Mal de dos : causes, prévention et traitements

Il peut être léger ou sévère, constant ou intermittent, le mal de dos peut se faire sentir n'importe où le long de la colonne vertébrale, même s'il survient plus fréquemment dans le bas du dos (lombalgie).

Aigu, le mal de dos est souvent causé par une blessure au dos et dure entre un jour et plusieurs semaines. Chronique, il est souvent progressif et persiste ou récidive pendant trois mois ou plus. Sous toutes ses formes, c'est un problème de santé fréquent et une cause majeure d'absentéisme au travail.

Les causes possibles du mal de dos

Une des causes les plus courantes est une blessure du dos — sport, travail physique, tentative d'atteindre un objet haut placé ou de soulever un poids trop lourd. Les traumatismes ou accidents peuvent endommager les muscles, causant de douloureux spasmes musculaires, et irriter les nerfs. Il peut aussi être dû au glissement d'un disque intervertébral ou hernie discale.

Le disque intervertébral glisse vers le canal rachidien et appuie sur les nerfs. La hernie se forme suite à une blessure, en se baissant ou en portant un objet lourd. De plus, les disques s'altèrent avec l'âge.

L'arthrite est une maladie courante des articulations qui peut aussi être à l'origine de douleurs dorsales. L'arthrose peut affecter les vertèbres et les articulations vertébrales. La spondylarthrite ankylosante (une forme d'arthrite rhumatoïde), entraîne inflammation et raideur des vertèbres de bas en haut.

Il existe d'autres facteurs de risque : l'obésité engendre des pressions excessives sur le rachis, pouvant provoquer douleurs et arthrite. Le manque d'exercice affaiblit les muscles abdominaux, accroissant la pression sur la colonne. Une mauvaise posture peut conduire à un désalignement de la colonne vertébrale, qui force alors sur les muscles et appuie sur les nerfs. Quant au stress émotionnel, il intervient aussi en ralentissant la guérison. Le mal de dos peut se greffer à de nombreuses affections — fibromyalgie, ostéoporose, hernie dans l'aine (inguinale), torsion du cordon spermatique, kystes ovariens, grossesse, infections, tumeurs de la colonne vertébrale et certains cancers.

Les différents facteurs de risques

  • Âge ;
  • Travail physique ;
  • Obésité ;
  • Manque d'exercice ;
  • Arthrite ;
  • Ostéoporose ;
  • Fibromyalgie ;
  • Grossesse ;
  • Troubles de la région pelvienne (torsion des testicules, kystes ovariens et cancer des ovaires).

Les moyens de prévention

Réduisez votre risque de traumatismes en ne forçant pas trop sur votre colonne vertébrale. Une activité physique régulière peut soulager le rachis en renforçant les muscles du dos et de l'abdomen : marche, vélo, natation, poids et haltères, étirements, etc.

  • Gardez une posture correcte, le cas échéant améliorez-la pour éviter de fatiguer le dos.
  • Une perte de poids peut aussi prévenir le mal de dos en réduisant la pression sur la colonne vertébrale.
  • Évitez d'être assis ou debout longtemps.
  • Arrêtez-vous toutes les heures en voiture.
  • Ne portez pas de chaussures à hauts talons — qui peuvent forcer sur le dos et augmenter le risque de chute.
  • Ne soulevez pas d'objets trop lourds pour vous. Si vous devez soulever une charge, mettez- vous debout près de l'objet, écartez les jambes et pliez les genoux, contractez les muscles abdominaux au moment où vous levez l'objet et le reposez.
  • Réduisez le Stress émotionnel grâce au yoga, à la méditation, la relaxation et à une activité physique.

Important : Il est extrêmement important de reconnaitre un mal de dos dû à une affection plus grave. Les signes sont : persistance de deux quatre semaines, douleur ne s'atténuant pas au repos, perte de fonction ou de sensations dans une extrémité, fièvre, cancer ou antécédents d'usage de drogues intraveineuse.

Comment diagnostiquer le mal de dos ?

Il est établi par un médecin qui identifie souvent aussi la cause sous-jacente, grâce à un examen physique et aux antécédents médicaux.

Des radios et d'autres examens d'imagerie médicale peuvent être nécessaires si on soupçonne une hernie discale.

Le mal de dos aigu est souvent causé par un traumatisme en faisant du sport ou, banalement, en se tournant ou en soulevant quelque chose.

Quels traitements contre le mal de dos ?

Le mal de dos disparait généralement de lui-même dans les six semaines. On peut dans l'intervalle le soulager améliorer la mobilité l'aide de soins à domicile et de traitements. La chirurgie est le plus souvent inutile ; il existe diverses procédures utilisées uniquement lorsque les autres traitements sont inefficaces.

Les médicaments

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens peuvent temporairement soulager et réduire l' inflammation des nerfs dorsaux. En cas de lombalgie des relaxants musculaires peuvent être prescrits ; s'il y a inflammation des nerfs de la colonne vertébrale, des analgésiques ou des corticoïdes peuvent être injectés directement dans le canal rachidien.

L’exercice physique

Une activité physique régulière soulage le mal de dos chronique.

Commencez-la graduellement deux ou trois semaines après la blessure et n'hésitez pas à demander un avis médical avant.

A faire soi-même

Diminuez votre activité physique les jours qui suivent le traumatisme pour réduite douleur et inflammation articulaires le long de la colonne vertébrale. Ne soulevez rien et évitez tous les mouvements de rotation du dos. Appliquez de la glace sur l'endroit douloureux les trois premiers jours pour réduire l'inflammation, puis réchauffez-le pour améliorer la mobilité. Il est inutile de rester alité au-delà de 48 heures.

Les thérapies comportementales

Certaines thérapies cognitives et comportementales et la relaxation musculaire progressive atténuent le mal de dos en réduisant stress et tension.

L’apprentissage

Des écoles du dos enseignent prévention et le soulagement — anatomie de la colonne vertébrale, conseils pratiques pour une posture assise et debout correcte, et un fonctionnement quotidien sans forcer sur le dos.

Les manipulations vertébrales et gymnastique médicale

Les manipulations vertébrales peuvent diminuer les douleurs aiguës — chiropraxie et ostéopathie.

Les massages

Ils peuvent soulager une lombalgie chronique.

La neurostimulation électrique transcutanée

Elle bloque les signes de douleur en envoyant des impulsions électriques par des électrodes placées l'endroit qui fait mal. Utilisée en naturopathie, c'est un traitement courant des contractures musculaires.

L’acupuncture

Elle peut soulager à court terme.

Les plantes médicinales

Une préparation à base de racines séchées de griffe du diable (Harpagophytum procumbens) , analgésique et anti-inflammatoire, est souvent utilisée en cas de douleur dorsale ou articulaire.

La neuro-réflexothérapie

Technique récente, c’est une stimulation des cellules nerveuses cutanées (pour réduire douleur, inflammation et spasmes musculaires du dos) grâce à des agrafes chirurgicales implantées juste sous la peau pour trois mois. Elle est efficace en cas de lombalgie chronique et ne présente aucun effet secondaire.

À lire aussi : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

risus ut elit. sed Phasellus Curabitur