Seniors : découvrez les vertus de la cuisine japonaise

Le Japon bat des records de longévité. Le nombre de centenaires y est plus élevé que nulle part ailleurs. Si les Japonais vivent aussi vieux, c’est en partie parce qu’ils mangent sainement. Sous nos latitudes, les seniors ont donc intérêt à s’inspirer des principes de la cuisine japonaise pour vieillir en bonne santé.

cuisine japonaise

Beaucoup d’énergie et peu de calories

Ces aliments énergisants et peu caloriques, ce sont d’abord les fruits et les légumes. À la fin de l’automne, les Japonais commencent à manger des kakis, un fruit originaire de Chine. En hiver, ils se régalent de mikans, qui ressemblent aux mandarines. Le printemps est le temps de la cueillette des fraises.

Les légumes sont également au cœur de la cuisine japonaise, le plus souvent associés au riz. Les Japonais apprécient le daikon, sorte de radis blanc, le wasabi, plante aquatique ou encore ces petits haricots rouges appelés azukis. À côté du poisson, les Japonais privilégient donc les légumes et consomment de nombreux mets végétariens.

Ils sont toujours très attentifs à la fraîcheur des fruits et légumes. C’est pourquoi ils les consomment, le plus souvent, quand leur saison est venue.

Peu caloriques et riches en vitamines, des graines, comme le sésame, sont très employées par les cuisiniers japonais. C’est aussi le cas des céréales complètes, riches en fibres et en acides gras essentiels.

Le soja est également un aliment énergisant. Les Japonais en consomment beaucoup, sous forme de tofu, ou fromage de soja, de lait ou encore de miso, pâte de soja fermenté. Le soja procure aux Japonais, qui mangent peu de viande, les protéines dont ils ont besoin.

Les vertus du riz

Il représente une des bases de l’alimentation des Japonais, qui en consomment chaque jour. Son mode de cuisson, qui permet d’enlever l’amidon, le rend beaucoup plus digeste.

Contrairement aux idées reçues, ce féculent ne fait pas grossir. Pauvre en lipides et riche en vitamines, le riz apporte à l’organisme beaucoup de fibres et de minéraux. Il permet également de diminuer la consommation des graisses saturées, qui représentent, en quelque sorte, le « mauvais gras ».

La consommation régulière de riz favorise également la digestion et l’absorption des nutriments, notamment ceux des fruits et légumes.

Les algues : un aliment exceptionnel

Les Japonais raffolent de cet aliment, peu goûté en Europe. Sa valeur nutritionnelle n’est pourtant plus à démontrer.

Les algues ont de nombreuses vertus. Par leur action antioxydante, bien connue, ils freinent le vieillissement des cellules et empêchent le développement de certaines maladies.

Par ailleurs, les fibres contenues dans les algues pourraient contribuer à la prévention des maladies cardiovasculaires et de certains diabètes. Leur consommation permettrait également de réduire le taux de cholestérol dans le sang.

Le poisson plutôt que la viande

Les Japonais mangent en effet très peu de viande. Ils lui préfèrent le poisson, aliment moins gras dans l’ensemble. Du moins, les graisses contenues dans la plupart des poissons sont-elles moins nocives pour l’organisme. Il s’agit, le plus souvent, des oméga 3, qui limitent l’apparition des maladies cardiovasculaires.

Les Japonais sont parmi les plus gros consommateurs mondiaux de poisson, qu’ils consomment même au petit-déjeuner. Ils raffolent du thon, du sanma, un poisson grillé, ou du fugu, le fameux poisson venimeux que seuls certains cuisiniers savent préparer.

Ce poisson, les Japonais, le consomment souvent cru. Le sashimi, plat traditionnel au Japon, se présente ainsi sous la forme de tranches de poisson cru. Le makizushi, ou maki, ou encore le sushi, mieux connu en Europe, sont d’autres mets à base de poisson cru.
Consommé de la sorte, le poisson est plus riche en vitamines, en protéines et en minéraux. Selon certaines études, la consommation de poisson cru limiterait le développement des maladies cardiovasculaires.

Une cuisine relevée

Pour donner du goût à leurs plats, les Japonais y introduisent des épices. Ils le font à bon escient et emploient des condiments aux vertus reconnues.

C’est ainsi que le gingembre favorise lui aussi la digestion et empêche la survenue des nausées. Les rhumatisants apprécieront également son action anti-inflammatoire.

De leur côté, les épices composant le curry facilitent également le processus digestif et aident à combattre le cholestérol. Quant au curcuma, souvent utilisé dans la cuisine japonaise, ses vertus anti-inflammatoires ne sont plus à démontrer. Sa consommation contribuerait même à réduire l’apparition des ulcères de l’estomac et de certains cancers.

Boisson et desserts

Le thé vert ou matcha peut passer pour l’une des boissons nationales des Japonais. Ils en sont très friands, chez eux comme au restaurant.

matcha, thé vert japonaisEt, comme cette boisson a de nombreuses vertus, leur santé en bénéficie. Grâce à son action antioxydante, elle permet en effet de lutter contre l’apparition de certains cancers. Par ailleurs, le thé vert brûlerait plus rapidement les graisses, notamment celles qui s’accumulent au niveau de l’abdomen.

Cette boisson miracle passe encore pour favoriser la digestion et protéger la peau. Son rôle dans la prévention des affections cardiovasculaires ou du diabète est également souligné.

Les Japonais boivent volontiers du thé vert avec leur dessert. Leurs préparations sont moins sucrées et moins caloriques qu’en Europe, ce qui contribue aussi au maintien d’une bonne santé. C’est notamment le cas du fraisier japonais, beaucoup plus léger que son homologue français. Le chiffon cake, peu calorique, ne vous pèsera pas non plus sur l’estomac. Il est en effet confectionné avec de l’huile végétale. Quant à la texture aérienne des mushipans, ces petits pains cuits à la vapeur, elle séduit les gourmands sans les faire grossir.

Leave a reply


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

nec ut consequat. id, et, at risus. mattis Sed