Ostéopathie : Redonnez de la mobilité à votre dos !  

Le travail de l'ostéopathe consiste à retrouver l'origine de la lésion primaire pour traiter le mal à sa source. On vous explique comment et pourquoi consulter un ostéo.

femme d'age mure recevant des soins ostéo
© istock

Le principe de l’ostéopathie

Pour l'ostéopathie, la douleur est évolutive. Elle commence généralement par un traumatisme (ou lésion primaire) entraînant des douleurs et des contractures locales qui vont peu à peu "remonter" le long des chaînes musculaires.

Des lésions (secondaires) peuvent ensuite apparaître à distance et se manifestent soit par une autre douleur (résiduelle), soit par un trouble fonctionnel (parfois une douleur dorsale).

Les techniques de l’ostéopathe

L'ostéopathe dispose de trois types de manipulations complémentaires : les normalisations "structurelles" "crâniennes" et "viscérales". Les premières sont faites pour redonner la mobilité à une articulation bloquée. Les deuxièmes visent à restaurer la "mobilité" des os du crâne (dont les blocages provoquent des anomalies à distance). Les troisièmes, à remettre les organes "mal fixés" à "leur place".

Femme recevant le traitement ostéopathique de son cou
Des manipulations peuvent être effectuées au niveau de la nuque.  © istock

Quand est-elle indiquée ?

L'indication majeure de l'ostéopathie est le blocage articulaire. Elle aiderait aussi à prévenir du vieillissement précoce des articulations et à éviter les rechutes après une intervention chirurgicale.

À lire aussi : À quel rythme voir un ostéopathe ?

Ses limites d'indication

Elle est contre-indiquée dans le cas de hernies discales avec compression de la moelle épinière ou d'une racine nerveuse. Ainsi qu'en cas de cancer et d'ostéoporose. La plus grande vigilance s'impose également en cas de pathologies vasculaires, chez la femme enceinte (ou utilisant un stérilet), en cas de traumatisme récent (risque de fracture), de tumeur ou d'infection osseuse.

Comment choisir son ostéo ?

Médecin ou non ? La différence est surtout affaire de formation. Les premiers ont un doctorat de médecine ; ils ont suivi une formation complémentaire en ostéopathie. Les seconds ont obtenu leur diplôme après six années d'études supérieures à temps plein. Seuls les médecins offrent des possibilités de remboursement.

À notre avis

L'ostéopathie présente l'avantage de ne pas s'en tenir à un point de vue mécanique et de s'intéresser autant aux articulations bloquées qu'aux déficiences d'organes qui peuvent les provoquer.

En pratique : Les soins sont parfois remboursés par la Sécurité sociale sur la base d'une consultation si votre ostéopathe est médecin. Certaines mutuelles couvrent les soins des ostéopathes non médecins depuis que la pratique a été reconnue par les autorités publiques en 2002.

À lire aussi : Mal de dos : quelles médecines douces et chinoises ?

Musclez votre dos !

Pour lutter contre les lombalgies, une technique nous vient des États-Unis ("Use it or loose it') : on vous enseigne à travailler la souplesse de la colonne dans tous les plans de mobilisation et à (re-)muscler votre dos dans le cadre d'un travail dynamique. Cette technique va à contre-courant des méthodes classiques destinées aux personnes ayant une lombalgie.

Car elle ne préconise pas de ménager son dos, mais plutôt d'apprendre à soulever des poids "à la force du dos" ! De plus en plus de lombalgies seraient en effet dues à la sédentarité et au manque d'exercice physique.

À lire aussi : Le mal de dos chez l’ostéopathe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

venenatis leo luctus commodo ut id vel, neque. justo ut in