Ménopause : comment prendre soin de sa peau à partir de 50 ans ?

Avec l'âge et la ménopause, le problème numéro un de la peau, c'est la déshydratation. Pour éviter son vieillissement prématuré, il faut déployer tôt le plan anti-sécheresse. Passage en revue des meilleures solutions hormonales et cosmétiques pour votre peau.

Femme 50 ansse regarde dans le miroir
© istock

50 ans, une hydratation maximale

À la ménopause, la peau n'échappe pas aux modifications naturelles qui perturbent l'organisme car son état est lié au "climat" hormonal. L'insuffisance en œstrogènes (hormones féminines) et androgènes (hormones mâles) provoque alors un vieillissement accéléré de la peau. Elle réduit la production des fibres de soutien : la synthèse de collagène et d'élastine s'amenuise, tant en quantité qu'en qualité. Les sécrétions sudorales et sébacées diminuent, la production du film hydrolipidique régresse et la peau se dessèche.

Enfin, la vascularisation cutanée décroît, ce qui freine les échanges entre les cellules et confère à la peau une pâleur qu'elle n'avait pas. En quelques années, le tissu sous-cutané s'appauvrit, la peau s'amincit et perd de son élasticité.

Les rides se creusent plus rapidement et les traits ont tendance à tomber. S'il est naturel, ce vieillissement est cependant moins marqué chez les femmes en surcharge pondérale car leurs hormones mâles se transforment en œstrogènes au niveau du tissu adipeux, palliant ainsi en partie à la carence œstrogénique.

Lorsque la production d'œstrogènes commence à diminuer, les androgènes se retrouvent proportionnellement plus nombreux. C'est ainsi que les modifications hormonales naturelles induisent un climat hyper-androgénique relatif. Un tel déséquilibre hormonal peut se traduire par un tableau peu réjouissant : raréfaction voire chute des cheveux, augmentation de la pilosité au niveau de la lèvre supérieure et du menton, et apparition d'acné.

Un traitement hormonal adapté permet de résoudre ces problèmes. On lui associe également au besoin des soins ponctuels : l'application de Minoxidil sur le cuir chevelu (sur prescription médicale) permet de lutter contre la chute des cheveux, les poils malvenus peuvent être épilés, et l'acné traitée localement.

Il est fréquent d'utiliser en préménopause des traitements à base de progestatifs seuls, qui peuvent aussi induire un état hyperandrogène avec ses éventuels effets secondaires indésirables. Si cela se produisait, parlez-en à votre médecin car il est nécessaire d'adapter votre traitement.

À lire aussi : Ménopause : faut-il arrêter son traitement hormonal ?

La solution hormonale

Le traitement hormonal substitutif permet de pallier la carence hormonale. Il comporte des contre-indications mais il apporte un mieux indéniable. Il est généralement mis en place par le gynécologue en accord avec la femme pour pallier aux troubles généraux liés à la ménopause, et en particulier à l'ostéoporose, les problèmes cardiovasculaires ou psychologiques. Côté peau, les dermatologues y sont largement favorables car il retarde efficacement le vieillissement cutané.

A noter : il n'est jamais trop tard pour commencer ce traitement, même après plusieurs années, et malgré quelques troubles déjà présents.

Attention ! Les effets néfastes du soleil s'ajoutent à ceux de la ménopause et tendent à creuser davantage les rides. Plus l'exposition au soleil a été importante au cours des années précédant la ménopause, plus votre peau risque de montrer des signes de vieillissement. Par ailleurs, la production de pigments cutanés décroît chez la femme ménopausée. Sous l'effet des rayons ultra-violets, le bronzage devient moins intense. Il peut même se traduire par une mauvaise répartition de la coloration à l'origine de "taches" pigmentées cutanées.

rides peau femme agée soleil
© istock

Les bons actifs anti-âges

La vitamine A acide (acide rétinoïque ou trétinoine) : son efficacité est indéniable. Elle agit à la fois au niveau de l'épiderme superficiel et du derme. Elle diminue l'épaisseur de la couche cornée, accélère le renouvellement cellulaire, multiplie le nombre de vaisseaux et augmente collagène et élastine. Elle estompe les ridules et les taches brunes. Cependant ses effets secondaires limitent son utilisation. On la réserve à la prescription en raison de ses effets desséchants et irritants. Le traitement doit être poursuivi indéfiniment selon la fréquence recommandée par le médecin car, en cas d'arrêt, la peau retourne rapidement à son état antérieur.

Le béta-carotène et le rétinaldéhyde : ces deux précurseurs se transforment en vitamine A directement au niveau de l'épiderme selon les besoins de la peau. Leurs propriétés sont voisines de celles de la vitamine A acide mais ils n'en ont pas les désagréments. Ils conviennent donc mieux aux peaux sensibles.

Les acides de fruits (AHA) : ce sont les derniers-nés de ce type d'actifs. Si leurs mécanismes d'action ne sont pas encore totalement élucidés, leur efficacité est réelle. Ils assurent un gommage progressif de la couche cornée, augmentent le renouvellement cellulaire du derme et ont une action hydratante et protectrice vis-à-vis des radicaux libres. Ils sont mieux tolérés que la vitamine A acide. Ils sont disponibles à des concentrations variées, ce qui permet de choisir celle qui convient le mieux à chaque épiderme.

Les soins à base d'hormones : si vous ne pouvez ou ne souhaitez pas suivre un traitement hormonal de substitution, votre dermatologue peut vous prescrire une crème cutanée à base d'hormones. L'application cutanée de ces hormones permettrait de restaurer la souplesse de la peau, son épaisseur et sa tonicité et d'augmenter la micro-circulation.

En complément : traitez votre peau de l'intérieur avec des compléments nutritionnels. Pour lutter contre le vieillissement cutané : prendre quotidiennement, dès 40 ans, une association de sélénium et vitamines A, C et E.

Contre la sécheresse de la peau : faites des cures de compléments à base d'huile riches en acides gras essentiels (huile d'onagre, de bourrache...).

Tous les soins quotidiens pour votre peau

Femme senior appliquant la crème anti-age
© istock

C'est en hydratant et en soignant correctement et régulièrement votre peau tout au long des années que vous la préparerez au mieux à affronter les modifications hormonales.

Au moment de la ménopause, votre peau devient plus sèche, mais aussi plus irritable. Pour la protéger de l'action du temps, il faut donc l'hydrater au maximum tout en douceur

Pour le visage, hydratation et régénération maximales :

  • Évitez toute toilette à l'eau du robinet, trop calcaire, et au savon classique, trop desséchant. Préférez-leur un lait de toilette ou une lotion nettoyante.
  • Si vous le souhaitez, brumisez une eau minérale sur votre visage, et essuyez-la délicatement en tamponnant votre épiderme.
  • Appliquez quotidiennement matin et soir des crèmes nourrissantes et suffisamment hydratantes. Enrichies en principes actifs anti-âge.

Pour le corps redoublez de soins :

  • Remplacez votre savon par un pain surgras ou dermatologique.
  • Appliquez systématiquement après la douche ou le bain une crème ou un lait pour le corps, en insistant sur les zones les plus sèches (jambes, bras et mains).

À lire aussi : 50 conseils pour bien vivre la ménopause et ses symptômes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. - * Champs obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pulvinar quis ante. venenatis, id, ut velit,