Hormones de croissance, vitamine, testostérone : qu’en pensez pour les seniors ?  

Certains produits sont parfois conseillés pour lutter contre un inconvénient particulier de la vieillesse. La testostérone, l’hormone de croissance et divers médicaments de l'impuissance en font partie. Les vitamines, les antioxydants et certaines plantes, eux, entravent les causes principales de la sénescence.

Un homme d’âge moyen parle à un médecin dans le bureau
© istock

L’hormone de croissance

Produite par l'hypophyse au niveau de la partie inférieure du cerveau, cette hormone joue un rôle dans les processus du renouvellement osseux. Elle a aussi des effets sur la force musculaire et son tonus. Largement utilisée pour résoudre les problèmes que posent certains nanismes, on ne l'administre qu'en injection.

Il s'agit donc d'un produit organique qui, à l'origine, était prélevé sur des cadavres. Cela explique la transmission de maladies infectieuses survenues lors des thérapeutiques initiales. Une épidémie de maladie de Creuzfeld-Jacob, atteignant des enfants traités pour nanisme, prit fin dès l'avènement d'une hormone de synthèse. C'est ce produit qu'utilisent certains sportifs pour améliorer leurs performances. En effet, l'hormone de croissance augmente nettement la masse musculaire, l'épaisseur cutanée et la densité osseuse. Chez le vieillard, elle contrebalance plusieurs effets pervers du temps.

Malheureusement, elle favorise également l'hypertension artérielle, les troubles du métabolisme sucré et quelques cancers. Sa prescription se doit d'être limitée de manière précise. Dans les conditions actuelles, il n'est pas question d'en favoriser une large diffusion.

La testostérone

Il s'agit d'une hormone sécrétée au niveau du testicule. Elle est impliquée dans le métabolisme des protéines et favorise donc la force et la masse musculaires. La testostérone influe sur la libido de l'homme. Elle a également une influence sur la taille des organes génitaux et, sans doute, le désir sexuel. L'agressivité des « mâles » serait, peut-être, proportionnelle à son taux sanguin.

À 80 ans, 35 % des hommes souffrent de troubles liés à une déficience de cette hormone. Une utilisation intempestive de testostérone pour contrer les effets du vieillissement peut s'accompagner de troubles du métabolisme des graisses et de cancer de la prostate. Tout à fait déconseillée aux femmes, car elle entraîne une pilosité importante et une régression de leurs organes sexuels.

La testostérone ne doit être administrée que comme un médicament et de façon extrêmement prudente dans le cadre d'un traitement de la sénescence.

Le viagra*

Ce médicament, fabriqué par le laboratoire Pfizer, a eu droit à une publicité hors norme. A quoi sert donc le Viagra*?

Il est uniquement prescrit dans les troubles de l'érection. Près de 20 % des hommes présentent à un moment ou un autre une dysérection. C'est-à-dire que la rigidité du pénis n'est plus suffisante lors d'une activité sexuelle. Le traitement a un effet purement mécanique en augmentant le tonus de la musculature lisse. Ce médicament ne combat pas l'absence de désir. Pour pouvoir l'utiliser de manière efficace, il nécessite une stimulation sexuelle, quelle qu'elle soit.

Le Viagra* est uniquement délivré sur ordonnance, non remboursée. De nombreuses contre- indications interdisent son utilisation : en particulier, les patients qui ont des problèmes cardio-vasculaires sont tout à fait exclus des possibilités de ce traitement. Il faut signaler quelques effets secondaires, loin d'être négligeables, notamment de nombreux symptômes digestifs, respiratoires, et neuro-sensoriels. Au total, le Viagra* représente un progrès indéniable dans la lutte contre l'impuissance, mais ni ce dernier, ni aucun des médicaments actuellement sur le marché, ne remplacent une activité sexuelle normale. L'amour ne se commande pas.

À lire aussi :

Les vitamines

Elles ont des propriétés indiscutables en ce qui concerne la prévention de la sénescence. Les vitamines B1, B6, B12 et C sont extrêmement importantes. En revanche, rien ne prouve qu'elles puissent provoquer un rajeunissement des organes. La « D » est indispensable au bon fonctionnement du métabolisme osseux. 800 unités/jour sont nécessaires. La plupart des gens âgés n'en absorbent pas suffisamment.

La vitamine E aurait des propriétés anti-oxydantes intervenant dans la prévention des réactions usant prématurément la cellule et les organes.

Les oligo-éléments, en particulier le zinc et le sélénium, sont conseillés en cas de déficit probable. Un traitement par oligo-éléments (nickel, molybdene...) n'a qu'un intérêt préventif et, une fois de plus, aucun effet sur le vieillissement acquis.

Toutefois, on expérimente actuellement des médicaments pour affronter certains effets de la sénilité ou du vieillissement : les extraits de feuilles de Ginko Biloba, un arbre aux origines très anciennes, semblent améliorer la mémoire et lutter contre sa dégradation, en particulier dans les maladies dégénératives du système nerveux central. Les études en cours prêchent en faveur d'une utilisation régulière de ce produit. D'autres recherches sur diverses plantes se poursuivent. Trop tôt encore, pour juger opportun leur introduction dans notre diète quotidienne.

À lire aussi : Senior : Les maladies neurologiques et de l’humeur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

venenatis fringilla eget efficitur. tristique ante. mi, vulputate, tempus elementum libero. sit