer sur les iambes (Ginkor). Un grand nombre de ces médicaments s'achètent sur ordonnance et sont remboursés à 35 % par la Sécurité sociale.

10. Comment se passe un bilan phlébologique ?

Il s'agit d'une consultation durant laquelle médecin pose de nombreuses questions, puis réalise un examen clinique avec palpation des jambes, et un écho-doppler veineux. Cette sorte d'échographie permet de visualiser l'état du circuit veineux. On peut détecter à l'oreille d'éventuelles fuites dans la circulation de retour du sang vers le cœur. Ce bilan est effectué en cas de symptômes d'insuffisance veineuse, d'antécédents de phlébite ou d'antécédents familiaux de varices...

La solution acupuncture

Selon la médecine chinoise, une insuffisance veineuse est souvent liée à un problème concernant la rate et le rein. Certaines aiguilles seront donc placées sur les méridiens correspondant à ces organes (sur les jambes). Mais attention, ces organes n'ont pas la même signification que dans notre médecine. Comme tout praticien, avant de traiter, l'acupuncteur réalisera un diagnostic précis… selon la médecine chinoise en vous posant des questions, en prenant votre pouls, en inspectant votre langue.

Le traitement est destiné à soulager les lourdeurs ou les douleurs des jambes. Trois à cinq séances devraient permettre de juger les effets du traitement. Ces séances ne feront pas disparaitre d'éventuelles varices ou varicosités. À noter l’acupuncture peut-être aussi proposée pour traiter la cellulite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

dapibus tristique tempus Donec felis vulputate, leo