Pannes d’érection : le point de vue des femmes

Entre 55 et 69 ans, 28 % des hommes disent avoir "souvent ou parfois" des pannes d'érection, révélait la dernière enquête sur la sexualité des Français. C'est souvent un drame pour l'homme, avec des conséquences importantes sur la vie du couple, mais aussi sur la vie sociale et même professionnelle.

Déterminées en fonction d’un bilan préalable, les substances injectées et les doses employées ont prouvé leur efficacité.

"C'est très difficile à vivre aussi pour la femme" constate le Dr C, andrologue. Parmi les patients qui viennent le consulter pour un trouble d'érection, 5 % sont... des femmes, 30 % sont en couple et si les 65 % restants sont des hommes seuls, "ils sont souvent incités à consulter par leur femme". Preuve, s'il en fallait, que les troubles de l'érection sont aussi un problème pour la femme.

Femme rassurée, femme rassurante

Tout homme a connu, connaît ou connaîtra des défaillances, mais leur répétition génère rapidement chez lui une grande panique. Atteint dans sa virilité, il angoisse à l’idée de ne plus avoir d'érection.

Cette "angoisse de performance" ne fait qu'amplifier le problème. Sa compagne ne mesure pas toujours son profond désarroi. Au début, généralement, les femmes ne s'inquiètent pas trop. « Ce n'est pas grave… » disent-elles. Elles ont parfois la fausse bonne idée de fixer une échéance « tu verras, aux vacances, ça va revenir ».

Si le trouble résiste au soleil estival, chez la femme, l'insouciance cède la place au doute, à la culpabilité, voire à la suspicion...

« Il n’a pas d'érection, donc il ne me désire plus, il ne m'aime plus », se lamentent-elles. « Et s'il en désirait une autre ! » Au bout d’un certain temps, les frustrations répétées finissent par entraîner un comportement agressif voire du mépris, et le climat se détériore

Parfois, on est au bord de la rupture. D'où l'intérêt de consulter son médecin. Le Dr C. souligne l'importance de rassurer la femme pour qu'elle soit rassurante. Il y a comme un court-circuit sous la ceinture, et cela ne doit pas être perçu comme une absence de désir.

Une fois rassurée, la femme sera plus disposée à engager le dialogue.

Sur le même sujet : La sexualité des hommes après 50 ans

Sur la même longueur d'onde

L’homme et la femme sont souvent différents face â l'amour, et ils ont parfois du mal â être sur la même longueur d'onde. La femme recherche la continuité, alors que l'homme est davantage dans la loi du tout ou rien. Mais entre l'érection (le tout) et son absence (le rien), la palette est large.

L'exploration du corps de l'autre, les mots, la tendresse... si l'homme est attentif â tous ces détails, sa compagne sera stimulée et rassurée sur son désir, même s'il n'a pas d'érection. Lorsqu'un homme souffre de troubles de l'érection, l'attitude de sa partenaire est déterminante. Plus elle est motivée à traiter le problème, plus elle soutient son partenaire, et plus les chances de succès thérapeutique sont grandes.

Remonter la pente exige beaucoup de patience, de confiance et de compréhension mutuelle. Or il est assez fréquent que le couple alimente son blocage sans le vouloir. L'homme, trop obnubilé par son problème d'érection, n'est plus à l'écoute de sa partenaire. La femme ne sait plus quelle attitude adopter : se replier sur elle-même et se désintéresser de la chose, ou au contraire devenir agressive, revendicatrice, prête à rompre la relation. Dans certains cas, des troubles féminins peuvent expliquer les difficultés masculines, comme par exemple lors de l'apparition de la ménopause, avec son cortège de signes, baisse de la libido, sécheresse vaginale... La défaillance masculine peut aussi tout simplement traduire les difficultés relationnelles du couple.

Une chose est sûre, le retour au bien-être du couple nécessite dans certains cas l'aide d'un médecin. La consultation aura d’abord pour objectif de comprendre l'origine du problème et den identifier les causes. Le médecin traitera les éventuelles causes organiques du trouble comme le diabète, l'hypertension...

Il proposera ensuite le traitement le mieux adapté pour traiter le trouble de l'érection en lui-même. Le médecin peut aussi aider le couple à renouer le dialogue, apprendre à chasser l'inquiétude et accepter les inévitables modifications du corps qui vieillit. Une démarche essentielle si l'on veut sortir de la crise et renouer avec l'amour.

Sur le même sujet : Senior : Trouble de l'érection : on peut les traiter !

Une réaction à Pannes d’érection : le point de vue des femmes

  • Du jour où mon mari a appris qu’il allait être mis en pré-retraite, son attitude a changé â mon égard. Lui qui était si demandeur a commencé â m ‘ignorer. J’avoue que je n ‘ai pas prêté attention â sa première panne. Il est vrai qu’à l’époque, j’étais moi-même perturbée car je devais subir une mammographie. Au bout d’un moment, j’ai commencé â me poser des questions. Nous avons eu une vive altercation. Il en est sorti effondré et il m’a expliqué qu’il ne pouvait plus me faire l’amour. J’étais â la fois choquée… et rassurée !
    Finalement j’ai décidé d’appeler notre médecin généraliste en qui mon mari a entière confiance. Nous sommes allés le voir tous les deux mais c’est moi qui ai parlé. Il nous a vraiment rassurés l’un et l’autre. Il a demandé un petit bilan â mon mari et lui a prescrit un traitement en lui expliquant que, si ça n’allait pas mieux, il l’enverrait chez un spécialiste. Finalement, il n’en a pas eu besoin Puisque nos rapports ont repris rapidement. Mais entre l’apparition du problème et la première consultation, nous avons perdu sept mois. Quel dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

libero amet, lectus mattis Sed commodo adipiscing risus. ut massa